Hélène Bonhomme

Hélène Bonhomme
Hélène Bonhomme est auteure, conférencière, fondatrice du site fabuleusesaufoyer.com et chroniqueuse sur lepoint.fr. Après une prépa littéraire, des études de philo, plusieurs années d’enseignement et plusieurs autres de rédaction web, elle devient mère au foyer. Elle commence à interviewer des femmes inspirantes et à mettre par écrit des pensées motivantes. C’est ainsi qu’ont vu le jour ce blog en mars 2014, puis en mai 2015 son livre collaboratif pour révéler la fabuleuse en chaque maman et en octobre 2016 son petit guide de l’imperfection heureuse. Elle est mariée à David le fabuleux et maman de Roman et Adelin. Sa mission : aider les mamans qui veulent sortir la tête de l’eau, prendre un peu de recul sur leur quotidien et commencer à aimer leur vie !

VOIR TOUS SES ARTICLES

HB-article-rtl

Parent au foyer, est-ce un métier ?

Rester à la maison pour s’occuper des enfants et des tâches domestiques : un choix personnel qui suscite énormément de réactions de la part de l’entourage ! D’autant plus quand le parent au foyer est un homme.
Mettre en pause son activité professionnelle pour se consacrer à l’éducation des enfants : grosse galère ou belle opportunité ? Au jour le jour, quels sont les défis des parents au foyer ?

Lire la suite…

HB-article-jamais-appris

On ne m’a jamais appris à bien communiquer !

Communiquer en famille : j’ai jamais appris !

À l’école, on nous a appris les maths, mais pas comment gérer les crises relationnelles.

À la maison, nos parents nous ont plutôt montré l’exemple du conflit perpétuel (ou de l’ignorance réciproque) que d’une communication saine…
Lire la suite…

assez-fabuleuse

Mamans épuisées : vous êtes juste assez fabuleuses, et ça change tout

Mère épuisée : et si le problème, ce n’était pas ton manque de compétence, mais plutôt ton manque de confiance ?

À toi qui visites ce site pour la première fois : bienvenue chez les fabuleuses !

Ici, on a bien compris qu’on n’était pas des fées du logis, ni des mères parfaites, ni des wonderwoman à barre d’énergie illimitée. Pour le monde autour de nous, on n’est jamais assez : jamais assez belle, jamais assez mince, jamais assez douce, jamais assez patiente, jamais assez présente, jamais assez compétente… Ici, on part du principe qu’on est :

JUSTE ASSEZ fabuleuse, et que ça change tout !

Peut-être es-tu en congé maternité, en congé parental, ou peut-être es-tu tombée sur cette page parce que tu es maman, tout simplement. Lire la suite…

to do list

Comment j’ai vaincu ma to-do-list (à tout jamais)

J’aime les listes. Pour moi, une journée réussie c’est une journée où j’ai pu BARRER, COCHER et « BULLETER » (pour celles à qui parle le concept de bullet journal). Ah, le plaisir de barrer une bonne chose de faite. Cette merveilleuse satisfaction du travail accompli, lorsque TOUS les points de votre liste disparaissent sous un gros trait de feutre noir.

Pour vous dire à quel point je suis accro aux listes : s’il m’est arrivé de faire dans la journée quelque chose qui n’était pas prévu (genre sortir les poubelles aujourd’hui parce que demain c’est férié), je rajoute sur ma liste « sortir les poubelles », juste pour avoir le plaisir de barrer ce que je viens de noter 3 secondes avant.

Bref, je suis folle. Folle de listes. Folle de ce sentiment terriblement agréable, et horriblement éphémère, cette joie inexprimable d’avoir tout barré. Quand TOUT est fait.

Sauf que je suis maman.

Lire la suite…

egoisteetfab

“Moi d’abord” : égoïste et fabuleuse

Vides, les étagères du frigo. Désespérément vides.

Pleine, la porte du frigo. Pleine de tous ces vieux pots que je n’ose plus ouvrir depuis des mois : de la sauce barbecue qui date de l’été dernier, 4 bouteilles de ketchup entamées, un bocal d’olives plus très vertes, un demi-oignon et sa copine la demi-échalote, oubliés dans du vieux papier alu… Faudrait trier tout ça. Et puis partir faire les courses. Avec une vraie liste, cette fois. 

Depuis 3 semaines, matin et soir, Adelin réclame ses chaussettes pisderman.

3 semaines que je lui réponds :

« Désolée mon chéri, elles sont quelque part dans ce tas de linge sale, mais maman ne les a pas encore trouvées ni lavées. »

Mon mari est à l’autre bout de l’Europe. Hier soir, j’ai réussi à coucher les enfants une heure plus tôt que d’ordinaire : pas de puzzle, pas d’histoire, juste un bisou, une chanson et dodo. Par miracle, ça a marché. Et je suis allée me coucher à19h26. 19h26 ! Dieu existe. Lire la suite…

helenevideo8mars

« Je le ferai demain » : vaincre la procrastination

Me mettre au sport, prendre du temps pour moi toute seule, faire plus de soirées en amoureux, éliminer cette pile de paperasse, lancer mon projet, postuler au job de mes rêves, quitter mon poste actuel pour consacrer plus de temps à ma famille, lire les douze livres qui m’attendent sur ma table de chevet, me remettre au piano ou au dessin… Et toi, qu’est-ce que tu remets à demain ? Quelles sont les choses que tu aimerais faire et pour lesquelles tu excelles dans l’art de la procrastination ? On en parle aujourd’hui en vidéo !

Lire la suite…

HB-article-faut-quon-parle

Faut qu’on parle

21 heures. Coup d’envoi de France-Allemagne.

Elle : « Il faut qu’on parle »

Lui : « Oui…”

Elle : (un discours à propos de la grande qui veut aller au cinéma avec son copain, le terrorisme, “quelque chose a changé entre nous” en passant par la case “on va chez tes parents ou mes parents pour Noël ? »)

Lui : (silence suspect) Lire la suite…

HB-article-defi-rentree

Je te lance un nouveau défi !

Rentrée scolaire = tension dans l’air ?

Moins de tension et plus de joie en famille, au coeur du tourbillon de la rentrée : c’est possible ! À condition de changer de lunettes, pour démarrer l’année le verre à moitié plein. Prête ? Alors rejoins-moi pour relever le défi !

Lire la suite…

HB-article-pas-besoin-raison

Pas besoin d’avoir raison pour être heureux

« J’ai raison, tu as tort – non c’est moi qui ai raison et toi qui as tort » : l’histoire sans fin de nos altercations conjugales !

Parfois, on a l’impression qu’il y a plus de divergences qu’autre chose sous notre toit.
Et plus ça dure, plus on se bat bec et ongles pour obtenir le Saint Graal : avoir raison.

Yolande Ziegler-Schwab, psychopraticienne et coach de vie, nous présente 5 idées fausses sur la communication à deux. Lire la suite…

HB-article-rentreedesclash

La rentrée des clash

Rentrée scolaire = Tension dans l’air !?

Elle fonce droit sur nous, comme une déferlante d’eau salée sur une plage de l’Atlantique. La rentrée. On l’attend fermement, prête à goûter à nouveau à ces journées ENTIÈRES où les enfants ne seront pas à notre charge (mais à celle d’une enseignante à qui l’on souhaite de s’être reposée au maximum avant le déluge).

On l’attend, ce café CHAUD sur la table de la cuisine, que l’on pourra déguster en SILENCE, juste après avoir déposé les enfants dans leurs nouvelles classes respectives.

Et puis il y a ce petit goût d’appréhension…

…qui nous serre sourdement la gorge : vive la rentrée, mais au fond, qu’est-ce qu’on était bien quand même, sans horaires le matin, sans formulaires à remplir, sans shampoing anti-poux à faire mousser, sans négociation sur le choix des vêtements (non mon chéri, à l’école ce n’est pas comme à la maison, on ne reste pas en pyjama toute la journée). Lire la suite…

HB-article-interview-yol

Communication dans le couple : ce n’est pas la sincérité qui compte

“Tu as les oreilles bouchées ou quoi ?”
“Mais pourquoi tu refuses de comprendre ? »

Vous lui avez dit clairement ce que vous aviez sur le coeur. C’est tellement évident, et pourtant, votre partenaire ne semble pas saisir le message.

Dans cet entretien avec Yolande Ziegler-Schwab, psychopraticienne et coach de vie, nous apprenons pourquoi il ne suffit pas d’être sincère pour être compris !

Lire la suite…

stop

Quand la vaisselle vole

Ce texte est extrait du livre C’est décidé, je suis fabuleuse – Petit guide de l’imperfection heureuse (Hélène Bonhomme, Première Partie, 2016).

De la pâte à modeler desséchée, des livres déchirés, une machine à laver fatiguée.
Le téléphone sonne.
Erreur de débutante : je décroche. Lire la suite…

HB-article-mariage

« J’aime pas les mariages »

Il y a des années comme ça, où vous êtes invitée à 12 mariages. Formidable excuse pour s’acheter 12 nouvelles tenues complètes 🙂 Petits fours, sourires brights et piste de danse… Sauf que les mariages, moi, ça m’a longtemps fichu le cafard.

Lire la suite…

HB-article-amour-cache-linge

L’amour s’est caché dans le panier à linge

Ce texte est extrait du livre C’est décidé, je suis fabuleuse – Petit guide de l’imperfection heureuse (Hélène Bonhomme, Première Partie, 2016).

L’amour s’est caché dans le panier à linge. Il est là, quelque part entre les torchons et les serviettes. Il s’est caché sur le lieu du crime, là où l’on mélange sans aucun scrupule le blanc et les couleurs, là où la réalité de la vie et de ses contraintes vient déteindre sur la candeur et la passion des débuts.

Lire la suite…

HB-article-insta

#instafabulous

Besoin d’inspi pour alimenter ton fil instagram avec du contenu fabuleux ? Je te présente aujourd’hui le top 10 de mes coups de coeur du moment. Lire la suite…

HB-article-les-autres

Le bonheur est dans les relations (le malheur aussi)

Moi au milieu d’une conversation musclée avec mon conjoint, tandis que les enfants s’arrachent littéralement les cheveux pour le choix du dessin animé :

“J’en peux plus de ces prises de tête.”

“La vie serait tellement plus simple si je n’avais que moi à gérer.”

“Si seulement je pouvais être SEULE.”

Lire la suite…

HB-article-pgm-ete

Congés d’été : et si on anticipait ?

“Les grandes vacances” : mouais… ça dépend pour qui.

Il reste moins de 3 semaines avant ton entrée fracassante dans cet espace temps périlleux, champ de tous les possibles et de toutes les frustrations : les congés d’été ! Pendant 2 mois, tu auras tes enfants à gérer H24 et rien que d’y penser, tu as des sueurs froides …!?

On attend tous les vacances avec impatience… Mais une fois qu’elles sont là, entre les trajets, la belle-famille et les enfants qui pètent la forme, on n’a plus aucun sas de décompression. Alors on ne met à avoir hâte que ce soit la rentrée. Pourtant, on le sait très bien qu’à la rentrée ça n’ira pas mieux !

Bref, arrivée en septembre : ces vacances tant attendues, on n’en a même pas vraiment profité. Lire la suite…

les-regles-bonne-excuse

“J’ai mes règles” : bonne excuse ou bonne raison ? (d’être chiante)

“T’aurais pas tes règles toi ?”

“Ah ben si.”

Je pleure sous la douche. Pourquoi je pleure ? Je ne sais pas. Pourquoi sous la douche ? Ça je sais. Parce que ça résonne. Péter les plombs dans la salle de bains, ça rend les choses encore un peu plus réelles. Croiser ses yeux rougis et son visage bouffi dans le miroir, en voilà un formidable facteur d’accroissement de la complaisance envers soi.

Donc, je pleure sous la douche.

Et je ne sais même pas pourquoi. Il était question des vacances d’été, puis de la réparation de la voiture. Je ne sais pas comment on en est arrivés à parler menu de la semaine. Quoi qu’il en soit, j’ai remis sur le tapis la fois où il m’avait fait une remarque sous prétexte qu’il était fatigué et moi enrhumée. C’est à ce moment-là que ça a dégénéré.

Il y a eu des claquements de porte.

Et depuis, je les laisse tous faire leur vie sans moi. Je suis sous la douche et depuis un bon quart d’heure, je pleure bruyamment, je sanglote expressément, j’enrage lamentablement.

J’ai du mal à croire que je puisse être une telle sorcière des sanitaires. Mais cette petite touche de culpabilité, je la rembarre direct : après tout, c’est pas de ma faute cette outrecuidance masculine d’aller bien alors que moi j’ai envie d’aller mal.

Au fur et à mesure, j’augmente la température de l’eau (oui je sais, c’est mal pour le portemonnaie, pour l’environnement et pour la circulation sanguine.)

Et tout à coup, dans les méandres de mon dialogue intérieur, le chaos s’organise. Enfin, je comprends.

Lire la suite…

HB-article-stress-maison-boulot

Plus stressés à la maison qu’au bureau

L’émergence du phénomène de burn-out est caractérisée par l’expérience de situations stressantes, modérées mais répétitives.

Selon Violaine Guéritault, docteur en psychologie et spécialiste du stress au travail, les facteurs de stress professionnel les plus reconnus sont:

  • la surcharge de travail,
  • l’absence de contrôle,
  • l’imprévisibilité,
  • l’absence de récompense ou de reconnaissance pour le travail accompli,
  • l’absence de soutien moral et social
  • et, enfin, l’absence de formation appropriée.

Le professeur Guéritault rappelle que 100 % de ces facteurs sont le quotidien… des mamans. Lire la suite…

fabuleuses_au_foyer

Anesthésies ordinaires

S’apercevoir, consternée, que l’on joue à Candy Crush depuis plus de quinze minutes, alors que l’on était censée s’attaquer à l’immense tas de paperasse. Se réveiller sur Youtube, au beau milieu d’une vidéo de chats, et se demander ce que l’on peut bien faire là. Dépoussiérer machinalement la bibliothèque, alors que l’on est censée appeler un potentiel employeur. Constater avec étonnement que l’on est affairée à éplucher frénétiquement des pommes de terre, tandis que l’on était en pleine dispute conjugale… 

Ouvrir les yeux, au beau milieu de ses anesthésies ordinaires.

Lire la suite…

fabuleusesaufoyer

Hello from the other side

J’ai grandi en Alsace. Le mercredi après-midi, on enfourchait joyeusement nos vélos pour aller au bachala (littéralement ruisseau) : notre station balnéaire à nous, qui était en fait un mini canal d’irrigation carrément dégueu. Entre les eaux usagées par les agriculteurs du coin et les déjections de mes cousins, je ne saurais dire qui polluait le plus ce petit ruisseau qui bordait le jardin de mes grands-parents. Peu importe : dès l’arrivée des beaux jours, on enfilait nos maillots troués, on enfourchait nos vélos défoncés, on se goinfrait de framboises fraîches piquées chez le voisin (voisin si vous me lisez : pardon et merci), et puis, on plongeait dans le bachala pour se rincer le jus de framboises qui nous collait partout.

Sur l’autre rive, c’était le jardin de Monsieur le Maire, un homme imposant et impressionnant. Un lieu secret, mystérieux, interdit. Tout l’été, on l’avait sous les yeux mais jamais, on n’a osé s’y rendre.

Sauf une fois.

Lire la suite…

HB-article-mari-supporte-enfants

Mon conjoint ne supporte plus les enfants : que faire ?

Il ou elle crie sur les enfants pour un rien, ne les supporte plus, passe son temps à les punir… Comment réagir lorsque son conjoint montre des signes d’épuisement parental ? Dernier volet de mon entretien avec Moïra Mikolajczak, spécialiste du burn-out parental et auteure de Le burn out parental, l’éviter et s’en sortir.

“Voici à quoi vous reconnaîtrez que votre conjoint est épuisé, explique Moïra : il devient plus irritable, est constamment à fleur de peau, se fâche pour peu de choses… »

Le problème, c’est que la personne irritable ne va pas forcément s’en rendre compte, surtout si son mal-être s’exprime par des petites manifestations d’irritabilité.
Autrement dit, il peut être à bout mais ne pas s’en apercevoir ! Lire la suite…

HB-article-conjoint-epuise

Il ne voit pas que je suis épuisée

Lorsqu’on est épuisée, rien de pire que de ne pas se sentir comprise par son conjoint ! Et rien de plus frustrant que de le voir passer à côté de vous sans même remarquer votre souffrance. Comment s’y prendre pour lui dire que l’on est sur le point de craquer ?

3 étapes avec mon invitée de la semaine : Moïra Mikolajczak, spécialiste du burn-out parental et auteure de Le burn out parental, l’éviter et s’en sortir. Lire la suite…

fete-des-meres

Fête des mères : fabuleuses, et ça change tout !

Mes fils sont fin prêts : depuis 4 jours, ils trépignent d’impatience à l’idée de me remettre leur cadeau fabriqué à l’école, de me réciter leur poésie, et de m’offrir des fleurs (enfin ça, je l’espère : fabuleux si tu me lis, n’oublie pas les fleurs hein^^ parce que sinon les enfants vont ENCORE arracher des roses du jardin.)

En me levant ce matin, je me suis dit que c’était ma 4ème fête des mères. Et puis en y réfléchissant, j’ai pensé : « ah ben non, c’est ma 30ème fête des mères. » Lire la suite…

HB-article-sen-sortir

Parent épuisé : la première chose à faire pour s’en sortir

Vous êtes à bout de nerfs, vous ne supportez plus vos enfants, vous sentez que vous allez craquer, si ce n’est pas déjà fait. C’est le moment pour vous de sortir enfin la tête de l’eau ? Vous sentez que vous êtes prêt(e) à dire stop à l’épuisement, mais vous ne savez pas par où commencer ? Voici un exercice simple, proposé par Moïra Mikolajczak, spécialiste du burn-out parental.

  1. Prenez une feuille de papier

Tracez autant de lignes que de jours dans la semaine, et 2 colonnes : d’un côté “ce qui me nourrit”, et de l’autre “ce qui m’épuise”. Lire la suite…

HB-article-burn-out

Burn-out maternel ou simple coup de mou ?

Vous déprimez à l’idée de sortir du lit. Vous perdez patience avec vos enfants. Vous comptez les heures : vivement qu’ils dorment. Si seulement vous pouviez revenir en arrière, dans ce monde merveilleux où personne ne vous tape sur les nerfs à longueur de journée. Il vous arrive parfois d’avoir envie de tout plaquer. Est-ce seulement un petit coup de mou ? Ou bien avez-vous affaire, sans le savoir, aux symptômes d’un burn-out maternel ?

Comment savoir si je suis en burn-out ?

Lire la suite…

HB-article-egocentrique

Les parents d’aujourd’hui sont-ils égocentriques ?

« Génération caliméro » : l’épuisement maternel n’a jamais été aussi tendance. Un petit coup de mou et hop, on se proclame en burn-out… Et si tout cela n’était que l’effet d’une fâcheuse tendance à se regarder le nombril ? Les parents sont-ils devenus honteusement égocentriques ? Toute cette semaine, suivez mon entretien avec Moïra Mikolajczak, spécialiste du burn-out parental.

« De mon temps, on y arrivait, et sans râler », affirme la voisine.

« Ta grand-mère ne se plaignait pas », renchérit votre génitrice.

Mère à bout de nerfs : avez-vous seulement le droit de vous sentir épuisé, puisque vous avez une machine à laver, un aspirateur, une place en crèche et des allocations familiales ?

Lire la suite…

HB-article-regret-detre-mere

Peut-on regretter d’être mère?

« Être mère, un cauchemar dont je ne me réveillerai jamais. »

Depuis la parution des travaux de la sociologue Orna Donath, les langues se délient, notamment Outre-Rhin : peut-on aimer ses enfants, mais regretter d’être mère ? Lasse de s’entendre prédire qu’elle « regretterait un jour » de ne pas vouloir d’enfant, la chercheuse israélienne a recueilli les témoignages de 23 mères qui aiment leurs enfants, mais auraient préféré ne pas les avoir.

Un pavé dans la mare du mythe de la mère parfaite : selon l’universitaire Barbara Vinken, les travaux d’Orna Donath remettent « radicalement en cause la joie d’avoir des enfants dans une société qui attend tout des mères, et où les mères exigent tout d’elles-mêmes ».

Une maternité trop exigeante ?

« Donner la vie a été une erreur. »

D’où vient le regret d’être mère ? Liberté perdue, disparition du style de vie antérieure, impression de ne plus exister, de ne plus s’appartenir à soi-même ? Certainement. Mais le regret d’être mère a une cause plus profonde : une maternité si exigeante qu’elle en est devenue dissuasive. Lire la suite…

quand maman va tout va fabuleuses au foyer

Quand maman va, tout va : 10 minutes par jour pour toi toute seule !

Tes enfants n’ont pas besoin d’une maman qui gère tout… ils ont besoin d’une maman qui va bien !

Cette année scolaire, tu ne veux pas la finir sur les rotules ? N’attends pas que le feu soit rouge ! Prends le temps de disparaître de la circulation, au moins une fois par jour. Tu ne le regretteras pas… et même ta famille te remerciera !

Je t’ai concocté un programme pour t’aider à prendre 10 minutes par jour, pour TOI TOUTE SEULE. 21 jours pour prendre soin de la fabuleuse qui est en toi !

N’attends pas, clique ici pour découvrir mon programme. Lire la suite…

HB-article-ecureuil

Des yeux pour voir

Avez-vous des yeux pour voir la beauté de votre vie ordinaire ? Aujourd’hui je vous raconte un matin pourri qui se transforme en journée lumineuse, par le pouvoir de la gratitude.

L’autre matin, je me suis levée du mauvais pied, empêtrée dans un stress gluant, qui sentait à plein nez la to-do-list névrosée. Dans mon dialogue intérieur, toutes sortes de jérémiades pour blâmer le monde entier, coupable de mettre des bâtons dans les roues de mes petits neurones (qui ne tournaient déjà pas très rond ces temps-ci, pas plus d’ailleurs que ma machine à laver qui cette fois est véritablement en train de me laisser tomber — lâcheuse.) Lire la suite…