Burn-out maternel : comment les Fabuleuses ont redéfini les règles du jeu - Fabuleuses Au Foyer
Maman épuisée

Burn-out maternel : comment les Fabuleuses ont redéfini les règles du jeu

Hélène Bonhomme 7 mars 2024
Partager
l'article sur


10 ans. Depuis la parution de notre premier article le 8 mars 2014, des centaines de milliers de mères à bout de nerfs ont trouvé ici le réconfort dont elles avaient besoin pour sortir la tête de l’eau. Je te présente ici les 10 approches contre-intuitives qui ont permis aux Fabuleuses d’aider tant de mamans épuisées à retrouver l’envie de se lever le matin.

1. L’égoïsme parental

Ces 10 dernières années ont été les grandes années de la parentalité bienveillante. Bienveillante envers les enfants peut-être… mais pas toujours envers les parents !

Notre ligne éditoriale : un vision trop restreinte de la maternité ruine ta forme physique, use ta patience, fait fondre tes ressources émotionnelles, te fait voir la vie en noir, détruit ton couple et complique ta relation avec tes enfants. N’attends pas que le feu soit rouge. Donne-toi la priorité. Ta famille te remerciera ! 

2. Quand les enfants élèvent les parents

À contre-courant de l’éducation positive ont fleuri ces dernières années des contenus faisant porter le chapeau du burn-out parental aux enfants, parfois sous couvert d’humour noir. Chez les Fabuleuses, nous les considérons non pas comme des coupables, mais comme des miroirs qui viennent révéler notre besoin de guérir :

« Nos enfants viennent à nous pour que nous reconnaissions nos blessures et affrontions courageusement les limites que ces blessures ont engendrées en nous. » — Shefali Tsabary

3. Anti burn-out, pas anti-hommes

Autre solution de facilité : blâmer les hommes. Se persuader qu’en fustigeant notre conjoint, nous pourrons apaiser la souffrance liée à l’épuisement maternel. Rien n’est plus faux. Au contraire : plus grand est le ressentiment, moins grandes sont les chances de guérir.

Ici, le principe de responsabilité est de mise : le changement est une porte qui ne s’ouvre que de l’intérieur. Je suis fière de proposer une méthode anti burn-out qui a fait ses preuves depuis des années, sans jamais stigmatiser les Fabuleux. Je dirais même plus : en prenant leur santé émotionnelle au sérieux, des milliers de Fabuleuses ont aussi sauvé leur couple, et rebâti une équipe qui gagne.

4. Stop au “ben t’as qu’à”

Tu es une maman fatiguée ? 

  • Ben t’as qu’à travailler à mi-temps,
  • Ben t’as qu’à prendre une femme de ménage,
  • Ben t’as qu’à dormir quand tes enfants dorment,
  • Ben t’as qu’à essayer les gouttes de valériane,
  • Ben t’avais qu’à pas les faire, ces enfants !

Privilégier les causes extérieures, c’est mettre un pansement sur une jambe de bois. La seule issue est de s’attaquer directement au problème intérieur : est-ce que je m’aime suffisamment moi-même, pour être capable de m’offrir une marge d’imperfection ? Est-ce que je suis prête à faire face à la peur du vide, quand je m’arrête pour prendre soin de moi ?

5. La joie de galérer ensemble

Aujourd’hui, le burn-out maternel n’est plus tabou. Être une maman épuisée, c’est même plutôt dans l’air du temps. Mais souviens-toi il y a 10 ans : seules quelques rares courageuses osaient dire tout haut que rien n’allait dans leur foyer. Ici, nous avons donné une voix à celles que l’on n’entend pas.

Ce que j’ai appris en 10 ans ? Les gens te remercient rarement pour les conseils que tu leur donnes, mais ils te remercient toujours de leur faire savoir qu’ils ne sont pas les seuls à galérer… 

6. Fabuleuse n’est pas une checklist

Le marchandage dit : « Voici la prochaine chose que tu dois faire pour être fabuleuse » (spoiler alert : tu n’en feras jamais assez). La confiance dit : « Peux-tu croire que tu l’es déjà ? Que c’est réellement vrai à propos de toi ? »

Révéler la Fabuleuse en chaque maman, c’est notre raison d’être depuis 10 ans. Par des piqûres de rappel quotidiennes, notre mission est de t’aider à te souvenir de ta véritable identité, malgré tes doutes, tes ratés, ton passé. Tu es juste assez fabuleuse, et ça change tout.

7. Foyer n’est pas un gros mot

Depuis la création des Fabuleuses au Foyer, j’ai pu recueillir des milliers de témoignages de mères de tous horizons professionnels. La diversité de cette communauté m’étonne encore, d’autant qu’à notre époque, le terme foyer frise le gros mot. 

Toutes les mères sont dans leur foyer à un moment ou à un autre de la journée. Dans notre foyer, il y a les gens qu’on aime le plus au monde et qui, par la même occasion, nous poussent dans nos plus profonds retranchements… laisserons-nous notre foyer nous transformer ? 

8. La brosse à dents

Dans mon parcours, j’ai fait appel à des thérapeutes. Ces passages chez le dentiste m’ont sauvé la vie, par l’extraction de mes caries. En parallèle, j’ai goûté à une autre approche, tout aussi essentielle : l’hygiène de vie intérieure. C’est là que les Fabuleuses interviennent : dans le brossage de dents quotidien.

Je sais que nos textes ne sont pas des pilules miraculeuses… mais je sais aussi qu’il suffit parfois de tout petits ajustements pour donner un nouvel élan à notre journée, et à notre vie. Nos 9.000 Villageoises le savent : les petits changements subtils sont souvent les plus puissants !

9. Le pouvoir thérapeutique des mots

Le 8 mars 2014, mon mari a dû me mettre un énorme coup de pied au derrière pour que j’accepte de mettre en ligne mon premier article. Mes textes, c’est avant tout pour moi que je les écrivais… plus d’une fois, l’effet cathartique de l’écriture m’avait tirée du gouffre.

Et chaque jour, ce pouvoir guérissant des mots agit également lorsque toi, lectrice de ce blog, tu nous écris pour nous raconter ton histoire. Le double effet Kiss Cool, ce sont les fées de la boîte mail, qui te lisent avec attention et t’offrent leur précieuse écoute !

10. Permis de briller

De nos jours, l’épuisement maternel a tellement la cote qu’il est parfois mal vu de dire qu’on va bien. À croire que pour être fabuleuse, il ne faut pas être trop fabuleuse, de peur d’éveiller la jalousie… 

Mais la fabulosité, ce n’est pas seulement l’absence de burn-out : c’est quand tu brilles, et quand tu inspires les autres à oser. Oui, il y a une vie après l’épuisement maternel. Oui, tu peux devenir une maman rayon de soleil. Et non, tu n’auras jamais à t’excuser de ressusciter la femme pétillante que tu étais avant d’avoir des enfants.

Bonus : en ce jour de fête, voici un récap en images de ces 10 belles années 🥹

Chère fabuleuse lectrice, si les 10 années à venir sont aussi prometteuses, c’est grâce à ton soutien depuis le début. De tout coeur, merci ! 



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la Fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour recevoir chaque matin ton petit remontant spécial maman ! Une piqûre de rappel pour ne pas oublier de prendre soin de toi, respirer un grand coup et te souvenir de ton cœur qui bat. C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 4 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
maman bébé brosse à dents
Quand l’épuisement ressurgit
La première fois qu’il t’a écrasée, tu n’étais pas prête. L’épuisement, tu l’as découvert par surprise, il s’est imposé à[...]
femme épuisée qui se tient les temps
« Je pensais que j’allais mourir d’épuisement » : elle raconte son burn-out maternel
Maman de deux enfants de 9 ans et 4 ans, Tolérance est infirmière depuis 18 ans et elle a essentiellement[...]
illustration femme ensevelie sous le linge
Les sables mouvants de l’épuisement
Plus on s’agite, plus on s’enfonce. Quand on s’enfonce dans l’épuisement maternel, c’est comme si on était aspirée par des[...]
Conception et réalisation : Progressif Media