All posts tagged maternité

HB - article maman a mere enfant grandit

Je suis sa « mère »

L’autre jour, à la sortie de l’école. Tandis que j’essaie d’extirper un biscuit du paquet pour étancher la faim de mon cadet (je ne suis pas sûre qu’il mange quoi que ce soit à la cantine), j’entends mon fils aîné papoter avec un copain.

Génial, il a un copain !!

Teneur de la conversation : l’activité qui va occuper leur fin d’après-midi, maintenant que l’école est finie.

Le copain : « Je vais chez ma mamie, il y aura des dessins animés. »

Mon fiston : « Moi, je vais aller au parc. Avec mon frère, on va monter sur l’araignée. Moi, j’arrive même à monter tout en haut ! »

Le copain : « Whaou, t’as trop de chance ! Qui va t’emmener ? »

Mon fiston : « Ben, c’est ma mère ! »

J’ai buggé. Complètement.

Ma mère !?

Non, mais ça va pas, non ? Comment parle-t-il de moi, ce petit morveux ? La prochaine étape, je la vois comme si j’y étais, la voici : “Ma mère me fait ch…”. Lire la suite…

HB - article charge mentale anna

Stop à la charge mentale

En cette période de rentrée des classes, tout, autour de nous, est passé au prisme de l’organisation. L’organisation des cartables, l’organisation de la journée, l’organisation du mercredi, l’organisation des trajets, l’organisation des activités extra-scolaires (comment chercher le grand au tennis alors que la petite doit être déposée à la danse ?), l’organisation des repas…et j’en passe.

Et dans cette ambiance sympathique et détendue, une expression dans toutes les bouches : la fameuse “charge mentale”.

La charge mentale, c’est quoi ?

Valérie de Minvielle nous dit qu’il s’agit de “l’ensemble des tâches qu’effectuent le plus souvent les femmes dans les familles d’aujourd’hui et qui visent à tout prendre en charge pour que la logistique et l’organisation de la vie familiale se passe au mieux”.

Voici ce qu’ajoute Valérie, qui est aussi chroniqueuse pour les Fabuleuses : “Ce qui les rend particulièrement ingrates c’est qu’il y en a tous les jours à faire et qu’elles sont invisibles de l’extérieur… et même de l’intérieur !”

Oui, c’est sûr, prendre rendez-vous chez le médecin, boucler les inscriptions au judo, passer récupérer les courses au Drive (ou aller au marché bio), étendre le linge et plier les slips, il y a plus glamour. Lire la suite…

HB - article elvine palette

Je me défoule et j’assume

Mon activité anti-pétage de plombs : le dézingage de palettes

Chacune a sa technique…

Certaines se jetteront sur une tablette de chocolat aux éclats de caramel, une autre s’enfilera des séries sur Netflix jusqu’à épuisement, celle-là ira courir au point de rencontrer Forrest Gump sur son chemin.

Bref, chacune a besoin de son exutoire pour s’extraire de temps en temps de ce quotidien pas toujours facile à porter.

Des enfants qui crient, un mari à milles lieues de nos préoccupations du moment, ou pas encore rentré, ou même absent. Un boulot pénible, une maison ressemblant à une partie de Monopoly entre mes deux garçons qui aurait dégénéré…

Bref, la maternité c’est sympa mais après 21h, j’aimerais être sur répondeur. Alors moi comme anti-dépresseur, je dézingue des palettes. Lire la suite…

HB - visu article deuil bébé parfait

Faire le deuil du bébé parfait

Tout commence il y a presque trois ans, à la maternité, quand mon fils T. vient au monde. Le sage femme pose le bébé sur mon ventre, je n’arrive malheureusement plus a me rappeler la joie de l’avoir avec moi, puisque tombe la question de mon conjoint :

« Mais qu’est ce qu’il a à l’oreille ? »

Moi, pleine de ma joie, je ne faisais que ressentir ce nouveau petit être collé sur moi, lui a vu que ça clochait. Commence alors l’angoisse, il emmène mon fils pour la pesée, les premiers soins, l’habiller.

Je me rappelle avoir eu des pensées très dure la première nuit à la clinique, en pensant que j’étais horrible et que mon bébé était un monstre à cause de moi….

Viendront ensuite les examens en tous genres pour vérifier les syndromes associés possibles (radio du rachis, échographie du cœur, du cerveau, des reins…). Bref, une fois passés les premiers examens, tous bons, (pronostic vital pas engagé, aucune autre malformation associée), un sentiment d’injustice nous a envahis.

Pourquoi nous ?

Lire la suite…

7-ans-apres-devenir-maman

7 ans après, redevenir maman

Après une longue journée de canicule, je m’installe enfin sur ma chaise longue pour profiter de la fraîcheur du soir. Sur la peau de mon ventre bien tendu, des masses informes se promènent de gauche à droite et de bas en haut :

  • un petit pied ?
  • une petite main ?
  • des petites fesses ?

Être enceinte, ça relève un peu de la science fiction — un alien qui flotte à l’intérieur de son propre corps : quand on y pense, c’est carrément chelou.

7 ans après, je vais redevenir maman.

Lire la suite…

HB-article-train maman

Insultée dans le train

Ça y est, on est sur le quai de la gare.

Un voyage de quatre heures nous attend, mes enfants et moi.

Cela fait des semaines que je prépare ce trajet, anticipant chacune de nos affaires en les sélectionnant selon des critères très rigoureux : pratique – léger – silencieux – non salissant.

Chacun tire sa petite valise, « Reine de Neiges » pour ma fille, « Livre de la Jungle » pour mon fils : l’une contient notre pique-nique, l’autre est la valise d’occupation contenant livre de coloriages, feutres, voitures, doudous… et jeux.

Le train arrive, je serre mon mari très fort dans mes bras, redoutant ce voyage en parent solitaire. On grimpe la marche, on trouve nos places, on salue papa par la fenêtre… et c’est parti. Lire la suite…

HB - fabriquer humain 36

Fabriquer un être humain et rentrer dans un 36

6h du matin, dans ma salle de bains.

Trois fois d’affilée, je remonte sur la balance, histoire d’être bien certaine qu’il n’y ait pas un court-circuit quelque part.

“J’ai pris tant de kilos que ça ?”

Dans mon cerveau pas encore réveillé, je tente un calcul :

“Si je soustrais le poids du bébé + celui du liquide amniotique + celui du placenta, ça fait combien de kilos logés dans mes fesses ?”

Il est trop tôt et je suis trop nulle en maths.

J’élabore donc un plan d’action post-partum :

“Dès la sortie de la maternité, je mangerai de la verdure matin, midi et soir. Je ferai une heure de marche par jour et en un mois grand maximum, j’aurai retrouvé mon poids d’origine.”

L’instant d’après, je me fous de moi : “Perdre tous ces kilos en 30 jours ? T’es vraiment optimiste et carrément tarée.” Lire la suite…

HB-article PMA

Le couple à l’épreuve de la PMA

P.M.A. Trois petites lettres que de nombreux couples connaissent bien mais partagent peu : Procréation Médicalement Assistée. Quand Ségolène et son homme se sont rencontrés puis aimés, le désir de devenir parents était évident. Après de très longs mois d’attente, une batterie d’examens éprouvants chez l’un comme chez l’autre à essayer de comprendre pourquoi la famille ne s’agrandissait pas, un petit Loup a décidé de pointer le bout de son nez dans un éclat de joie. Et puis, de nouveau, silence radio.

À partir de quand avez-vous décidé de suivre une PMA*, ton homme et toi ?

La question s’était déjà posée avant que je ne tombe enceinte de notre premier enfant. J’étais en train de commencer les démarches quand nous nous sommes rendus compte que je l’attendais ! Ainsi, je m’étais déjà préparée à l’idée qu’une deuxième grossesse pouvait être difficile à mettre en route. Le jour où nous avons souhaité accueillir un autre bébé, nous avons attendu que les choses se fassent naturellement. À nouveau, pas de réponse. Au bout d’un an, nous avons alors décidé de démarrer le protocole. Lire la suite…

HB-fils 18ans

Les 18 ans de mon fils aîné

18, c’est le nombre de bougies que mon fils soufflera demain.

18

Et tout ce que cela représente : la majorité, le droit de vote, le temps des études, des amours,  du permis. Sa vie d’homme ! Moi qui voulais le garder auprès de moi. Juste encore un peu.

L’aîné, le début d’une aventure.

Sans GPS pour me repérer, étayée par mes valeurs, mes croyances ainsi qu’une bonne dose d’intuition plus ou moins titubante, j’ai effectué avec lui mes premiers pas dans cet univers nouveau : celui de la maternité.

Avec son père, nous avons encaissé les nuits blanches, les bobos et autres grains de riz coincés dans les lattes du parquet sans trop nous poser de questions. J’étais comblée d’être mère, probablement rassurée de pouvoir enfanter. Un détail m’avait pourtant échappé : à n’en pas douter, ce petit bout d’homme en devenir avait un chouia plus de caractère que les poupées de mon enfance. Lire la suite…

HB-6 fausses couches

J’en suis à ma sixième fausse couche

Nous avions un rêve.

J’ai 32 ans, je suis mariée depuis 4 ans. Le mois dernier, j’ai fait ma sixième fausse couche précoce.
Je me considère donc comme maman de 7 enfants mais qui sont au ciel. Ce qui adoucit quelque peu ma peine.

Issue d’une famille nombreuse (dix enfants), j’avais ce doux rêve d’avoir moi aussi à mon tour une petite famille. Plus jeune, je m’occupais de garder des enfants, j’aimais cela.

Je me suis mariée et nous avons, avec mon époux, commencé à vouloir concrétiser ce rêve d’être parents. C’était excitant ! Fonder une famille, ce à quoi nous nous sommes engagés. Nous avions le projet fou d’avoir cinq enfants.

Mais la vie en a décidé autrement.

J’ai commencé par faire deux fausses couches inexpliquées la première année. Nous ne nous formalisons pas, en se disant que ça arrive à beaucoup de femmes et de couples.

L’année suivante, une autre fausse couche qui succède au bonheur de découvrir que l’on est enceinte. Un an plus tard, encore une fausse couche.

Décidément, il y a quelque chose qui ne va pas.

Lire la suite…

HB-bellemere

Belle-mère/belle-fille : pourquoi ce n’est jamais simple ?

S’il est une relation dans laquelle on marche sur des œufs, c’est bien celle-là. Je suis sûre que vous voyez de quoi je veux parler. Tendue, fragile, la relation belle-mère/belle-fille ne va pas de soi et – contrairement à la filiation – elle n’est jamais définitivement acquise. À tout moment, un caillou dans la chaussure peut la remettre en question.

« Au début, tout allait bien, confie ainsi Aurélie. Je la voyais de temps en temps, quelques heures, on se supportait bien. Tout a déraillé quand Florian et moi avons emménagé ensemble. Là, elle est devenue envahissante, elle téléphonait ou venait régulièrement sans s’annoncer, s’invitait dans nos prises de décisions personnelles. Florian avait inconsciemment son modèle en tête pour tout et j’ai eu du mal à trouver mes marques au sein de notre foyer, d’autant qu’il lui demandait conseil sur plein de choses. C’était à celle qui saurait mieux l’entourer et prendre soin de lui. »

Certaines mères, se sentant dépossédées de leur fonction maternelle, s’imposent assez vite comme des “rivales”. Par peur de perdre l’amour de leur fils, elles défendent bec et ongles leur territoire, oubliant qu’il s’agit d’une course vaine : après tout, nous voulons toutes les deux le bonheur de ce fils chéri ! Lire la suite…

HB-vignette regarder dormir

Les regarder dormir

21h30. Fatiguée de ma journée, je gravis d’un pas lourd chaque marche de l’escalier.

Je pousse la première porte du couloir pour m’avancer dans la chambre de ma fille.

Je me pose sur son lit, les yeux émerveillés par cette image si douce. Celle de son visage apaisé, les joues rougies par le sommeil. Ses petites paupières closes, ses longs cils joliment posés. Son corps tellement détendu sous la couette. Je caresse ses cheveux, ses joues toutes douces, dépose un baiser sur l’une d’elles.

D’instinct, je me dirige vers la chambre de mon fils, pour fourrer mon nez dans son cou en fermant les yeux.

Comme j’aime son odeur ! Lire la suite…

HB-article interview sevrine

Séverine, maman de jumeaux , perfectionniste repentie

Après la naissance de ses jumeaux il y a trois ans, Séverine est tombée dans le piège du perfectionnisme. A 33 ans, cette Suissesse qui vit au bord du lac Léman nous raconte comment elle en est sortie.

Comment es-tu tombée dans le piège du perfectionnisme ?

Nés prématurément, mes enfants sont restés un mois à l’hôpital. Un mois pendant lequel je ne pouvais pas être autonome avec eux – je devais les quitter chaque soir –, un mois pendant lequel il m’a été difficile de trouver ma place de parent.

En rentrant à la maison, j’ai eu envie de tout gérer et de tout faire à MA façon, pour compenser ce manque du premier mois. C’est vrai qu’en plus je suis perfectionniste de nature. Au bout de quelques mois, j’étais éreintée. J’ai contacté un centre périnatal – une sage-femme puis une psychothérapeute m’ont reçue – pour avoir une aide. Là, elles m’ont beaucoup aidée : je me suis rendu compte que de ne pas pouvoir tout gérer n’était pas un échec et que déléguer pouvait être salvateur. Lire la suite…

HB-vignette naissance dumont

Naître

Le jour se lève, inondant la chambre de sa lumière opaline. Seule, allongée sur le lit, je parle à mon enfant qui va naître. J’attends sa rencontre avec impatience. Je sais que l’heure approche.

Toute la nuit, mon ventre gonflé comme un fruit mûr s’est durci de façon régulière. Ce matin, le rythme devient cadence, la douleur plus vive. Entre deux contractions, je peux me reposer et profiter de cet ultime instant de douceur qui précède la naissance. Lire la suite…

HB-article 6 ans birthday

Tu as 6 ans

Je croyais qu’il me serait difficile de t’écrire ces mots et de les afficher ici. Et finalement non, ils sont venus tous seuls, pressants, comme pour témoigner de ce que peut être une relation maman-enfant qui ne va pas de soi.

Ma cadette, tu as 6 ans.

Chaque année qui t’éloigne de ta petite enfance me ravit. Je n’éprouve aucune nostalgie du temps où tu étais petite. Tes trois premières années ont été si difficiles. Je ne devrais pas, mais j’aspire à te voir grandir, je me dis qu’avec les années qui passent, tu la trouveras peut-être enfin, ta place.

Toi, celle du milieu, celle qui fait écho à ma propre place dans ma fratrie, celle que je ne comprends pas, celle qui me pousse dans mes retranchements, celle qui me fait puiser dans mes dernières ressources de patience, de bienveillance, de décodage. Lire la suite…

HB-article-interview virginie delage

Virginie Delage, blogueuse : “Je veux être épanouie à la maison et au boulot !”

À 37 ans, elle vient de remporter le prix « écrire aufeminin » et s’apprête à relever un sacré challenge : écrire un livre. Cette blogueuse, maman de deux petits garçons, considère ce prix comme le signe qu’elle peut réaliser un rêve et être une maman épanouie.

Virginie, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis une maman : c’est drôle, c’est ça qui vient en premier ! J’ai été salariée pendant des années dans le domaine du web, et je viens de quitter mon poste pour me mettre à mon compte. Cette décision est le fruit d’une mûre réflexion et d’un constat : pour m’épanouir, j’ai besoin de liberté !

Depuis que j’ai ouvert mon blog il y a presque trois ans, je vois des tas de mamans qui témoignent des difficultés qu’elles rencontrent pour conjuguer travail et vie de famille, qui se plaignent de ne pas voir assez leurs enfants… Moi, je n’ai plus envie de me conformer à des horaires de bureaux qui ne me permettent pas de m’occuper de ma famille comme je le voudrais.

C’est peut être utopique, mais en ce moment, je veux tout : m’épanouir personnellement ET professionnellement. Lire la suite…

HB-article uterus

Avoir un utérus, ou pourquoi les femmes cogitent

« J’veux un enfant »

« J’veux pas d’enfant »

« Pourquoi j’ai mes règles ? »

« Pourquoi j’les ai pas ? »

« Vivement que j’les ai plus ! »

J’ai souvent pensé que ces questions prenaient racine au fin fond de cet espace corporel, singulièrement féminin, à savoir l’utérus. Pas plus gros qu’une orange, il nous renvoie de façon cyclique et régulière à la mère potentielle que nous pourrions devenir. Cela pendant 40 ans.

De quoi meubler quelques heures, non ?

Sa vitalité se confirme par l’apparition et l’évolution de signes concrets que nous pouvons observer et interpréter dans nos sous-vêtements : la présence ou l’absence de glaire, l’ovulation, les règles, ou encore les différentes douleurs qui l’agrémentent.

Et tandis que nos jeunes filles piaffent à l’arrivée de leurs premières « ragnagnas », d’autres fabuleuses paieraient cher pour ne plus les avoir, quand celles de cinquante ans peinent sous les bouffées de chaleurs et l’inconfort de la ménopause, signe avant-coureur d’un temps révolu, qu’elles désignent parfois avec humour en s’exclamant :

« La machine est cassée ! »

Lire la suite…

HB-article-maman ny comprend rien

Aux mamans qui n’y comprennent rien

Cette semaine, mes jumeaux ont soufflé leur 6 bougies. Je me remémore ce basculement irréversible dans un monde parallèle, où rien ne sera plus jamais pareil. Cette tornade qui a bousculé tout ce que je croyais savoir de moi-même, des autres et du monde.

Je les aime et ils me rendent dingue ; ils me rendent dingue et je les aime — je suis mère et je n’y comprends rien.

Ils fêtent leur anniversaire et je pense à notre troisième enfant, celui qui n’est jamais né. Paradoxalement, avoir vécu une fausse couche a profondément nourri mon expérience de la maternité, cette maternité vibrante, tapie au fond de mes tripes, qui par deux fois m’a prise par surprise. La première fois par le mystérieux dédoublement d’un amas de cellules, qui fait que deux garçons presque identiques cohabitent sous mon toit. La deuxième fois, c’est en me quittant avec fracas que la maternité m’a prise de court.

Expérimenter la maternité, c’est expérimenter toutes sortes de choses qui ne se savent pas, qui ne se contrôlent pas, qui ne se prévoient pas.

Lire la suite…

HB-article-corps devient

Ce que mon corps devient

Il m’arrive de regarder les jeunes filles et de les envier.

L’autre jour, j’ai même fait un truc un peu vache : à une jeune collègue, grande liane brune gracieuse qui venait d’avoir 25 ans, j’ai osé écrire le mot suivant :

« 25 ans. Le début de la fin. Bon anniversaire ! 😊 »

LOL. En plus, la pauvre, cela lui restait un peu en travers de la gorge, d’avoir 25 ans. Mais tant pis, ça lui apprendra, à elle qui dit souvent :

« Unetelle, elle est assez âgée, elle a 42 ans. Ho pardon, je ne disais pas ça pour toi, tu fais super jeune ! »

Sale gosse, va. Lire la suite…

HB-article-culpabilite

Mamans : ce qu’il faut savoir pour dépasser la culpabilité

Quand quelque chose ne tourne pas rond dans la vie de famille, quel est le premier réflexe de la plupart des mamans ? Chercher en quoi tout est de leur faute ! Voici 4 essentiels à connaître pour dépasser la culpabilité maternelle.

1. Devenir mère, c’est ta vie entière qui passe à la machine à laver

La maternité, c’est la petite qui fait de l’asthme, le grand qui a la bonne idée de s’ouvrir l’arcade un dimanche soir, un vomi gluant sur ton chemisier neuf, la salle de bain inondée, les factures à payer, ton ado qui ne t’écoute plus, ton conjoint qui ne voit pas en quoi ça te stresse…

… et autant de raisons de piquer une crise.

Lire la suite…

HB-article-combien denfants

Tu veux combien d’enfants ?

Ça paraît anodin, comme ça, mais ça ne l’est pas. Ce genre de petite question posée juste comme ça, histoire de. Histoire de faire la conversation ; histoire de dire quelque chose ; histoire de paraître concerné ; histoire de se projeter, aussi. Certainement.

« Tu veux combien d’enfants ? »

Et ses variantes :

« Quand tu étais petite, tu t’imaginais avec combien d’enfants ? »

« Avec ton Fabuleux, c’est quoi votre chiffre ? »

Cette question – et ses variantes – je la trouve d’une violence extrême. Car pour moi, elle dépasse de beaucoup la simple curiosité : elle me paraît intrusive, impudique, déplacée.

J’y vais un peu fort ? Peut-être, mais j’assume.

Lire la suite…