Tu l'as fait - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Tu l’as fait

Anna Latron 12 mai 2020
Partager
l'article sur


Alors que je le regarde dodeliner une nouvelle fois de la tête, je réalise, avec un pincement au coeur, que la régression redoutée est bien là.

Depuis quelques jours, mon fils aîné s’est remis à pleurer beaucoup, pour tout et rien.

Depuis quelques semaines, il bégaye à nouveau quand il nous raconte sa passion pour le système solaire.

Hier, j’avais remarqué qu’il se remettait à nouveau à tourner sur lui-même quand il se trouvait dans sa chambre, pour se détendre et s’évader un peu.

Ça n’est pas une grande surprise, étant donné que le suivi thérapeutique, les séances de psychomotricité et d’orthophonie sont désormais interrompus depuis deux longs mois.

Mais je mesure ma chance : mon enfant parle, il ne se frappe pas. Il va globalement bien.

Bref, les signes de cette régression sont “légers”.

J’ai alors pensé à toutes les mamans d’enfants “différents”, extraordinaires, qui, comme moi, constatent cette régression… et dans la plupart des cas, bien plus douloureusement que moi.

Au terme de ces huit semaines de confinement, et tandis que les contours de notre “nouvelle vie” peinent à se dessiner avec exactitude, je me suis dit que j’avais bien envie de vous rendre hommage, de nous rendre hommage, de te rendre hommage, à toi, la maman ayant un enfant extraordinaire.

Si, il y a deux mois, on t’avait dit que tu l’aurais fait, tu ne l’aurais (peut-être pas) cru.

Et pourtant, tu l’as fait :

Tu as tenu, tu as tenu deux mois.

Peut-être as-tenu une heure à la fois, un jour à la fois, mais tu as tenu. Et tu vas encore tenir. Car il va falloir remettre le suivi en place, et parfois devoir te battre – encore une fois – pour que l’inclusion scolaire soit respectée.

Ça a été parfois difficile, voire très difficile. Tu as trébuché, tu as pleuré et certains soirs, assaillie par la fatigue et les doutes, tu as failli sombrer.

Ce fut l’occasion pour toi de découvrir – ou redécouvrir – en toi des réserves de patience et d’amour. De jeter un nouveau regard sur ton enfant, sur ses capacités que tu avais peut-être un peu oubliées, mais sur la réalité brute de son handicap, aussi.

Chère Fabuleuse, tu as vécu un double confinement :

confinement dans ton foyer et confinement dans le handicap ou la maladie. 

Tu t’es parfois sentie engloutie par la routine. À d’autres moments, tu as été submergée par la peur qu’il tombe malade ou par celle, toi, de tomber malade et de ne pas pouvoir t’occuper de lui.

Durant ces deux mois, la vie s’est parfois étiolée, la source qui l’alimentait a parfois failli se tarir, mais tu l’as fait : tu as tenu.

Alors oui, tu as parfois culpabilisé de ne pas y arriver, culpabilisé de ne plus supporter sa différence qui saute aux yeux, sa lenteur, ses idées fixes. Mais tu l’as fait : tu as tenu avec lui et pour lui, grâce à cette puissance de l’amour qui vous unit.

Tu as tenu parce que tu as accepté – parfois au prix de sacrifices ô combien coûteux – de te mettre à son pas. En te coulant dans son rythme lent, tu as accepté ses limites et, finalement, les tiennes.

Alors, non, tu n’as certainement pas « profité » du confinement pour faire un grand ménage de printemps ou trier les vêtements de chaque membre de la famille, tu n’as certainement pas lu beaucoup de livres ni écouté beaucoup de podcasts, et tu as encore moins eu l’occasion de relever un quelconque challenge créatif circulant sur les réseaux sociaux.

Tu as joué au mistigri, tu as construit des tours en Kapla, tu as fait des tartes aux pommes et des financiers, tu as lu des histoires, tu as câliné, tu as nourri les poules, tu as joué aux animaux du zoo, tu as construit un système solaire avec des rouleaux de papier toilette, tu t’es levée la nuit, tu as tâtonné pour improviser des séances de kiné, d’orthophonie ou de psychomotricité.

Tu t’es sentie un peu seule, aussi, mais au fond de toi, tu savais que d’autres, comme toi, vivaient un confinement “différent”, comme toi, et ça t’a aidé à tenir.

Alors adresse-toi un grand bravo.

Et un autre à ton enfant ! Tu peux être fière de toi et fière de lui.

Chère Fabuleuse, je t’adresse, en guise d’applaudissements virtuels, ces paroles écrites par Vianney pour Céline Dion :

« Si j’ai connu des moments d’émois

Où s’est abîmée mon écorce

Au fond de moi je ne savais pas

Qu’elle était ma force

Qu’elle était ma force

Avant les drames

Avant les fracas

Avant la route et ses entorses

Au fond de moi je ne savais pas

Qu’elle était ma force

Qu’elle était ma force. »



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Anna Latron

Journaliste de formation, Anna Latron collabore à plusieurs magazines, sites et radios avant de devenir rédactrice en chef du site Fabuleuses au foyer et collaboratrice d’Hélène Bonhomme au sein du programme de formation continue Le Village. Mariée à son Fabuleux depuis 10 ans, elle est la maman de deux garçons dont Alexis, atteint d’un trouble du spectre de l’autisme.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
La libération est proche
Le 28 mai, mes plus jeunes enfants reprennent l’école, et moi, je reprends le travail en présentiel, à temps partiel.[...]
Confinement et rangement
Notre maison... Chacune de nous avons un rapport bien particulier avec elle. Elle est parfois celle que nous aimons ou[...]
Déconfinement : un compte à rebours pour les tout-petits
Enfin, le déconfinement pointe son nez ! Vous commencez à imaginer la reprise de la crèche ? Vous allez être obligée[...]
Conception et réalisation : Progressif Media