Je suis incompatible avec mon mari ! - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Je suis incompatible avec mon mari !

Valérie de Minvielle 13 février 2022
Partager
l'article sur


Je me souviens des propos de ce thérapeute de couple qui, lors d’un congrès sur la sexualité féminine, concluait son intervention par ces mots : « Après avoir reçu des couples en consultation pendant 30 ans, je peux vous dire, mesdames, qu’espérer être comprise de votre compagnon est un vain projet. » Il a peut-être tué par ces mots le secret espoir de nombre de celles qui l’écoutaient. Mais il a soulevé cette question de fond :

Sommes-nous, hommes et femmes, faits pour nous comprendre ? 

Pour ma part, je tournerais la question autrement. Faut-il comprendre son partenaire pour être en relation avec lui/elle ?

Est-ce nécessaire de se sentir entièrement compris de l’autre pour être « compatibles » ?

C’est peut-être ce que croient Mélanie, Valentine et Fleur qui frappent à la porte de mon cabinet de psychologue.

Mélanie a dû arrêter de travailler pendant les confinements de 2020, se retrouvant à la maison, sans travail, avec ses enfants entrant dans l’adolescence et son conjoint, dont elle constate au quotidien leurs différences de pratiques éducatives. Elle me demande de l’aide pour soigner ce qu’elle appelle une « overdose de famille » où elle ne trouve plus sa place. Désireuse de chercher un accord avec son mari sur leurs façons d’élever leurs enfants, elle lui propose des rendez-vous, qui n’ont jamais lieu, la laissant révoltée :

« Je suis la seule à vouloir parler pour changer la relation à nos enfants, c’est pourtant important, on dirait qu’il s’en fout. »

Durant l’accompagnement, elle met le mot « infantilisation » sur la relation entre son mari et elle, et réalise qu’elle nourrit aussi cette infantilisation dont pourtant elle souffre. Plus tard elle fera le lien avec sa propre histoire, comprenant ce qui se rejoue de son passé dans cette relation, puis elle se mettra en chemin pour trouver d’autres façons d’aborder son mari, dans une posture adulte. Elle réalise après quelques mois que ce qu’elle prenait pour de l’incompatibilité entre eux ressemble plutôt à un grand malentendu sur la place de chacun dans le couple. 

Valentine aime rire, elle fait des blagues tout le temps, elle joue à imiter les autres et invente des histoires. Elle sait que son mari, qu’elle décrit comme un être sérieux, solitaire et prudent, est très différent d’elle. Mais au moment où elle fait appel à moi, son constat est amer :

« Quand je lui parle d’un projet que j’ai et qui m’excite beaucoup, il me répond que dès lors que c’est un projet construit il me soutiendra. Mais moi c’est maintenant que j’ai besoin de son soutien, justement, quand mon projet est à son début, à son état fou, et aussi flou que fou ! On ne se comprend tellement pas que je me demande si on n’est pas carrément incompatibles. »

Mélanie et Valentine se sentent toutes deux incomprises de leur conjoint.

Et échouent à leur donner leur propre mode d’emploi. Mais avant de vouloir que l’autre les comprenne, je m’attache à essayer de faire éclore le fonctionnement de chacun au sein du couple. 

Valentine est créative, intuitive, et manque de confiance en elle. Elle a envie que son mari valide son idée, ce qui, pense-t-elle, lui donnerait la confiance qui lui manque pour passer à l’action. Son mari, lui, ne voit peut-être pas les choses ainsi. Il est possible qu’il se dise qu’encourager une idée « en l’air » aurait quelque chose d’irresponsable de sa part, voire de malhonnête, et que la meilleure façon d’encourager sa femme consiste à la convaincre de bâtir un projet « qui tienne la route » à partir de cette idée.

Valentine est dans une énergie toute féminine quand elle est dans son intuition, son mari dans son énergie masculine quand il répond en termes de structure et d’action.

Incompatibilité ?

Et si ces deux pôles exprimés trouvaient au contraire leur force dans la complémentarité ? Et si Valentine apprenait à aimer la part intuitive en elle, à la laisser vivre, jouer, gonfler, se préciser, avant d’en parler avec son mari ? Si elle choisissait d’en parler avec un ami, une sœur, qui vive aussi cette part créative ? Serait-elle capable alors d’entendre la réaction de son mari comme une réaction à lui, qui ne soit pas une menace pour elle ? Je parie que oui. 

Fleur aussi se sent négligée par son conjoint. Très pris par son travail, elle le voit peu participer aux tâches de gestion du foyer, et se sent écrasée par la charge mentale. Après une séance, elle relit sur mes conseils « Les 5 langages de l’amour » de Gary Chapman*. Bien que son mari refuse de lire le livre, elle arrive à lui décrire les 5 langages d’amour, et il se prend au jeu.

Il identifie son langage d’amour comme étant les services rendus.

Elle dit :

« Ça m’a ouvert les yeux sur certaines de mes attentes envers lui, et surtout cette découverte m’aide à lui rendre service non pour attendre de la reconnaissance de sa part mais pour lui dire je t’aime, sans quémander de la reconnaissance qui ne vient pas. Je le fais de manière plus libre. D’ailleurs j’ai pris la décision de me faire aider plus par ma femme de ménage à la maison. »

Ces trois femmes se sont-elles senties mieux comprises par leur conjoint après la séance ? Difficile à dire. Ont-elles mieux compris leur conjoint ? Peut-être oui. 

Ce qui me paraît transformateur dans ces 3 histoires, c’est le moment où chacune, sortant de sa souffrance d’incomprise, s’est mise à interroger la différence de vision entre les deux conjoints.

Ont-elles compris que leur sentiment d’incompatibilité prenait racine dans cette différence de vision ? Sûrement, oui.

Peut-être que ce qui compte, ce n’est pas de tout comprendre de l’autre, ni de se sentir entièrement compris de son conjoint, comme on le serait d’une mère aimante, mais plutôt d’accepter que chacun répond à des mécanismes différents des siens, et de s’ouvrir  à ces différences pour mieux s’aimer ?

* Les 5 langages de l’amour, livre écrit par Gary Chapman, décrit cinq façons dont on se sent aimé. Les 5 langages sont : les moments de qualité, le toucher, les services rendus, les paroles valorisantes, et les cadeaux. Chacun aurait un langage préférentiel et l’auteur nous invite à identifier le nôtre, ainsi que celui de notre conjoint. 



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
La mail des Fabuleuses
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la Fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour recevoir chaque semaine le meilleur du blog des Fabuleuses ! Une piqûre de rappel pour ne pas oublier de prendre soin de toi, respirer un grand coup et te souvenir de ton cœur qui bat. C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Valérie de Minvielle

Psychologue clinicienne, Valérie de Minvielle fonde après 20 ans d'expérience professionnelle "Ma Juste Place", une méthode d’accompagnement personnalisé pour les femmes qui veulent se sentir à leur juste place dans leur vie de couple, en tant que mère, et dans leur vie professionnelle et sociale. Elle est également l'auteur de "Trouver ma juste place - dans le quotidien de 7 femmes inspirantes" paru en janvier 2020.

https://www.majusteplace.com/

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Pourquoi maman elle ne fait rien ?
Chères Fabuleuses, J’aimerais vous partager une expérience personnelle qui je l’espère vous inspirera autant que moi… Tout a commencé autour[...]
Alessandra Sublet : “L’imperfection ne fait pas de nous des mères indignes”
Présentatrice star de M6, France 5 et TF1, Alessandra Sublet est aussi maman de deux enfants de 7 et 9[...]
Violences conjugales : j’aimerais tant vous dire…
J’aimerais tant vous dire, mais les mots ne sortent pas, en dehors de rares exceptions, à l’occasion du verre de[...]
Conception et réalisation : Progressif Media