Une lettre qui arrive à point - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Une lettre qui arrive à point

Géraldine Roure 5 avril 2021
Partager
l'article sur


Il est 7 h 30. Je ne dors plus depuis 3 h 30. Les enfants se réveillent dans 30 minutes et mes pensées tournent en rond comme le moteur d’une voiture au point mort. 

Tout ce qui me tracasse pour mon travail, une amie pour qui je me fais du souci, ma fille  aînée qui grandit chaque jour un peu plus… jusqu’au cycle de vie de la feuille accrochée  sur l’arbre que j’aperçois par les volets entre ouverts :

C’est le défilé dans ma tête !  

Et sans cesse une pensée de fond reste accrochée au milieu de tout ça :

« Tu n’es pas à la  hauteur… »

Cette pensée dévastatrice me fout les pétoches dès que je lui laisse de la place. Elle me  fait perdre espoir, joie, et me culpabilise. 

Alors je me retrouve là avec mon café chaud, dans la cuisine de la vieille maison familiale,  cernée et un peu blasée. Je me plonge alors dans la lettre d’Hélène du matin… 

Et là, bingo !

Une révélation me tombe dessus ! Cette pensée qui m’a poursuivi toute la  nuit, je la reconnais. C’est une croyance sur moi-même, une simple petite croyance.

Alors ce matin je veux lui dire haut et fort :

« Je t’ai démasquée ! Tu es un mensonge ! Tu veux  m’empêcher d’avancer ? Très bien, je décide alors de ne plus te croire… Je suis  vulnérable et oui, j’ai le droit de l’être ! Je ne suis pas obligé d’être forte 24 h/24 ! Oui, j’ai peur, mais je vais oser ! » 

Puis, j’entends un enfant éternuer et je reviens soudainement sur terre avec une question  qui a son importance :

« Comment gérer cette journée de vacances en étant fatiguée,  seule à m’occuper des enfants, tout en ayant un rendez-vous Skype avec une cliente et  ce pendant la sieste ? » 

Eh bien, comme je le rappelle souvent aux mamans que j’accompagne, je vais y arriver « un  petit pas après l’autre ». Je vais aller me doucher.

Et après, on verra !  

Ce qui est sûr c’est que j’ai envie d’aller me balader avec eux, regarder les enfants  profiter de la nature et savourer ce sentiment de gratitude en regardant les feuilles des arbres tomber.  

Ma méditation nocturne à propos de la feuille accrochée à son arbre m’a rappelé que celle-ci, si fragile en apparence, sera un humus puissant pour les racines de l’arbre. À mon tour, je veux être bien accrochée à l’arbre de la vulnérabilité, de la vérité et du courage pour pouvoir servir à d’autres. Même si parfois je me fais balloter par le vent.

Et toi, à quoi penses tu la nuit quand tu ne dors plus ?



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Géraldine Roure

Mariée et maman de 3 enfants, Géraldine vit à Toulouse dans un petit appartement avec une chambre pour trois enfants ! Autant dire que la gestion d'une famille nombreuse dans un petit espace, c’est plutôt son quotidien ! Les Fabuleuses, elle connaît bien: après être passée par le Village, elle a eu à coeur de se reconvertir pour devenir Home Organiser. Elle se définit comme une « pacificatrice» du foyer : elle accompagne les mamans imparfaites pour faire du tri dans leurs maisons et alléger la gestion de leur quotidien afin de retrouver une maison non pas parfaite, mais apaisée.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Un coup de fil, et ça repart !
Il m’arrive encore d’être tellement perdue dans mes ruminations que je suis incapable de prendre la moindre hauteur. Parfois, le[...]
Permis de briller
Victoire s’endormait en bavant, enroulée sur mon bras gauche. Adelin et Roman se disputaient au sujet du choix de dessin[...]
Pas coupable mais responsable
Récemment, sur Instagram, une lectrice a réagi à un de mes articles en commençant avec une phrase qui m’a piquée[...]
Conception et réalisation : Progressif Media