HB-vignette quand baise

« Quand est-ce qu’on baise ? »

Votre mari vous balance cette phrase, comme ça, après le dîner, en vous caressant la fesse gauche. Il faut dire que vous êtes penchée en avant… le nez au-dessus des assiettes que vous installez dans le lave-vaisselle.

A l’intérieur de vous, une petite voix se fait entendre immédiatement. Vous savez, celle qui dit : « Oooooh, non ! ».

Justement, vous rêviez de vous plonger sous la couette, avec vos lunettes et ce bouquin si chouette que vous lisez en ce moment.

Bien loin de sa main baladeuse.

Les femmes que j’accompagne la connaissent bien, cette petite voix. Celle qui n’a plus que rarement envie de faire l’amour, qui y voit encore une activité mobilisant trop d’énergie, voire carrément une corvée. Au même titre que les lessives à étendre, le médecin à contacter, la vaisselle à ranger.

Celle qui aurait envie de répondre au conjoint :

« Quand est-ce qu’on baise ? Eh bien, quand je serai épilée, quand je n’aurai plus mes règles, quand je me sentirai un peu moins crevée. Quand j’aurai perdu trois kilos, quand tu me proposeras d’aller diner au restau. Quand je me sentirai belle dans tes yeux. »

Et puis QUAND est-ce qu’on baise, d’ailleurs ? Entre 6h et 6h10, vite fait, avant que les enfants se réveillent ? Ou alors à 22h alors que je me sens tout juste capable de ramper jusqu’à mon oreiller ? Ou pendant la sieste, alors que plus aucun des enfants ne la fait ?

Certaines des femmes craignent même de ne plus aimer ça.

D’autres se questionnent, avec un soupçon de culpabilité :

« Mais où sont passées la passionnée, l’enflammée, l’amoureuse, que j’étais ? »

L’amour a changé, d’accord. Les habitudes ont patiné nos corps, nos gestes, leur faisant perdre de leur pouvoir … d’amour ? Peut-être. Mais le désir, quand l’amour est toujours là, ne demande qu’à être réveillé.

Aux femmes que j’accompagne, je propose de faire des expériences pour aller réveiller la gourmande en elles, la coquine, la… biiiiiip.

Il m’est arrivé plusieurs fois de recevoir un petit mail dans ma boîte, en forme de remerciement sautillant : « Yess, j’ai retrouvé le goût des câlins amoureux ! » ou « Mon mari a adoré notre expérience, on remet ça tous les mardis ! ».

Alors, à vous qui n’avez plus souvent envie, qui aimeriez retrouver les plaisirs de cette vie sexuelle et sensuelle partagée jadis avec votre conjoint, je vous propose un petit défi.

La prochaine fois que vous avez un moment tranquille avec votre votre conjoint, je vous propose d’OSER une des trois idées suivantes :

  • Dites-lui UNE chose que vous aimez par-dessus tout qu’il vous fasse (exemple : J’adore quand tu me caresses le coude, j’aime quand tu me passes une main dans les cheveux, j’aime quand tu me serres dans tes bras, etc..)
  • Regardez-le comme si c’était la toute première fois. Détaillez-le. Qu’est-ce qui vous charmerait? Qu’est-ce que vous remarqueriez ? Qu’est-ce que vous sentiriez ?
  • Donnez-lui un « love-rendez-vous » : jeudi soir, on se couche à 21h nus mais sans obligation/pression de faire l’amour ? (si, si ça marche)

Chiche ?

Laquelle de ces trois idées choisissez-vous d’essayer ?

valerie

Valérie de Minvielle est psychologue clinicienne. Après 20 ans d’expérience en psychologie clinique et art-thérapie, elle a fondé en 2015 « ma juste place », une méthode d’accompagnement personnalisé pour les femmes qui veulent trouver leur équilibre et se sentir à leur juste place dans leur vie de couple, en tant que mère, et dans leur vie professionnelle et sociale. Valérie anime également des formations à la connaissance de soi dans plusieurs instituts de formation et établissements scolaires, en France et en Belgique. La joindre sur http://www.majusteplace.com/

HB-article-lettre qui illumine

Je partage sur Facebook
  • J’adore !! Merci Valérie, c’est exactement ça !!
    Et tes 3 suggestions sont parfaites et si simples ! Pourquoi ne pas essayer ?