HB-article-dossier-burn-out

Mamans épuisées : les réflexes pour s’en sortir

Maman à bout de nerfs ? N’attends pas, prends soin de toi ! Voici 5 idées pour commencer dès aujourd’hui à sortir la tête de l’eau :

  1. Parfaitement épuisée : stop au gaspillage d’énergie

Capture d’écran 2018-01-12 à 13.31.00

Vous aussi, vous faites partie du club pas très fermé des mamans à bout de souffle et à bout de nerfs ? On ne nous a pas prévenues, mais on a vite compris : maternité rime la plupart du temps avec « je crois que je vais craquer ». Entre les réveils nocturnes, la logistique familiale et… lire la suite ->

 

  1. Parent épuisé : la première chose à faire pour s’en sortir

Capture d’écran 2018-01-12 à 13.34.15

Vous êtes à bout de nerfs, vous ne supportez plus vos enfants, vous sentez que vous allez craquer, si ce n’est pas déjà fait. C’est le moment pour vous de sortir enfin la tête de l’eau ? Vous sentez que vous êtes prêt(e) à dire stop à l’épuisement, mais vous ne savez pas par où commencer ? lire la suite ->

 

  1. Mon conjoint ne voit pas que je suis épuisée

Capture d’écran 2018-01-12 à 13.36.58

Lorsqu’on est épuisée, rien de pire que de ne pas se sentir comprise par son conjoint ! Et rien de plus frustrant que de le voir passer à côté de vous sans même remarquer votre souffrance. Comment s’y prendre pour lui dire… lire la suite ->

 

 

  1. T’es pas toi quand t’es crevée

Capture d’écran 2018-01-12 à 13.39.40

 

Une tasse de thé renversée sur le clavier de mon ordinateur. Un biberon que je secoue sans l’avoir fermé correctement. Une flaque de lait tellement étendue que je ne peux même pas la contourner pour… lire la suite ->

 

  1. Burn-out maternel : comment j’ai retrouvé la sérénité

HB-article-serenité

 

Tu es maman et tu te sens épuisée ?
Tu déprimes à l’idée de sortir du lit,
Tu perds fréquemment patience avec tes enfants,
Tu comptes les heures : « vivement qu’ils dorment… lire la suite ->

 

 

promo ebook-newsletter

photo-ronde-heleneJe m’appelle Hélène Bonhomme. Je suis maman de jumeaux. Tout doucement, je suis tombée dans l’épuisement maternel. En public, j’avais toujours le sourire. Pourtant, j’étais à bout de forces, à bout de nerfs, à bout de souffle. Personne ne s’en doutait, sauf peut-être la voisine qui m’entendait crier à longueur de journée. Et mon mari qui assistait, désarmé, à la grimpée de cette insaisissable confusion. Je me sentais nulle, incapable, coupable.

 

Je partage sur Facebook