Parent épuisé : la première chose à faire pour s’en sortir - Fabuleuses Au Foyer
Maman épuisée

Parent épuisé : la première chose à faire pour s’en sortir

Hélène Bonhomme 26 mai 2017
Partager
l'article sur


Vous êtes à bout de nerfs, vous ne supportez plus vos enfants, vous sentez que vous allez craquer, si ce n’est pas déjà fait. C’est le moment pour vous de sortir enfin la tête de l’eau ? Vous sentez que vous êtes prêt(e) à dire stop à l’épuisement, mais vous ne savez pas par où commencer ? Voici un exercice simple, proposé par Moïra Mikolajczak, spécialiste du burn-out parental.

  1. Prenez une feuille de papier

Tracez autant de lignes que de jours dans la semaine, et 2 colonnes : d’un côté “ce qui me nourrit”, et de l’autre “ce qui m’épuise”.

Exemples :

  • le lundi : je conduis ma fille à son cours de judo et mon fils à son cours de rugby, on est toujours en retard et tout cela me stresse beaucoup
  • le mardi : je déjeune avec mes collègues. Le fait de passer du temps entre copines me nourrit.
  • le mercredi : j’emmène la petite à la piscine, et j’adore ce moment privilégié
  • le jeudi : je dois faire réviser mon fils pour ses devoirs de maths, c’est un véritable cauchemar pour moi
  • le vendredi : en général on organise un dîner à deux lorsque les enfants sont couchés. Je me sens fatiguée mais ça me fait du bien d’être seule avec mon conjoint.
  1. Faites le tri

Concentrez-vous sur la colonne “ce qui m’épuise” et faites un grand ménage ! Posez-vous sincèrement la question : que puis-je supprimer ?

On peut avoir l’impression que certaines activités sont immuables. Or c’est faux : on peut toujours retravailler l’agenda familial ! Mon enfant tient-il véritablement à toutes ses activités extra-scolaires ?

  • Peut-être bien qu’on pourrait simplement supprimer le foot du lundi ou la musique du jeudi
  • Ou alors, demander à son conjoint s’il ne serait pas plus facile pour lui de faire les trajets.
  • Ou bien, planifier une boîte de raviolis pour les soirs où le dîner est une source de stress qui vous rend littéralement malade.
  • En général, les parents n’y pensent pas, mais les devoirs peuvent très bien être suivis par quelqu’un d’autre : un voisin, le papy, l’animatrice de l’étude…
  1. Parlez-en avec votre conjoint

Faites ce premier exercice seule, pour être bien au clair sur vos ressentis, vos peurs, vos attentes. Puis, partagez tout simplement ces résultats avec votre conjoint ! Vous pourriez être étonnée de sa réaction. Il va peut-être tout simplement vous dire :

“Si c’est ça qui te met dans cet état de souffrance, pas de problème je le ferai !”

Par exemple, si le moment du bain stresse la mère, le père peut prendre cette responsabilité, et en plus avec le sourire ! Encore faut-il qu’il soit au courant !

Le changement demande du courage. Réorganiser le quotidien familial, ce n’est pas évident… mais parfois, c’est tout simplement nécessaire ! Soyez fabuleuse, soyez courageuse !

À lire : Le burn-out parental : l’éviter et s’en sortir (éd. Odile Jacob, 2017).

Revenir au dossier : Mamans épuisées : les réflexes pour s’en sortir



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 3 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Le drap de lit trop petit
Je souffle, je soupire, je transpire… ça fait dix minutes que j’essaye de mettre ce foutu drap de lit sur[...]
Maman solo : parce que “on” c’est toi
Il y a quelques jours, je lisais un post Facebook d’une amie, maman solo qui décrivait avec authenticité et humour[...]
Épuisement maternel : “J’étais la seule à ne pas voir ma dépression”
« Vous suivez toujours votre traitement ? » La sage-femme qui fait mon suivi gynécologique fixe son écran et me[...]
Conception et réalisation : Progressif Media