HB-article-sen-sortir

Parent épuisé : la première chose à faire pour s’en sortir

Vous êtes à bout de nerfs, vous ne supportez plus vos enfants, vous sentez que vous allez craquer, si ce n’est pas déjà fait. C’est le moment pour vous de sortir enfin la tête de l’eau ? Vous sentez que vous êtes prêt(e) à dire stop à l’épuisement, mais vous ne savez pas par où commencer ? Voici un exercice simple, proposé par Moïra Mikolajczak, spécialiste du burn-out parental.

  1. Prenez une feuille de papier

Tracez autant de lignes que de jours dans la semaine, et 2 colonnes : d’un côté “ce qui me nourrit”, et de l’autre “ce qui m’épuise”.

Exemples :

  • le lundi : je conduis ma fille à son cours de judo et mon fils à son cours de rugby, on est toujours en retard et tout cela me stresse beaucoup
  • le mardi : je déjeune avec mes collègues. Le fait de passer du temps entre copines me nourrit.
  • le mercredi : j’emmène la petite à la piscine, et j’adore ce moment privilégié
  • le jeudi : je dois faire réviser mon fils pour ses devoirs de maths, c’est un véritable cauchemar pour moi
  • le vendredi : en général on organise un dîner à deux lorsque les enfants sont couchés. Je me sens fatiguée mais ça me fait du bien d’être seule avec mon conjoint.
  1. Faites le tri

Concentrez-vous sur la colonne “ce qui m’épuise” et faites un grand ménage ! Posez-vous sincèrement la question : que puis-je supprimer ?

On peut avoir l’impression que certaines activités sont immuables. Or c’est faux : on peut toujours retravailler l’agenda familial ! Mon enfant tient-il véritablement à toutes ses activités extra-scolaires ?

  • Peut-être bien qu’on pourrait simplement supprimer le foot du lundi ou la musique du jeudi
  • Ou alors, demander à son conjoint s’il ne serait pas plus facile pour lui de faire les trajets.
  • Ou bien, planifier une boîte de raviolis pour les soirs où le dîner est une source de stress qui vous rend littéralement malade.
  • En général, les parents n’y pensent pas, mais les devoirs peuvent très bien être suivis par quelqu’un d’autre : un voisin, le papy, l’animatrice de l’étude…
  1. Parlez-en avec votre conjoint

Faites ce premier exercice seule, pour être bien au clair sur vos ressentis, vos peurs, vos attentes. Puis, partagez tout simplement ces résultats avec votre conjoint ! Vous pourriez être étonnée de sa réaction. Il va peut-être tout simplement vous dire :

“Si c’est ça qui te met dans cet état de souffrance, pas de problème je le ferai !”

Par exemple, si le moment du bain stresse la mère, le père peut prendre cette responsabilité, et en plus avec le sourire ! Encore faut-il qu’il soit au courant !

Le changement demande du courage. Réorganiser le quotidien familial, ce n’est pas évident… mais parfois, c’est tout simplement nécessaire ! Soyez fabuleuse, soyez courageuse !

À lire : Le burn-out parental : l’éviter et s’en sortir (éd. Odile Jacob, 2017).

Helene BonhommeHélène Bonhomme est auteure, conférencière, fondatrice du site fabuleusesaufoyer.com et chroniqueuse sur lepoint.fr. Après une prépa littéraire, des études de philo, plusieurs années d’enseignement et plusieurs autres de rédaction web, elle devient mère au foyer. Elle commence à interviewer des femmes inspirantes et à mettre par écrit des pensées motivantes. C’est ainsi qu’ont vu le jour ce blog en mars 2014, puis en mai 2015 son livre collaboratif pour révéler la fabuleuse en chaque maman et en octobre 2016 son petit guide de l’imperfection heureuse. Elle est mariée à David le fabuleux et maman de Roman et Adelin. Sa mission : aider les mamans qui veulent sortir la tête de l’eau, prendre un peu de recul sur leur quotidien et commencer à aimer leur vie !

promo ebook-newsletter

 

Je partage sur Facebook