HB-article-bilan ete

Le bilan de l’été

Les cartables sont (presque) prêts,

les étiquettes autocollantes dégainées à tout bout de champ et le bronzage commence à s’estomper. Dimanche soir, à la veille de reprendre le boulot, incapable de m’endormir, je me suis posé cette question : quel est le bilan de mon été ?

Au lieu de laisser mon esprit divaguer dans tous les sens et de ne jamais trouver le sommeil, j’ai donc pris mon carnet et mon stylo pour me lancer dans une check-list de cet été qui s’achève.

Dans l’ordre croissant (du moins sympa au carrément top),

voilà ce que j’ai vécu cet été, que j’en sois fière ou pas :

  • Crier sur mes enfants
  • Me prendre la tête avec mon Fabuleux
  • Râler (contre ma mère, ma belle-mère, ma sœur…)
  • Regarder ma montre pour vérifier les minutes qui me séparent de leur coucher (et de notre verre en tête à tête)
  • Compter les jours avant la rentrée
  • Nettoyer une chambre d’hôtel repeinte par Numérobis avec le contenu de sa couche (pour plus de détails tu peux cliquer ici ^^)
  • Éclater ma penderie contre un mur en tentant de la déplacer pour repeindre la chambre (merci les travaux !) et voir mes habits se répandre sur le sol. Du coup, en profiter pour effectuer le grand tri dont je parle depuis des mois.
  • Filer chez le médecin car mon aîné s’est fait piquer par une guêpe et que son doigt a triplé de volume (un 15 août, évidemment)
  • Remonter des kilos de sable de la plage chaque soir et pester contre les enfants qui filent directement dans le salon, histoire de panner le tapis
  • Les recouvrir de crème solaire malgré leurs cris
  • Crever un pneu en rentrant d’un pique-nique à vélo
  • Sentir que mon estomac regrette cette Xième part de fondant au chocolat (mais sérieux, c’était tellement tentant !!)
  • Se faire une ventrée de mûres pendant une balade (et tant pis pour les traces sur leur tee-shirt !)
  • Voir Numérobis (oui, oui, celui-là !) baisser son slip tout seul et uriner avec fierté sur la pelouse
  • Les regarder jouer ensemble et sans se chamailler (ça a duré maximum 10 minutes mais c’était trop craquant)
  • Déguster la meilleure glace de ma vie (si, si…parfum corne de gazelle : une tuerie !)
  • Vivre sans montre
  • Partir courir au petit matin alors que tout le monde dort
  • Traîner au lit en leur faisant des câlins et des bisous dans le cou
  • Bouquiner 2 heures dans une chaise longue
  • Faire une bataille d’oreillers jusque dans le jardin
  • Passer une soirée à refaire le monde avec une amie de longue date, au son des cigales
  • Profiter de la sieste des enfants pour partager un moment câlin avec mon Fabuleux
  • Leur lire une histoire sur la terrasse encore chaude du soleil de la journée
  • Sortir au restaurant avec des copains et revenir à pied par la plage
  • Écouter mon aîné me raconter un « Belles Histoires » de la première à la dernière page
  • Regarder un coucher de soleil, la tête posée sur l’épaule de mon Fabuleux

J’aurais pu continuer longtemps.

Ce qui reste de cet été, finalement, ça n’est pas tant le début de la liste que la suite : ces petites choses qui font que j’ai, malgré tout, goûté à la saveur de cet été et qui me resteront longtemps en mémoire.

Quitte à faire des listes (les rendez-vous à prendre avant la rentrée, les démarches à faire avant la rentrée, les dernières courses à faire avant la rentrée, etc.), pourquoi ne pas en faire une de plus et s’essayer à cet exercice ?

promo newsletter site

profil anna latronDepuis plus de 10 ans et après une école de journalisme, Anna Latron met sa plume au service de l’information en collaborant à plusieurs magazines, sites et radios. C’est en réalisant un dossier sur l’imperfection heureuse qu’elle rencontre Hélène Bonhomme dont elle est aujourd’hui collaboratrice, notamment pour le programme de formation continue du « Village ». Mariée à son Fabuleux depuis 9 ans et après avoir traversé un cancer, Anna débarque dans l’univers de la maternité il y a 6 ans en devenant maman d’Alexis, atteint d’un trouble du spectre de l’autisme. Une confrontation à la différence qui met cette jeune maman face à un défi : accepter les limites de son enfant, mais surtout les siennes, en choisissant la voie de la liberté ! Quant à Aymeric, le petit frère d’Alexis, c’est un fabuleux bêtisier de 2 ans qui pousse sa maman à persévérer dans l’acceptation de sa propre imperfection !

Je partage sur Facebook