HB - article froid cafe

Il fait froid

Je l’ai senti au petit matin, en ouvrant mes volets : à 7 heures, il faisait encore nuit.

Je l’ai senti quelques instant plus tard, en sortant de la maison : dare dare, j’ai ramené mes deux lascars à l’intérieur et les ai aidés à enfiler une paire de chaussettes (elles sont trop petites, d’ailleurs, il va falloir penser à sortir la taille au-dessus).

Je l’ai senti ces derniers jours, au fil des conversations :

– Fait frais, ce matin !
– Va falloir sortir la petite laine…
– Ohlala, les jours qui raccourcissent, ça me déprime !

Je l’ai senti en écoutant la radio :

“6° ce matin à Calais : est-ce déjà l’hiver ?”

“Pour les abeilles, c’est déjà l’hiver !”

À ce rythme-là, dans quelques petites semaines, on va nous parler préparatifs de Noël et épidémie de grippe.

Et moi qui me réjouissais d’arborer mon – léger – bronzage pendant quelques semaines encore. Il va pourtant bien falloir me faire une raison : oui, les beaux jours sont derrière nous. Je m’arrête là ou je continue à me lamenter sur la fin des apéros, des bains de soleil et des robes légères ?

Je vais m’arrêter là.

Déjà, parce que râler n’a jamais arrangé les choses et a pour seul effet de me rendre encore plus insatisfaite. Ensuite, parce que ça n’est pas FORCÉMENT une mauvaise nouvelle.

Quoi ??? Oui, tout à fait.

Petit rappel : il y a à peine quelques semaines, je pestais dès 6h47 du matin quand le thermomètre affichait déjà 23°. Un réflexe qui en dit long sur ma propension à ne jamais être satisfaite de ce que j’ai…

Poison de l’insatisfaction permanente, quand tu nous tiens !

Mais revenons à nos moutons (bonne nouvelle, je ne crève plus de chaud à la seule lecture de cette expression^^).

  • Etant donné qu’il va bientôt faire nuit à une heure décente, je vais pouvoir goûter aux joies d’une soirée “normale” grâce aux effets magiques de la mélatonine, l’hormone du sommeil, que notre cerveau sécrète en cas d’obscurité. Hourrah !
  • Dans la même veine : pareil pour les réveils matinaux (ultra matinaux) à cause du soleil debout dès 6 heures. À moi la grasse mat’ ! Soyons optimistes 🙂
  • Je dois aussi avouer que je commence à en avoir ras la casquette des taboulés, des concombres, des pêches et des sorbets. D’ailleurs, j’ai comme une envie de potimarron, là, tout de suite ! Soyons honnête : je vais quand même avoir la nostalgie des apéros au bord de la piscine…mais la bonne nouvelle c’est que je vais bientôt pouvoir siroter un bon vin chaud devant la cheminée !
  • Les robes d’été et les mini-shorts, c’est chouette, bien évidemment…mais je dois reconnaître que mes complexes physiques (encore eux !) ne vont pas se plaindre : s’habiller l’hiver, c’est tellement plus facile pour se cacher ^^. Et puis, je commençais à avoir envie de ressortir mes gros pulls que j’aime trop. À l’année prochaine, bikinis et robes courtes !

Bref : toutes les bonnes choses ont une fin et c’est d’ailleurs pour cette raison précise qu’on les apprécie. 

Mais en fait, que vais-je vraiment regretter de cette saison estivale ?

À part le soleil ? D’ailleurs, même si je me roulais par terre de rage, celui-ci n’en modifierait pas pour autant son rythme ancestral de croisière pour moi. [Correction : ça n’est pas lui qui change de rythme, c’est nous qui nous éloignons. Si je ne suis pas contente, je n’ai qu’à changer de planète.]

Ce que je vais regretter, c’est un rythme, une forme de détente et de légèreté associés à l’été. Mais qu’est-ce qui m’empêche de noter tout ce qui m’a plu au fil de cette saison estivale et de regarder ce qui est possible de faire durer ?

  • Les apéros conviviaux. Et si j’organisais un apéro par mois à la maison ? Pas au bord de la piscine, mais au coin du feu ? Plus que le soleil, c’est la convivialité que je retiens.
  • Les balades sur la plage. Et si j’aménageais mon agenda pour y caler chaque semaine un moment de contact avec la nature ? Plus que la plage proprement dite, c’est le contact avec les éléments qui m’a ressourcée.
  • Les siestes dans le hamac. Et si je m’engageais à faire minimum une sieste par semaine ? Plus que le hamac bercé par le doux chant des cigales, c’est ce moment de repos que j’ai le plus goûté.
  • Bouquiner en bronzant sur la terrasse. Pour le bronzing, ça va être un peu compliqué (aucune envie de flinguer mon capital soleil en pratiquant la lampe à U.V. ^^)… Mais pourquoi ne pas me réserver une soirée par semaine à bouquiner, emmitouflée dans un plaid bien chaud ?

Chère Fabuleuse, pour ne pas laisser la sinistrose grisounette prendre le dessus et mettre ton moral à zéro, je t’invite toi aussi à regarder ce qui t’a plu cet été, à lister ces trésors et à les “capitaliser” en les traduisant de façon très concrète dans ton quotidien.

Des « devoirs de rentrée », en quelque sorte.

Mon petit doigt me dit que ça va bien nous aider à ne pas laisser s’installer ce désagréable sentiment de vivre en apnée permanente jusqu’au printemps prochain !

Tu veux recevoir un peu de soleil et de réconfort chaque matin, même (et surtout) quand il fera nuit noire ? Clique ici :

HB-article-lettre qui illumine

profil-anna-chroniqueuseDepuis plus de 10 ans et après une école de journalisme, Anna Latron met sa plume au service de l’information en collaborant à plusieurs magazines, sites et radios. C’est en réalisant un dossier sur l’imperfection heureuse qu’elle rencontre Hélène Bonhomme dont elle est aujourd’hui collaboratrice, notamment pour le programme de formation continue du « Village ». Mariée à son Fabuleux depuis 10 ans et après avoir traversé un cancer, Anna débarque dans l’univers de la maternité il y a 8 ans en devenant maman d’Alexis, atteint d’un trouble du spectre de l’autisme. Une confrontation à la différence qui met cette jeune maman face à un défi : accepter les limites de son enfant, mais surtout les siennes, en choisissant la voie de la liberté ! Quant à Aymeric, le petit frère d’Alexis, c’est un fabuleux bêtisier de 4 ans qui pousse sa maman à persévérer dans l’acceptation de sa propre imperfection !

Je partage sur Facebook
  • Laëtitia Huet

    Je ne prends jamais le temps de commenter, mais là, merci infiniment Anna pour cet article, qui m’a mis du baume au cœur avant de me coucher et correspondait bien à mes ressentis de cette semaine… à savoir « bon, il fait frais, on ressort les pulls, j’aime bien râler mais c’est sympa aussi ce retour d’automne ! »
    Merci aussi pour les supers idées de fin d’article.
    Toujours aussi agréable de vous lire les Fabuleuses !
    Belle soirée et belle nuit,
    Laëtitia

  • Merci Laëtitia pour ton retour : je suis ravie d’avoir vu juste !
    Anna

  • Génial, merci pour ton partage !

  • Merci pour ton retour 🙂