Fabuleux séduisant - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Fabuleux séduisant

Rebecca Dernelle-Fischer 15 septembre 2017
Partager
l'article sur


Un homme n’est jamais si grand que lorsqu’il est à genoux pour aider un enfant. (Pythagore)

Je regarde les photos de notre journée à Legoland et je fonds littéralement quand je vois mon mari, la tête quasiment entre les genoux, coincé dans une mini voiture à côté de notre Pia.

Pia, notre petite miss de bientôt 5 ans, petit cadeau spécial livré avec un chromosome extra et que nous avons adoptée.

Pia et son papa au chapeau de paille, conduisant côte à côte dans leur petite jeep tigrée. Penché, collé à notre plus jeune fille, tenant le minuscule volant d’une voiture format de poche, mon fabuleux sourit et montre du doigt les animaux en Lego qui jonchent le parcours.

Il pourrait avoir l’air ridicule, il est bien trop grand pour être assis confortablement mais pour moi, à ce moment là,

Il est l’homme le plus séduisant de toute la terre.

Il a 39 ans mon fabuleux, je le connais depuis 17 ans. Il a volé mon cœur il y a 16 ans, un beau jour, sur mon lieu de travail, je l’ai observé du coin de l’œil.

Ce soir-là, Christoph préparait la technique pour un concert gospel dans l’institution où je travaillais. Tendre, gentil, il discutait avec Claudy, qui jouait fièrement de la trompette sur un instrument imaginaire en dansant comme un enfant de 3 ans.

C’est à ce moment-là que j’ai complètement flashé sur ce jeune Allemand intello, à moustache et dont la chemise un peu démodée ne me faisait pas du tout de l’œil !

Il s’est montré tellement à l’aise au milieu des personnes avec qui je travaillais et que j’aimais énormément (des adultes ayant tous une déficience intellectuelle plus ou moins marquée). Et c’est la tendresse de ce futur pasteur qui m’a bouleversée, la simplicité du cœur de ce fan de théologie et d’informatique qui m’a conquise.

Je regarde encore mes photos, Christoph assis dans un bateau de la rivière sauvage pour accompagner nos deux grandes filles, fan de l’adrénaline si particulière qu’offrent les parcs d’attraction. Il irait sans hésiter sur la pire des montagnes russes juste pour accompagner Emma et Ann-Céline.

Et de nouveau, il me fait craquer.

La plus belle lettre d’amour qu’il m’écrit,

  • C’est la tendresse qu’il donne chaque jour à nos enfants.
  • La caresse la plus douce qu’il me fait, c’est quand il les serre dans ses bras.
  • Les livres les plus passionnants que l’on possède sont ceux qu’il leur lit tous les soirs.
  • Sa plus grande force de caractère c’est quand il se fait tout petit, accroupi, pour souffler sur leurs genoux fraîchement écorchés.

Mon fabuleux n’est ni parfait ni toujours le plus cool

Parfois il m’énerve vraiment vraiment vraiment, certains trucs me font penser que

« merde mais il va pas changer et en plus la garantie est dépassée ! ».

Mais il reconquiert mon cœur jour après jour par les petits gestes, les petites phrases, qui font «qu’un homme n’est jamais si grand que lorsqu’il est à genoux pour aider un enfant ».



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Rebecca Dernelle-Fischer

Psychologue d’origine belge, Rebecca Dernelle-Fischer est installée en Allemagne avec son mari et ses trois filles. Après avoir accompagné de nombreuses personnes handicapées, Rebecca est aujourd’hui la maman adoptive de Pia, une petite fille porteuse de trisomie 21.
https://dernelle-fischer.de/

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Crise dans la file d’attente
Dans le long cortège de ceux qui attendent, je les vois : un couple et leurs deux enfants, un garçon[...]
« C’est toujours moi qui… »
Nombreuses sont les femmes que j’accompagne à se montrer entreprenantes, exigeantes, ambitieuses pour leur vie. Et fatiguées. Elles sont épuisées[...]
Merci papa
Quand j’étais enfant, avec mes sœurs — et comme d’innombrables enfants avant nous —, nous offrions une carte à notre[...]
Conception et réalisation : Progressif Media