HB-vignette YT louise temoignage village

Portrait de fabuleuse : “Apprendre à lâcher prise m’a libérée”

Louise a découvert la maternité à deux reprises : une première fois en accueillant la fille de son conjoint, une deuxième fois en donnant la vie à un petit garçon. Après cette naissance, elle se met beaucoup de pression pour construire une famille idéale et tombe peu à peu dans le burn-out.

Quand elle commence le Village il y a un an, elle découvre la force des échanges authentiques et bienveillants entre les participantes : elle comprend alors qu’elle n’est pas seule. Lire la suite…

HB-article-mamans solo

À toutes les mamans solos

Chapeau bas, mesdames. Simplement par ce texte, je veux t’exprimer mon profond respect.

Tu es peut-être veuve, séparée, divorcée…

…Tu n’as peut-être même jamais été en couple avec le père de ton enfant, mais voilà : tu gères seule la parentalité, du matin au soir. Et ça, à l’heure du Parent 1, du Parent 2 et autres actualités sémantiques, c’est un boulot énorme. Lire la suite…

HB-article-amitiees brisees

Peut-on réparer une amitié brisée?

Dans ma vie, les amitiés sont comme autant de cours d’eau qui viendraient alimenter et grossir un même estuaire. Il y a les rivières tranquilles et évidentes, les sources impétueuses et sinueuses, les ruisseaux asséchés faute d’avoir été nourris.

Et il y a deux fleuves.

Larges, profonds, charriant de multiples souvenirs, discussions, rires, échanges, larmes et partages, encadrant par leurs rives épaisses le paysage de mon existence.

L’un de ces fleuves a toujours connu un débit constant et nourri. Rien n’est venu perturber son cours, ni crues ni décrues, il a continué sa route, imperturbable, confiant, puissant, sûr de lui, même dans le silence, sous la pluie ou le soleil. Lire la suite…

TUTO SHAKE

Le tuto shake shake shake

Vous vous dandinez sur la chanson Fabuleuse ? Il est temps d’adopter le « shake shake shake », version Tiphaine Wary ^^ Lire la suite…

cafe-anna-relisience

La résilience est un chemin

Nous avons toutes nos blessures. Nous traversons toutes la souffrance. Nous vivons toutes des épreuves. Pas question ici de les comparer.

Plutôt que de “mesurer ta douleur à celle des autres, ni même de comparer ta manière de la gérer avec celle des autres”, comme le dit si bien Rebecca Dernelle-Fischer, laisse-moi aujourd’hui te prendre par la main et te proposer un petit voyage au pays de la résilience. Lire la suite…

recap-video-sartrouville

Ne te trompe pas de combat — Récap vidéo — Sartrouville

“Dès que la vie devient difficile, les insuffisances de notre estime de soi se révèlent impitoyablement. Chez les plus vulnérables d’entre nous, du fait de leur fonctionnement psychique ou de leur difficultés sociales (personnes isolées, en précarité, chômeurs), ces failles de l’estime de soi ne pardonnent pas et alimentent alors de nombreuses formes de souffrance mentale.”

 

Pour reprendre les mots de Christophe André dans Imparfaits, libres et heureux, lorsque nous sommes en position de vulnérabilité, nous vivons une “tempête sur l’estime de soi”.

 

Eh bien, parmi ces personnes en position de vulnérabilité, qui traversent une “tempête sur l’estime de soi”, j’ajouterais les mamans ! La maternité est une tempête sur l’estime de soi… alors ne te trompe pas de combat : Lire la suite…

la-peur-ou-lamour

L’amour n’est pas une conséquence — Récap vidéo — Paris

L’amour n’est pas une conséquence. L’amour est une cause.

  • Ce n’est pas parce que je suis aimable que je m’aime. C’est parce que je m’aime que je deviens aimable !
  • Ce n’est pas parce que je suis belle que je m’aime. C’est parce que je m’aime que je deviens belle !
  • Ce n’est pas parce que je suis intelligente, créative ou géniale que je m’aime. C’est parce que je m’aime que j’arrête de me faire la guerre à moi-même… et qu’ainsi je trouve le temps de développer ma créativité !

Lire la suite…

david-helene-vlog

Pourquoi il s’en fiche ? — Récap vidéo — Lausanne

Pourquoi j’ai l’impression que mon conjoint ne s’intéresse pas à ce que je vis ? Pourquoi je suis la seule à vouloir que les choses changent ? Pourquoi il rechigne à papoter avec moi, dès qu’on aborde des gros sujets ? Comment l’embarquer dans le processus de changement que je voudrais instaurer ?

 

Si tu me suis depuis un certain temps, tu sais que mon mari et moi, on aime bien faire des vidéos dans la voiture^^ Alors sache qu’on a remis ça ! Comme cette semaine, on passe de nombreuses heures sur les routes, on t’a concocté une vidéo où mon fabuleux nous explique le pourquoi du comment “il s’en fiche” 😉 Lire la suite…

vlog bienne

J’ai arrêté de chercher le bonheur — Récap vidéo — Bienne

Le fabuleux voyage suit son cours : toute l’équipe est bien arrivée en Suisse !

Aujourd’hui, je t’explique pourquoi j’ai arrêté de chercher le bonheur — et pourquoi ça m’a libérée. Lire la suite…

HB-article-tournee fab

Les Fabuleuses « pour de vrai »

Ce qui nous motive vraiment, au sein de l’équipe des Fabuleuses, ce qui constitue vraiment le carburant de notre engagement, c’est de vous voir “pour de vrai” :

  • Vous voir sourire.

Lire la suite…

HB-article-lyon

Savoir s’entourer — Récap vidéo — Lyon

T’arrive-t-il parfois de te sentir “plombée” après une conversation qui te laisse vidée de ton énergie ? Tu sais, ce moment où les râleries et les plaintes des autres te tirent vers le bas et te sapent le moral…

Aujourd’hui, je t’emmène dans mes valises, sur la route de la fabuleuse tournée. On parle de l’importance de savoir bien s’entourer : Lire la suite…

tournee-bordeaux

La tournée des fabuleuses — Récap vidéo — Bordeaux

La tournée des fabuleuses, jour 1 : merci Bordeaux ! Lire la suite…

HB-vignette naissance dumont

Naître

Le jour se lève, inondant la chambre de sa lumière opaline. Seule, allongée sur le lit, je parle à mon enfant qui va naître. J’attends sa rencontre avec impatience. Je sais que l’heure approche.

Toute la nuit, mon ventre gonflé comme un fruit mûr s’est durci de façon régulière. Ce matin, le rythme devient cadence, la douleur plus vive. Entre deux contractions, je peux me reposer et profiter de cet ultime instant de douceur qui précède la naissance. Lire la suite…

HB-vignette YT france temoignage village

Portrait de fabuleuse : “Pour ma fille, j’ai appris à m’apaiser”

Elle se sentait comme “absente” de son quotidien ; elle était là sans être là.

France, maman solo d’une petite fille de 5 ans, a connu le burn-out maternel

et les affres de la culpabilité qui l’accompagnent. Le Village, qu’elle découvre par hasard, lui apprend à prendre soin d’elle et à reprendre confiance en elle. Elle témoigne aujourd’hui de son chemin vers l’authenticité qui lui a permis de renouer avec un quotidien plus léger et riche en projets : Lire la suite…

HB-article-douceur solide

Souple et solide à la fois

Ils sont nombreux, ces moments où j’ai envie de crier.

Crier parce que c’est injuste.

Parce que la différence de mon fils – invisible aux yeux de beaucoup – me revient en pleine face à l’occasion de petits détails de la vie sans importance.

Quand, au square, je le vois incapable d’entrer en relation avec un enfant de son âge. Quand, au moment de passer à table, je lui donne l’assiette en plastique bleu – que son frère plus jeune réclame pourtant – parce que je sens qu’il fait une fixation dessus et qu’il n’arrivera pas à passer à autre chose.

Quand il tient des propos curieux pour un enfant de son âge – « néanmoins », « ne serait-ce que » – et que son auditoire reste médusé devant un tel vocabulaire tandis que moi, j’entends les intonations et le style adultes plaqués sur l’histoire maladroite d’un enfant de 7 ans.

Quand j’ai du mal à cacher mon énervement et qu’il me demande, comme pour valider qu’il a bien appris sa leçon : « Maman, tu es fâchée ? Est-ce que c’est bien ça ? »

Je sais désormais que non, ça ne « passera » pas. Lire la suite…

HB-article-mamie

Une grand-mère, c’est comme une mère en version augmentée

Elvine, maman et illustratrice du blog Maman dessine et rigole, nous livre sa vision des fabuleuses grands-mères !

Lire la suite…

image-66minutes

Burn-out maternel : les fabuleuses sur M6

Émission 66′ du 3 mars 2019.

Pour voir le replay : c’est ici.

Le reportage commence à la minute 31 et les fabuleuses apparaissent à partir de la minute 41 🙂

Lire la suite…

HB-article-serenité

Burn-out maternel, comment j’ai retrouvé la sérénité

Tu es maman et tu te sens épuisée ?

  • Tu déprimes à l’idée de sortir du lit,
  • Tu perds fréquemment patience avec tes enfants,
  • Tu comptes les heures : « vivement qu’ils dorment »,
  • Si seulement tu pouvais revenir en arrière, dans ce monde merveilleux où personne ne te tape sur les nerfs à longueur de journée…
  • Il t’arrive parfois d’avoir envie de tout plaquer ?

Tu te demandes si c’est seulement un petit coup de mou ou bien si tu as affaire, sans le savoir, aux symptômes d’un burn-out maternel ?

  • Tu as l’impression d’être la seule à avoir autant de mal à gérer le quotidien en famille : « pourquoi les autres y arrivent et pas moi ? »
  • Tu es à la recherche de solutions pour sortir enfin la tête de l’eau et retrouver la sérénité
  • Tu veux recommencer à vivre, et non subir ta vie !
  • Tu te sens prête à dire stop à cet épuisement qui te pourrit la vie

Lire la suite…

HB-article-maman plainte

De quoi elle se plaint, la maman d’aujourd’hui ?

Dernièrement, j’ai encore vu circuler sur Facebook l’un de ces textes — de préférence partagé par des personnes d’un certain âge et sans enfant  — qui faisait l’éloge des conditions dans lesquelles nous avons été élevés :

« Avant, nos parents nous laissaient jouer seuls dehors, on rentrait juste pour les repas, sales et heureux, on ne portait pas de casques pour faire du vélo, on jouait dans la nature, on recevait la fessée… Et alors ? On a survécu. »

De quoi elle se plaint, la maman d’aujourd’hui ? Elle porte haut le drapeau du burn-out maternel, elle blâme la charge mentale… Mais de quoi elle se plaint ? Elle n’a pas connu la guerre, elle a probablement accouché « sans douleur » et sa machine à laver a un écran tactile.

C’est quoi son problème ?

Lire la suite…

toilettes-publiques-mamans

Les toilettes publiques des mamans

« Pardon Madame, est-ce que vous auriez des toilettes ? C’est pour mon fils, il n’en peut plus. »

Avec un peu de chance, la gentille dame me donne accès à l’arrière-boutique et mon chérubin s’installe allègrement sur le trône — habituellement réservé aux employés du magasin.

Dès que nous quittons la maison pour une petite course, mon activité principale se résume à une perpétuelle chasse aux toilettes, pour permettre à mes enfants de se soulager — car évidemment, ils n’ont jamais besoin de faire caca AVANT de partir.

Les petites mains empoignent joyeusement la cuvette immonde des WC publics : allez, on respire bien fort et on pense à des licornes multicolores.

Mais il y a une autre épreuve dans nos vies de mères.

Une épreuve encore plus laborieuse. Une épreuve tellement exigeante en force musculaire et en détermination mentale, qu’elle devrait être admise parmi les disciplines olympiques.

Ça peut t’arriver partout :

au resto, au centre commercial, dans un train, sur une aire d’autoroute… Je veux parler de ce moment où TOI, la maman, tu as un besoin pressant qui se manifeste au beau milieu d’un lieu public. Lire la suite…

egoisteetfab

“Moi d’abord” : égoïste et fabuleuse

Vides, les étagères du frigo. Désespérément vides.

Pleine, la porte du frigo. Pleine de tous ces vieux pots que je n’ose plus ouvrir depuis des mois : de la sauce barbecue qui date de l’été dernier, 4 bouteilles de ketchup entamées, un bocal d’olives plus très vertes, un demi-oignon et sa copine la demi-échalote, oubliés dans du vieux papier alu… Faudrait trier tout ça. Et puis partir faire les courses. Avec une vraie liste, cette fois. 

Depuis 3 semaines, matin et soir, Adelin réclame ses chaussettes pisderman.

3 semaines que je lui réponds :

« Désolée mon chéri, elles sont quelque part dans ce tas de linge sale, mais maman ne les a pas encore trouvées ni lavées. »

Mon mari est à l’autre bout de l’Europe. Hier soir, j’ai réussi à coucher les enfants une heure plus tôt que d’ordinaire : pas de puzzle, pas d’histoire, juste un bisou, une chanson et dodo. Par miracle, ça a marché. Et je suis allée me coucher à19h26. 19h26 ! Dieu existe. Lire la suite…

View More: http://photographybywinter.pass.us/bonhomme

Pourquoi je m’aime

Ce texte a certainement été le plus difficile à écrire depuis mes débuts. Dire qu’on s’aime, ça ne se fait pas. Ça met tout le monde mal à l’aise. Ça fait prétentieux. Ça fait bizarre. Ça fait un peu malsain. Comme si on avait le droit (le devoir !) d’aimer tout le monde, sauf soi. L’article que vous vous apprêtez à parcourir m’a pris, au bas mot, deux années de travail acharné. Deux années pour conquérir, ma foi et ma thérapeute aidant, un territoire mystérieux, incompris et trop souvent négligé : l’amour pour soi.

Pourquoi je m’aime

  • PAS parce que je suis particulièrement jolie – sinon je m’aimerais uniquement les jours de mariage, ou en tout cas APRÈS m’être tartinée de l’anti-cernes.
  • PAS parce que je suis particulièrement intelligente – sinon je m’aimerais uniquement quand je n’oublie pas d’acheter du PQ ou quand je ne balance pas x fois la même connerie qui – je le sais, pourtant ! – va encore déclencher une crise nucléaire conjugale.
  • PAS parce que je suis particulièrement aimable – sinon je m’aimerais uniquement lorsque je ne râle pas, lorsque je ne me plains pas, lorsque je ne pense pas qu’à moi et lorsque je ne dis pas de gros mot.
  • PAS parce que je suis particulièrement douée – sinon je m’aimerais uniquement lorsque je parviens à ouvrir les paquets de riz de manière à PAS ramasser des grains dans toute la cuisine.

 

Alors, pourquoi je m’aime ?
(et pourquoi tu devrais t’aimer)

 

Lire la suite…

HB-article clip fab

Le clip des Fabuleuses

Je t’annonce la sortie de la chanson des fabuleuses… notre chanson à toutes, quoi 🙂

La chanson des mamans imparfaites, généreuses…

…un petit peu râleuses et surtout fabuleuses.

La petite histoire : en mars dernier, nous étions 500 fabuleuses réunies dans un théâtre parisien, pour le show “Les fabuleuses en soirée”. L’artiste Tiphaine Wary était avec moi sur scène ; elle nous avait présenté une toute nouvelle chanson.

Cette chanson, même si nous ne l’avons entendue que ce soir-là, nous est restée dans la tête depuis tout ce temps… Hé oui : c’est comme ça qu’on reconnaît les tubes ! Lire la suite…

fete-grands-meres

Ma mère est plus cool avec mes enfants qu’elle ne l’était avec moi

Quand ma mère garde mes enfants, j’ai l’impression de découvrir une femme différente de celle que j’ai connue. Et mon mari fait exactement le même constat concernant sa mère. Toute cette douceur et cette permissivité :

«  Mais d’où ça sort ? »

Ma maman, c’est ma maman.

Si je devais vous parler d’elle, j’aurais très certainement des choses à redire tout comme des pépites d’amour à partager.

En toute logique, à chaque stade de ma vie, ma vision sur elle et sur notre relation a évolué. Mais mon regard d’adulte à parfois été dur, je l’avoue. Surtout avant que j’ai moi-même des enfants et que… je comprenne. Lire la suite…

ma-grand-mere

Encore un thé avec ma grand-mère

La douce fraîcheur de ce matin de mars rosit mes joues, tandis que la main potelée de ma fille se blottit dans la mienne. Elle sautille au rythme de mes pas.

Il y a de nombreuses années, comme elle, je serrais la main d’une femme que j’adorais. La fatigue du grand âge inverse aujourd’hui les rôles. Je voudrais lui tenir la sienne afin de l’aider à faire encore quelques pas. J’ai la gorge serrée.

Mes pensées se rembobinent, et c’est au cœur de ce chagrin matinal que chacun de mes âges me rend visite.

Me voici petite fille sautant sur le trottoir à ses côtés, puis adolescente lovée sur un transat, rêvant mon avenir auprès de celle qui me donnait envie de grandir. C’est en mariée que je me vois avancer dans son jardin fleuri, célébrant la première page de mon histoire d’amour. Jeune mère, je sonne légère à sa porte le midi, lors de mes escapades sans enfant.

Lire la suite…

HB-article-grand mère alix

Une grand-mère pas « gâteau » ? Ode à la différence

La grand-mère de mes enfants, ma mère, ne coche pas toutes les cases clichés de la grand-mère confiture, gâteaux « Bonne-maman » Elle est différente. Elle, elle fait à sa façon… Mes enfants l’adorent

Ce n’est pas une grand-mère comme les autres, c’est une grand-mère bien mieux que toutes les autres, c’est leur grand-mère ! Et eux, mes 3 fils, n’échangeraient leur Mouty pour rien au monde.

Ils l’aiment si fort, si profondément qu’ils font aujourd’hui les pieds au mur pour aller la voir et prendre rien que pour elle, le temps qu’il faut entre 2 rendez-vous professionnels et 2 avions lorsqu’ils reviennent de l’étranger.

Ses petits enfants l’appellent Mouty. C’est son ‘nom de grand-mère’. Elle l’a choisi, sans pourtant parler un mot d’allemand, mais pour la sonorité douce et musicale du mot qu’elle aimait. Ce n’est pas exactement une grand-mère comme les autres. Pas le genre « grand-mère gâteau » qui vient spontanément le mercredi après-midi jouer avec ses petits-enfants, les bras chargés de bonbons et de cadeaux. Elle préserve son indépendance. Avec elle, il faut que ce soit prévu, organisé à l’avance.

Ce n’est pas exactement une grand-mère comme les autres, et pourtant

Elle a su tous les aimer à chaque âge : si calme, si douce, si apaisante et si contenante lorsqu’ils étaient nourrissons ; si présente et patiente pendant leur enfance ; si disponible et pleine de sang-froid pendant leur adolescence ; et encore si dynamique, si vive, si joyeuse et pétillante aujourd’hui à 83 ans !

Elle est ultra fiable et a toujours répondu présente. Je ne compte pas le nombre de fois où je suis partie le cœur léger et l’esprit tranquille pour une obligation professionnelle de quelques jours ou une villégiature plus longue.

Elle a su gérer de main de maître toutes les situations les plus rocambolesques, délicates et inouïes . Comme le jour où les ados profitant d’un week-end de détente de leurs parents en bord de mer, ont fait l’expérience de leur première cuite !

Elle est créative et leur a communiqué son super sens pratique : Elle a passé des heures, et même des jours entiers sans compter, à collectionner, rafistoler, dessiner, couper, réparer, transformer, coller, construire, ramasser, coudre, assembler, peindre avec eux ou pour eux, à leur transmettre sa créativité par des bricolages et inventions en tout genre. Résultat : , un de mes fils sait grâce à elle se servir d’une machine à coudre…, moi pas !

Elle leur en a raconté et lu des histoires pendant des heures . Elle s’est même assise avec eux devant tous les dessins animés et les films jusqu’aux mangas, elle qui n’a jamais eu la télé chez elle !

Elle n’a jamais rechigné devant aucune dépense physique et ça, pour des garçons, ça n’a pas de prix !

Elle est incollable sur des tas de questions de littérature ou de sciences. Elle récite sans faille des poésies complètes du temps de sa scolarité (!) et elle utilise de temps en temps un mot sorti du fin fond de sa mémoire encore très alerte… que personne ne connaît autour de la table !

Alors c’est vrai, elle ne les a presque jamais emmenés sur une plage bondée et jamais dans une piscine ni dans aucun parc d’attraction parce qu’elle déteste ça. Ce n’est pas la meilleure donneuse de câlins parmi toutes les grand-mères sur cette terre et ce n’est pas non plus la plus grande ‘bisouteuse’ que l’on connaisse. Elle n’aime pas prêter sa voiture. Et le goûter, c’était toujours ‘à la maison’ et pas à la sortie de l’école mais mes 3 gars n’ont finalement pas eu besoin de tout ça. Elle leur a donné tellement autrement

Ce qui me touche le plus, c’est quand je vois cette énorme tendresse entre elle et eux. Mes grands baraqués qui la prennent dans leurs bras, et oui c’est inversé maintenant, et l’enveloppent, la serrent tendrement. Ils en prennent soin : leur Mouty est sacrée ! Un jour, elle nous manquera terriblement….

Moi, je suis témoin de la puissance et de la beauté de cette relation délicate et subtile, et ça m’émeut aux larmes. Je suis mère comme je suis, je serai grand-mère comme je serai, comme une mère (en plus) grand, en plus ample parce que c’est ce qu’elle m’a appris avec mes enfants, elle m’aura agrandie…

HB-article 6 ans birthday

Tu as 6 ans

Je croyais qu’il me serait difficile de t’écrire ces mots et de les afficher ici. Et finalement non, ils sont venus tous seuls, pressants, comme pour témoigner de ce que peut être une relation maman-enfant qui ne va pas de soi.

Ma cadette, tu as 6 ans.

Chaque année qui t’éloigne de ta petite enfance me ravit. Je n’éprouve aucune nostalgie du temps où tu étais petite. Tes trois premières années ont été si difficiles. Je ne devrais pas, mais j’aspire à te voir grandir, je me dis qu’avec les années qui passent, tu la trouveras peut-être enfin, ta place.

Toi, celle du milieu, celle qui fait écho à ma propre place dans ma fratrie, celle que je ne comprends pas, celle qui me pousse dans mes retranchements, celle qui me fait puiser dans mes dernières ressources de patience, de bienveillance, de décodage. Lire la suite…

HB-article ennui enfants

J’ai laissé mes enfants “s’ennuyer”

J’ai beau crier sur tous les toits que je ne suis pas une experte en pâte à sel et encore moins en peinture sur bois, je me suis souvent retrouvée, à la veille des vacances ou d’un long week-end en solo, confrontée à LA question :

« Comment vais-je les occuper ? »

Une fois additionnées les activités que j’arrive à peu près à gérer sans perdre mon sang froid, force est de constater que ça ne remplit pas DU TOUT une journée entière :

  • Construire un château en Duplo : 20 minutes (au-delà, je m’endors)
  • Préparer un gâteau au chocolat : 30 minutes (sans compter le nettoyage de la cuisine après que Numérobis ait cassé les oeufs lui-même ^^)
  • Lire des histoires : 45 minutes (réparties sur la journée, hein, pas d’une seule traite)
  • Faire une balade en trottinette : 45 minutes (oui, SEULEMENT 45 minutes : comme je dois pousser Numérobis les trois quarts de la promenade, mon dos ne tient pas le coup plus longtemps)
  • Jouer à passer l’aspirateur : 30 minutes (le kiff de Numérobis en ce moment, c’est de passer l’aspirateur ; alors évidemment, vous pensez bien que j’en profite pour allier l’utile – pour moi – à l’agréable – pour lui. Machiavélique, vous avez dit ?)

Bref. Mis bout à bout, avec les siestes, les repas et les bains en moins, j’ai rempli au maximum une journée et demie. Lire la suite…

les-profs-de-leur-vie

Les profs de leur vie

Dernièrement, j’ai découvert le hastag #lesprofsdemavie :

bien entendu, tant de noms me sont revenus à l’esprit. Des souvenirs de profs qui m’ont donné les outils dont j’avais besoin, d’autres qui m’ont cassé les pieds, ennuyée peut-être.

Mais bien plus marqués sont les souvenirs de ceux qui m’ont vue, qui m’ont fait confiance, qui ont élargi mon horizon, ouvert des sources secrètes — ou plus encore, ont posé dans ma main les clés qui m’ont permis d’ouvrir de nombreuses portes sur mon chemin.

Il y a les noms de profs de ma vie, mais en tant que maman je découvre que de nouveaux noms s’ajoutent à la liste.

Ce sont les noms des profs de leur vie,

de la vie de mes enfants. Lire la suite…

HB-article-sac marie ghi

Montre-moi ton sac à main, je te dirai qui tu es

L’autre jour, avec une amie, nous parlions de nos sacs à main. Elle venait de s’en acheter un très original, le genre de sac qui claque et ne passe pas inaperçu, un sac assorti à sa personnalité. En le regardant, je me disais que jamais je n’oserais m’acheter un sac pareil :

“ Bien trop voyant pour moi, enfin ! ”

Et puis j’ai regardé le mien : classique, soigné, discret.

Trop discret justement.

En regardant mon sac, j’ai repensé à mes articles, ceux qui sont ici, sur le site des Fabuleuses, et ceux que je publie sur mon blog. Ici, je parle de moi en vérité, de ce que je n’oserais pas écrire là-bas. Là-bas, je montre mon autre visage, celui de la fille qui aime s’amuser, se tourner en dérision et parfois même exagérer jusqu’à raconter n’importe quoi, pourvu que cela fasse rire.

Ces deux facettes forment celle que je suis vraiment, au fond de moi. Lire la suite…