5regrets2

Les 5 regrets des personnes en fin de vie

Si vous appreniez que vous n’aviez plus que quelques semaines à vivre, quel bilan feriez-vous de votre passage sur Terre ? Bronnie Ware, infirmière en soins palliatifs, a partagé le quotidien de dizaines de mourants. Des confidences exprimées au soir de leur vie, elle a formulé les 5 regrets des personnes en fin de vie.

« Vivre chaque jour comme si c’était le dernier »

Mouais, moi je vis plutôt chaque jour stressée par mes dossiers à rendre, éreintée par les cris des enfants et blasée par l’éternel « on mange quoi ce soir ? » ! Et puis, un jour, on apprend que la voisine de cinquante trois ans est décédée dans son sommeil, laissant derrière elle trois ados et un mari terrassés par le chagrin. Lire la suite…

etre-mere

« Être mère, c’est apprendre à se séparer »

Je l’aime bien cette phrase, attrapée au vol il y a quelques années en écoutant la radio. Elle bouscule un peu, c’est vrai, mais elle m’est précieuse. Elle m’aide à voir les enfants grandir, et moi avec.

Un jour, alors que je la glissais dans l’une de mes interventions, une femme s’est approchée de moi. Visiblement, elle était  contrariée :

« Vous n’y allez pas un peu fort ? On nous parle du lien à construire, à soigner, à entretenir, et vous, vous nous dîtes le contraire ? »

Lire la suite…

tempsdavoirletemps

N’attends pas d’avoir le temps

Si tu avais une baguette magique, que voudrais-tu qu’elle fasse dans ta vie de maman ?

C’est la question que je pose à chacune de mes nouvelles abonnées.

(Parce que les aléas du quotidien nous font si vite oublier que nous sommes fabuleuses, j’envoie chaque semaine des piqûres de rappel par email… si tu ne les reçois pas encore, c’est par ici pour t’inscrire ! Si c’est déjà fait et que tu ne trouves pas mes messages… regarde dans tes spams !)

Donc, si tu avais une baguette magique, que voudrais-tu qu’elle fasse pour toi ?

J’ai reçu des milliers de réponses à ma question.

Pour certaines, la baguette magique ferait le ménage toute seule… Pour d’autres, elle motiverait le fabuleux à s’investir un peu plus dans la vie de famille. Pour d’autres encore, elle permettrait de trouver le job idéal, pour un équilibre parfait entre vie pro et vie perso.

Lire la suite…

viecrochepied

Si la vie te fait un croche-pied…

…prends le temps mais relève-toi !

Ce jour-là, elle a trouvé le journal de bord de sa grand-mère chérie :

« À la fin, les pages blanchissent. Jour après jour, la maladie lui a pris ses mots pour la laisser dans le chaos ».

Elle me regarde, les yeux pleins de larmes. Sa grand-mère souffre d’une démence foudroyante.

Je suis assise à côté d’une amie, elle a mon âge et il y a quelques semaines, elle a enterré son mari et reste seule avec un bébé qui n’a même pas un an.

Lire la suite…

quandriennesepassecommeprevu

Quand rien ne se passe comme prévu

Une couche pleine quand tout le monde est enfin ceinturé dans la voiture. Un différent entre deux frères au sujet du nombre de céréales au miel présentes dans leurs bols respectifs. Trois cas de varicelle en plein déménagement. Des sueurs froides dans le bureau du proviseur… Comment survivre à ces journées pourries où rien ne se passe comme prévu ?

Prévoir l’imprévisible

« Il est certain que rien n’est sûr. » Jean d’Ormesson, Comme un chant d’espérance

Devenir maman c’est souscrire à un abonnement garanti incertitude : la seule chose dont vous puissiez être sûre, c’est que rien ne se passera jamais comme prévu ! Lire la suite…

demenage

« Chérie ? On déménage ! »

« – Hélène ?

 – Mmh ?

– On déménage ! »

Il est huit heure du matin, mon homme me téléphone alors que je suis en train d’habiller ma dernière. Je viens de relire mon planning de la semaine. Je sais que dans une demi-heure la maison sera vide et que je pourrai savourer ce calme pour me plonger dans mon boulot.

C’est un moment de la journée que j’aime, tout comme cette période de la vie, parce que je me sens tournée vers l’avenir malgré les questions de logistique exigeante d’une famille nombreuse.

QUOI ????????

Vous savez, ce genre de nouvelle imprévue. Lire la suite…

ouvronslesfenetres

Ouvrons les fenêtres !

Dans ma vie de maman de 5 enfants, dont un qui vit sur une drôle de planète (que Joseph Shovanec* appelle si joliment l’Autistan), je suis amenée à gérer beaucoup de choses de front.


Quand la vie bat son plein

Le réveil sonne à 6h30 tous les jours. Il n’y a que le samedi que je lui cloue le bec. Oui, parce qu’en plus d’avoir un enfant différent, nous sommes de bien curieuses gens. Le dimanche matin : sonne le réveil, et voilà qu’une heure trente plus tard, nous sommes tous les 7 assis bien sagement, en route pour aller louer Dieu.
Fichtre.

Et de 6h30 à sans doute beaucoup trop tard pour que cela soit raisonnable, les murs de ma maison sont au spectacle : représentation quotidienne, 365 jours sur 365. Lire la suite…

egoisteetfab

“Moi d’abord” : égoïste et fabuleuse

Vides, les étagères du frigo. Désespérément vides.

Pleine, la porte du frigo. Pleine de tous ces vieux pots que je n’ose plus ouvrir depuis des mois : de la sauce barbecue qui date de l’été dernier, 4 bouteilles de ketchup entamées, un bocal d’olives plus très vertes, un demi-oignon et sa copine la demi-échalote, oubliés dans du vieux papier alu… Faudrait trier tout ça. Et puis partir faire les courses. Avec une vraie liste, cette fois. 

Depuis 3 semaines, matin et soir, Adelin réclame ses chaussettes pisderman.

3 semaines que je lui réponds :

« Désolée mon chéri, elles sont quelque part dans ce tas de linge sale, mais maman ne les a pas encore trouvées ni lavées. »

Mon mari est à l’autre bout de l’Europe. Hier soir, j’ai réussi à coucher les enfants une heure plus tôt que d’ordinaire : pas de puzzle, pas d’histoire, juste un bisou, une chanson et dodo. Par miracle, ça a marché. Et je suis allée me coucher à19h26. 19h26 ! Dieu existe. Lire la suite…

mumwork

Mère, au foyer et active

Je discutais récemment avec l’une de mes clientes au téléphone quand au détour de la conversation nous en sommes venus à digresser sur les affres de la vie de maman conjuguée à celle d’entrepreneuse.

Toutes les deux actives, nous le sommes principalement au sein de notre foyer. Elle, après 7 ans à diriger son business depuis le confort isolant de son bureau Lire la suite…

ado cherie

Toi aussi, tu m’as manquée mon ado chérie…

La garde alternée, c’était dur au début. Et avec le temps, j’ai appris à m’en accommoder et composer avec ses avantages et ses inconvénients.

C’était sans compter sur l’entrée de mon aînée dans cette période si particulière : l’adolescence.

Pourtant prévenue

On m’avait dit :

« Tu verras, l’été après la 6e, c’est foutu… Elle va changer. »

L’été est passé… et rien ! Ma petite fille adorée était toujours là. Certes, un peu plus préoccupée par ses copines que par les discussions de famille mais elle était toujours la même.

J’avais lu quantité d’articles, de témoignages…. Lire la suite…

commeres

La vérité sur les commères

Pourquoi les gens se fichent de vous, et pourquoi c’est une bonne nouvelle !

Pendant des années, je me suis gâchée la vie à propos de ce que les gens pensaient. Je passais des jours entiers et des nuits entières à ruminer ce qui se disait de moi.

Devenir mère, c’est monter sur un ring assez pernicieux où tout à coup, parce que vous avez donné la vie, toutes sortes de gens se permettent de penser (et de dire) toutes sortes de choses à votre propos : Lire la suite…

maman pour moi

Être une bonne mère pour… moi

Ce matin, je me suis réveillée en pensant à une amie qui m’a partagé son trop plein émotionnel et son découragement dans sa vie de couple. Tristesse, avec un goût amer dans son quotidien.

Je parle d’elle, mais je pourrais tout simplement raconter mon vécu, car j’ai l’impression d’avoir expérimenté la même chose même si mes souvenirs de cette époque ont été un peu inhibés par l’énergie que je mets aujourd’hui dans mes projets professionnels (il faut dire que ça déménage de ce côté-là, en ce moment !) Lire la suite…

tout faire

Tout faire, ma liberté ou ma prison ?

En 2016, vous avez couru après le temps, vous avez tout mené de front, vous vous êtes oubliée. Un peu, beaucoup. Cette année, vous avez l’intention de faire de votre agenda un allié : « En 2017, c’est décidé, j’arrête de courir ».

Et puis vous avez rempli votre agenda avec les obligations des uns et des autres. Et le voilà déjà plein. Alors vous vous êtes dit « bon je verrai ça plus tard, je suis déjà en retard ». Et puis ensuite vous vous êtes dit « je pourrais prendre des cours de danse…. Lire la suite…

le mois de janvier

Janvier, la tradition des vœux !

Pour NOUS les fabuleuses aussi !

Il paraît qu’on peut encore faire des voeux jusqu’au 31 janvier, alors je suis encore dans les temps 🙂

Qu’est-ce que je pourrais bien nous souhaiter…

sans chercher à être originale mais plutôt juste et sincère…?
Quelque chose de fabuleux ? 
Mais noooon, pas besoin de fabuleux qui brille et nous détourne de l’essentiel ! Lire la suite…

vousfaitesquoi

Vous faites quoi dans la vie ?

Bonne question !

La dernière fois que c’est arrivé, je faisais la queue dans une pharmacie bondée. Mes adorables jumeaux de trois ans étaient occupés à renverser délibérément un rayon entier de sprays à l’eau de mer, quand on m’a posé la question fatale : “Vous faites quoi dans la vie ?” Silence, comme si l’ensemble la clientèle s’était tue pour mieux entendre ma réponse. Panique au coeur de mon cerveau. Que dire ?

Lire la suite…

milleetunevie

Mille et un mercis

Ce matin, je me suis levée tôt pour lire vos centaines de messages. Suite à l’émission Mille et une vies sur le burn-out maternel, c’est un torrent d’e-mails qui inondent la fabuleuse boite de réception… Alizée et moi-même feront de notre mieux pour répondre à chacune d’entre vous !

J’ai été ravie de rencontrer Laetitia Autret qui m’a épatée par son authenticité et son recul sur elle-même, Valérie dont les interventions ont toujours été justes et bienveillantes, Frédéric Lopez… parce que c’est Frédéric Lopez (!!^^) ainsi que toute l’équipe de Mille et une vies que je remercie d’avoir traité avec autant de professionnalisme et de douceur ce sujet difficile du burn-out maternel. Lire la suite…

bonne journee sans trait

Bonne journée 2017 !

À toi qui n’as eu ni la force ni l’envie de te lever ce matin, parce que tu t’es déjà levée 6 fois dans la nuit,

À toi qui regardes ta montre toutes les 12 minutes : c’est pas encore l’heure de les mettre à la sieste ?

À toi qui as rêvé d’avoir des enfants, mais qui rêves souvent de t’en débarrasser,

Toi qui te demandes comment tu as pu en arriver à hurler sur la chair de ta chair,

À toi qui penses à ta vie d’avant, avant ces mains qui sentent en permanence, au pire les excréments et au mieux la crème de change à l’huile de foie de poisson,

À toi qui songes à truquer les horloges pour que tout le monde soit au lit dès 17h,

Toi qui n’a plus l’énergie de leur donner le bain, et qui serviras des céréales au dîner,

Qui te tritures le cerveau pour savoir ce qui cloche chez toi, Lire la suite…

to do list

Comment j’ai vaincu ma to-do-list (à tout jamais)

J’aime les listes. Pour moi, une journée réussie c’est une journée où j’ai pu BARRER, COCHER et « BULLETER » (pour celles à qui parle le concept de bullet journal). Ah, le plaisir de barrer une bonne chose de faite. Cette merveilleuse satisfaction du travail accompli, lorsque TOUS les points de votre liste disparaissent sous un gros trait de feutre noir.

Pour vous dire à quel point je suis accro aux listes : s’il m’est arrivé de faire dans la journée quelque chose qui n’était pas prévu (genre sortir les poubelles aujourd’hui parce que demain c’est férié), je rajoute sur ma liste « sortir les poubelles », juste pour avoir le plaisir de barrer ce que je viens de noter 3 secondes avant.

Bref, je suis folle. Folle de listes. Folle de ce sentiment terriblement agréable, et horriblement éphémère, cette joie inexprimable d’avoir tout barré. Quand TOUT est fait.

Sauf que je suis maman.

Lire la suite…

faites la sieste

T’es pas toi quand t’es crevée

Une tasse de thé renversée sur le clavier de mon ordinateur. Un biberon que je secoue sans l’avoir fermé correctement. Une flaque de lait tellement étendue que je ne peux même pas la contourner pour attraper la serpillère. Un tube de dentifrice qui me fait pleurer à force d’être vide encore.

Parfois, les objets nous exaspèrent. Et les gens, aussi. Les enfants qui veulent tout, tout de suite. Les ados qui oublient leur carte de bus. Les maris qui se réfugient vingt minutes aux toilettes. Les livreurs qui se trompent d’adresse, les vieilles dames qui se mêlent de nos affaires, les caissières qui ne comprennent pas que passer maintenant est pour nous une affaire de la plus haute importance.

Il y a des jours où le monde entier complote pour nous irriter.

On est excédée par les pâtes qui ne veulent pas cuire plus vite, horripilée par cette voiture qui refuse de démarrer, et on se sent poignardée par notre meilleure amie qui poste une innocente photo de ses pieds en éventail sur une plage de sable fin.

Ces jours-là, on laisse traîner les couteaux de cuisine à portée des enfants, on perd notre trousseau de clés, on arrive en retard à l’école, on crie au monde entier de se dépêcher, on s’engouffre dans la moindre faille et on déclenche des crises conjugales.

Alors on se sent nulle, maladroite, incapable, insuffisante, moche, bête et méchante.

On se débat, on se déchaîne, on se défend, on se démène pour ne pas être la sorcière que l’on est en train de devenir. Lire la suite…

a deux doigts de la perfection

95% : à deux doigts de la perfection

17h30. Il me reste deux heures. Deux heures top chrono pour transformer ce champ de mines en un intérieur paisible et délicieux. Ce soir, nous recevons des invités. J’élabore un plan d’action. 1. Neutraliser les éventuels perturbateurs : “Surprise les enfants ! Que diriez-vous d’un petit dessin animé ?” 2. Hiérarchiser les tâches : par où dois-je commencer ? Éliminer les moutons de poussière sous la table du salon, descendre les poubelles honteusement débordantes, décrasser la gazinière écœurante ? 3. Jogging lâche, manches retroussées, musique à fond : j’entre dans l’arène.

Lire la suite…

keep_calm

Parfaitement épuisée : stop au gaspillage d’énergie

Vous aussi, vous faites partie du club pas très fermé des mamans à bout de souffle et à bout de nerfs ? On ne nous a pas prévenues, mais on a vite compris : maternité rime la plupart du temps avec « je crois que je vais craquer ».

Entre les réveils nocturnes, la logistique familiale et la to-do-list qui s’allonge dans le bruit ambiant, l’erreur la plus commune (et la plus fatale) consiste à faire semblant de jongler parfaitement avec toutes ces exigences, quitte à gaspiller son énergie vitale pour des détails sans importance.

Épuisement et poursuite de la perfection font bon ménage… et je parle en connaissance de cause. Heureusement, à force de me prendre la tête pour pas grand chose, j’ai fait quelques progrès en lâcher-prise. Confessions d’une perfectionniste repentie : faire baisser la pression, ce n’est pas évident mais c’est possible !

Voici 4 extraits de mon livre C’est décidé, je suis fabuleuse (à paraître en octobre !), où tu découvriras 4 stratégies pour ménager ton niveau d’énergie.

Lire la suite…

helene et moi

J’ai quelqu’un à te présenter !

Aujourd’hui, j’aimerais te présenter quelqu’un en vidéo ! Lire la suite…

miracle morning

Miracle Morning : et les mamans ?

Je suis maman de 2 enfants de 4 ans et cela fait 2 ans que je fais partie des early birds qui mettent leur réveil à 5h tous les matins. Après 2 ans, l’heure est au bilan ! Vous avez été nombreuses à me poser toutes sortes de questions auxquelles je vais essayer de répondre au mieux dans cet article.

« Offrez-vous un supplément de vie » : c’est le défi lancé par Hal Elrod à ses dizaines de milliers de lecteurs un peu partout dans le monde. Sur le papier, prendre soin de soi tant que toute la maisonnée est encore endormie : oui ! Mais sincèrement, mettre son réveil à 5h30 lorsque l’on a des enfants en bas âge : possible ou pas possible ?

Se lever tôt : pourquoi ?

« Tout se joue avant 8h du matin » : les adeptes du Miracle Morning en sont convaincus. Lire la suite…

ventre rond

« T’es complètement malade ? » et autres réactions à nos ventres ronds

Petite fille, je jouais à la poupée. Ringard ? Peut-être. Et alors ? Je faisais également du vélo, sautais des falaises dans un lac, lisais et inventais des tonnes d’histoires. Je m’imaginais indépendante : dans mes jeux d’enfant, l’homme était absent, parti à la guerre ou à la chasse.

J’étais maîtresse de mon logis et de ma vie. Je trouvais Blanche-Neige débile, naïve, bien bête de chanter en lavant le linge de sept nains qui n’en foutaient pas une à la maison. Je rêvais de sauter en parachute.

Mais, jouer à la poupée, c’était vraiment mon truc. J’adorais ça. Je voulais devenir maman. C’était là, au fond de moi, collé à ma peau.

Lire la suite…

chez papa

« C’est mieux chez papa ! »

C’est mon lot de maman divorcée de devoir subir le récit des activités trop géniales faites chez papa à chaque fois que je récupère mes filles.

Je dois l’avouer, non seulement ça me gonfle mais surtout au fond, cela me rend jalouse.

Coupable d’être jalouse serait plus exact car comme je l’entends si souvent :

« L’essentiel c’est que tes filles soient heureuses ! » Lire la suite…

femme vent fabuleuse

Fabuleuses face au vent !

Dès que je passe la porte du magasin, je les entends : « bruyants, désagréables dans le ton, mais surtout gênants ». En plus dans le groupe je reconnais assez vite une maman dont la fille a été à l’école maternelle avec Emma. Je baisse la tête un instant, je soupire comme les autres clients du magasin. Ça gueule !

Les enfants dans les poussettes crient des « mamans je veux ça », les mamans répondent au mieux avec un « ferme-la tu as déjà eu un truc dans le magasin d’avant » pas piqué des verres. La grand-mère, la jeune mère et son mec, la meilleure copine et les enfants, en hyper-nombre. Les cheveux sont mi-bleus, mi-mauves, mi-blonds oxygénés. Et à la caisse je me retrouve derrière eux.

Quand c’est notre tour, je croise le regard de la maman que je connais et je lui dis bonjour. Elle répond en criant (bon ben voilà tout le monde sait que je la connais), elle Lire la suite…

embauche

Pourquoi embaucher une maman ? Petit guide à usage des recruteurs

Elle a un profil intéressant… mais voilà, elle est maman ! Cela ne veut pas forcément dire qu’elle sera chroniquement en retard : avant de mettre son CV tout en bas de la pile, lisez ça… Lire la suite…

girls fabuleuses

Ils grandissent, mais rien n’empêche de les dorloter !

Si la traversée de l’adolescence est bel et bien une partie compliquée de ce qui nous attend dans notre loooooooongue tâche d’accompagnatrice du développement de nos petits chéris,…

…il n’en reste pas moins vrai que la grisaille d’un quotidien de transgression et d’agressivité ou tout au moins de susceptibilité et de fragilité, offre aussi (ouf !) de petits coins de ciel bleu, de petites ouvertures (je pourrais dire des « fenêtres de tir », mais de « tir d’Amour maternel » dans ce cas !)

En tous cas, on peut « tirer » partie de ce qui se passe pour (re)créer du contact, et notamment du contact physique.

Ah oui ?

Oui c’est possible… lorsque nos grands dadais ronchonnent, de leur faire un câlin !

Il est de mauvaise humeur parce que vous lui avez interdit d’aller « jouer à la play » chez des potes / elle râle parce que son jean aaaaaaadoré n’est pas lavé & repassé…

Lire la suite…

corps fabuleuses

Au secours, j’ai mal partout !

Combien sommes-nous à être fâchées avec notre corps ? Il est souvent synonyme de gênes diverses : trop lourd, dysharmonieux, trop douloureux, souvent malade. Bref, il nous empêche d’avancer.

Cécile a mal au ventre. Un peu tout le temps. Pas très fort, mais c’est une douleur sourde, qui revient plusieurs fois par semaine. Elle ne sait plus quand ça a commencé. Elle me dit qu’elle vit avec, voilà tout.

Marine a mal au dos, tous les matins en se levant. Et puis ça passe pendant la journée. De toutes façons elle n’a pas le temps de s’en occuper. Lire la suite…

vianney

Qu’aiment les mères qui ne s’aiment pas ?

Pendant presque 30 ans, je ne me suis pas aimée. Je m’en suis voulue à mort, à chaque fois que j’ai dit n’importe quoi. Je me suis fait beaucoup de reproches, à chaque fois que je me suis trompée. Je me suis mise des bâtons dans les roues. Je me suis faite passer après les autres. J’étais convaincue que les gens qui me rabaissaient avaient raison de le faire.

Et puis j’ai eu des enfants.

Quand ils disent n’importe quoi, je les trouve marrants.

Quand ils s’énervent pour un rien, je les trouve mignons.

Quand ils se prennent pour les chevaliers qu’ils ne sont pas, je les applaudis.

Quand un petit morveux les bouscule à la sortie de l’école, je me retiens de lui casser la gueule.

J’ai eu des enfants, et j’ai décidé d’aller voir une psy. Pour apprendre à m’aimer. Pour eux.

Comment les aimer si je ne m’aime pas ?

Lire la suite…