Toutes à poil ! - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Toutes à poil !

Valérie de Minvielle 20 juillet 2019
Partager
l'article sur


To be or not to be .. nue !

Il y a neuf ans, j’ai entendu une phrase qui m’a marquée.

Il y a neuf ans, je mettais au monde un deuxième enfant. Son frère aîné venait d’avoir un an. Mon corps était lourd des deux grossesses successives. En guise de cadeau de naissance, je me suis vue offrir par ma famille, généreuse, quelques jours de cure en thalassothérapie.

Et c’est là, entre enveloppement d’algues et massage au jet d’eau, que j’ai entendu cette phrase.

Elle est sortie de la bouche d’un médecin, venu faire un compte rendu public d’une étude qu’il avait récemment menée sur l’amaigrissement sans régime. En recoupant les habitudes des femmes qui avaient perdu le plus de poids pendant le protocole qu’il avait mis sur pied, ressortaient plusieurs critères :

le fait de pratiquer un sport régulier, le fait de marcher chaque jour, celui de s’alimenter trois fois par jour et d’autres encore…

Une ligne a particulièrement attiré mon attention : elle mentionnait le fait de passer du temps nue.

Intriguée, j’ai demandé à en savoir plus.

Le médecin m’a alors répondu :

« Oui, nous avons constaté que le fait de passer du temps nue semble être un facteur encourageant la perte de poids. Dans notre échantillon, les femmes qui vivent plus souvent nues sont également celles qui se trouvent en meilleure forme physique ».

Pour moi, cette phrase a eu un effet de quasi-prescription, balayant la vague culpabilité que j’associais au fait d’aimer vivre aussi nue que possible, toute l’année, chez moi.

Certaines femmes aiment l’été pour cela :

Le contact plus proche avec son corps, avec sa nudité. C’est l’occasion de mieux sentir ce corps, de mieux le soigner aussi.

D’autres refusent de regarder leur corps, bien souvent parce qu’elles ne le trouvent pas beau, parce qu’elles ne l’aiment pas.

Pas assez. Ou pas du tout.

Depuis la phrase de ce médecin, je m’autorise chaque été à « vivre nue » chaque fois que je le peux. Me coucher nue, oser me regarder dans la glace, nue. Porter des robes sans couture, légères, qui m’aident à sentir mon corps se mouvoir. Faire la sieste nue. Sentir ce que je fais quand je me mets de la crème sur le corps, aimer les moments où je sens le soleil réchauffer ma peau. Profiter de l’été pour observer, cajoler, aimer un peu mieux ce corps qui en a tant besoin.

L’entendre mieux parler, mieux lui répondre. Le remercier. En découvrir, par mon regard attendri,  les beautés. Et aimer l’habiter.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Valérie de Minvielle

Psychologue clinicienne, Valérie de Minvielle fonde après 20 ans d'expérience professionnelle "Ma Juste Place", une méthode d’accompagnement personnalisé pour les femmes qui veulent se sentir à leur juste place dans leur vie de couple, en tant que mère, et dans leur vie professionnelle et sociale. Elle est également l'auteur de "Trouver ma juste place - dans le quotidien de 7 femmes inspirantes" paru en janvier 2020.

https://www.majusteplace.com/

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Se réconcilier avec son image
Pourquoi les femmes d’aujourd’hui s’aiment-elles encore si peu ou si mal ? Tous les jours, j’entends des femmes se dévaloriser :[...]
Le vaginisme
« Vaginisme ». Voilà un mot peu connu ; en tous cas, pas assez. Beaucoup ne l’ont probablement jamais entendu. Pourtant, le trouble[...]
L’envie d’avoir envie de sexe
« Je n’ai plus de désir ». C’est avec ces mots pour intituler son mail qu’elle avait pris contact avec moi. Plus[...]
Conception et réalisation : Progressif Media