Têtue comme une mule ! - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Têtue comme une mule !

Nadine Schwinn 1 février 2018
Partager
l'article sur


Me voilà, une fois de plus, à répéter pour la énième fois à ma fille de venir à table. Combien de fois au juste je l’ai répété ?! Je ne sais plus.

Au moins trois, c’est sûr !

Et elle est là, à avancer en trainant sur le trajet (de 2 pauvres mètres) qui sépare la table basse (transformée en écurie à poneys imaginaire) et son repas entrain de tiédir.

Je perds mon calme

Promis, j’ai essayé !
J’ai tout fait pour ne pas crier (ton calme, prévenir un peu à l’avance que dans 5 minutes on va passer à table, répétition patiente, menaces que je ne tiendrai peut-être pas).
Mais voilà, je craque.

« À table bon dieu ! Il faut te le dire dans quelle langue ?! »

À cet instant précis, j’ai envie de la massacrer.

Selon les jours

Dans les bons jours, où je suis globalement en forme, pas trop stressée et bien vissée, elle va s’en tirer avec cette exhortation sèche et un regard noir.
Puis, nous pourrons déjeuner tranquillement et passer à autre chose.

Mais parfois, la cocotte est pleine :
Mauvaise nuit ou trop courte, mal fichue ou c’est peut-être aussi juste que Melle Charlotte a atteint le quota d’usure du jour (vous savez un peu comme le capital soleil, une fois qu’il est grillé, ça passe plus !). Et là, au regard noir et au ton sec s’ajoutent des pics réprobateurs jusqu’à voir perler les larmes aux coins de ses yeux qui valident en moi le fait qu’ « elle a bien compris, cette fois ».

La culpabilité

Vient alors le temps du cœur de mère : celui où la culpabilité crève le cœur.

« Tu t’es acharnée jusqu’à ce qu’elle pleure. T’es malade ma pauvre ! »

Alors comme un ange et un démon se lançant dans une sorte de combat à l’intérieur de ma tête, l’un tente de justifier son acte quand l’autre lui reproche. Et le plus dingue là dedans, c’est que quand mon mari pète un plomb pour les mêmes raisons, je lui demande de se calmer et je suis bouche bée devant ce qui m’apparait de l’extérieur comme une réaction tout à fait disproportionnée.

« Va comprendre ! »

Têtue comme une mule

Ma fille, c’est mes tripes, mon sang, la prunelle de mes yeux.
Mais ma fille est une tête de mule, c’est un fait !

Bien évidemment, je suis la seule à avoir le droit de le dire hein ?!
Avisez-vous de la critiquer et maman sort ses griffes 😉

Elle ne peut jamais (je dis bien jamais) faire ce qu’on lui demande du premier coup.
L’obéissance : ce n’est pas son truc.
L’esprit de contradiction : c’est sa marque de fabrique.

Ceci dit, pour sa défense, je n’aurais que cela à dire :
« Les chiens ne font pas des chats. »

Accepter

Ce qui aujourd’hui me permet de me sentir mieux dans mon rôle de mère que je ne l’ai été à mes débuts, c’est ce travail sur l’acceptation, fait de gré mais aussi par la force des choses.

Elle a cette part de moi, cette part imparfaite, que je n’étais ni prête à voir ni à admettre pendant longtemps.
Admettre et accepter, sans la juger.

Et puis, elle a cette grande part d’elle-même.
Accepter que son caractère soit ce qu’il est avec ses côtés irritants comme ses côtés tellement touchants.
Accepter qu’il en soit de même pour moi.

L’aimer. Et la gronder quand c’est nécessaire pour elle comme pour moi 😉



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Nadine Schwinn

Nadine est maman de 3 filles et mariée à Alain, le papa de sa petite dernière. Après 17 années à manager des équipes de vente, 7 déménagements, 1 divorce et 1 burnout, elle décide de faire de tous ces « épisodes de vie » sa force. Aujourd’hui hypnothérapeute et coach de vie, elle accompagne au quotidien des personnes soucieuses de déverrouiller leurs freins émotionnels pour leur permettre d’avancer.
http://www.magnifiquementimparfaite.com

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Quand il s’éloigne…
Dans Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus, le best-seller de psychologie conjugale, John Gray explique que[...]
Les (fameux) pleurs de l’école
« Non, maman, pas travailler ! » Je m’accroupis pour le serrer dans mes bras et l’embrasser dans le cou. Un long câlin[...]
« C’est mieux chez papa ! »
C’est mon lot de maman divorcée de devoir subir le récit des activités trop géniales faites chez papa à chaque[...]
CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.
En validant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient conservées et utilisées pour me tenir informé(e).

En savoir plus
Conception et réalisation : Progressif Media

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.