All posts tagged envie

HB-article-oui pour toi cest facile

“Oui mais pour toi c’est facile !”

Il y a quelques mois, je postais une photo de vacances sur Instagram. Quelqu’un a commenté :

“Ben dis-donc ! C’est sûr qu’il y a de quoi garder le moral !”

Chez les fabuleuses, mon job consiste à encourager les mamans qui me suivent, en leur rappelant chaque matin de prendre soin de la fabuleuse qui est en elle (pour t’inscrire, c’est gratuit et c’est par là !) Alors voilà : je distribue de la bonne humeur, et dans le Village, j’aide des milliers de mamans à changer de lunettes sur leur quotidien, pour ne plus laisser leurs idées noires les empêcher de kiffer leur vie imparfaite.

Tu le sais, si tu fais partie de cette “catégorie” :

être “celle qui va toujours bien”, ça n’est pas le beau rôle à tous les coups ! Régulièrement, on me fait remarquer que pour moi, avoir la pêche est censé être inné. L’autre jour, quelqu’un m’a écrit :

“Oui mais regarde la vie que tu as ! Pour toi, c’est facile d’être détendue et positive.”

Lire la suite…

HB-article instagram comparaison

J’ai encore perdu mon temps à me comparer sur Instagram

Dans la série, « Faites ce que je dis, pas ce que je fais », voici la dernière en date. Récemment, après une fin de journée assez pourrie – je ne me souviens plus de l’enchaînement exact des événements mais ça devait être, au choix, une prise de bec avec Monsieur ou une énième colère de Numérobis – je me suis mise sous la couette avec un livre, bien décidée à m’offrir le moment calme que l’Univers tout entier semblait refuser de me donner.

C’est alors que la chose s’est produite.

Sans même m’en apercevoir, je me suis retrouvée à scroller pendant plusieurs minutes mon fil Instagram. Mes yeux balayaient l’écran en même temps que mon doigt. Je me remplissais les yeux de belles images, certes, mais celles-ci me ramenaient encore plus cruellement à ma triste fin de soirée. J’avais beau savoir que c’était un moyen d’exorciser, de me changer les idées en voyant de jolies images, que c’était même assez puéril de poursuivre plus d’une minute, je continuais.

Un peu comme si j’avais ouvert un pot de Häagen-Dazs, que je savais que j’allais le regretter, mais que je plongeais encore ma cuillère dans la seule crème glacée capable de me faire tout oublier : la fameuse, l’unique, l’irremplaçable « Macadamia Nut Brittle ».

Quand enfin j’ai eu ma dose, j’ai lâché mon téléphone, le regard encore plus amer sur mon quotidien.

Autant vous dire que j’ai mal dormi.

Lire la suite…

HB-article-combien denfants

Tu veux combien d’enfants ?

Ça paraît anodin, comme ça, mais ça ne l’est pas. Ce genre de petite question posée juste comme ça, histoire de. Histoire de faire la conversation ; histoire de dire quelque chose ; histoire de paraître concerné ; histoire de se projeter, aussi. Certainement.

« Tu veux combien d’enfants ? »

Et ses variantes :

« Quand tu étais petite, tu t’imaginais avec combien d’enfants ? »

« Avec ton Fabuleux, c’est quoi votre chiffre ? »

Cette question – et ses variantes – je la trouve d’une violence extrême. Car pour moi, elle dépasse de beaucoup la simple curiosité : elle me paraît intrusive, impudique, déplacée.

J’y vais un peu fort ? Peut-être, mais j’assume.

Lire la suite…