Thérèse Hargot : Quel féminisme transmettons-nous à nos filles ? - Fabuleuses Au Foyer
Travail & foyer

Thérèse Hargot : Quel féminisme transmettons-nous à nos filles ?

Hélène Bonhomme 19 février 2016
Partager
l'article sur


En 2016, féminisme ne rime plus avec liberté mais avec formatage ! C’est l’une des thèses de Thérèse Hargot, sexologue et intervenante en éducation affective et sexuelle, dans son ouvrage tout juste paru chez Albin Michel : Une jeunesse sexuellement libérée… ou presque. J’apprécie le talent par lequel Thérèse, qui a contribué au livre des fabuleuses, parvient à nos faire réfléchir au-delà des “pour” et des “contre” qui déchirent notre société sur les questions identitaires et familiales, afin de proposer une “troisième voie” capable d’ébranler enfin les stéréotypes dans lesquels nos propres mentalités nous enferment. À lire également : mon entretien avec Thérèse Hargot sur le site du Point.

Des formatages hérités de la révolution sexuelle

Pour Thérèse Hargot, “en prenant du recul sur la manière dont nous avons été éduquées, nous pouvons prendre conscience de schémas de pensées qui sont totalement aliénants, et qui nous laissent penser que réussir sa vie ce n’est que professionnel, que notre liberté se trouve dans le fait d’avoir un diplôme et un travail. Ces croyances sont en fait des moules, nous n’avons plus conscience d’y être enfermées.

En tant que parents, on veut à tout prix véhiculer à nos filles une certaine idée de l’indépendance. Les schémas de pensée actuels veulent nous mettre mal à l’aise, par exemple, avec les déguisements de princesses, nous faisant oublier qu’au travers des déguisements et des stéréotypes se joue une quête existentielle (Ai-je de la valeur ?), aussi bien pour les garçons que pour les filles (Suis-je fort ? Suis-je belle ?) Aujourd’hui, on est mal à l’aise avec ces stéréotypes alors qu’ils sont constructifs de notre identité à une certaine période de la vie.

Égalitarisme idéologique, modèles oppressants

À force de belles idées sur l’égalité entre les hommes et les femmes, nous sommes tombés dans l’égalitarisme idéologique. Ce souci d’indifférencier le traitement fait aux garçons et aux filles en espérant que l’éducation et la culture puissent les libérer de ces modèles oppressants à tout faux et est devenu lui-même oppressant.”

Que transmettons-nous à nos filles sur l’idée du féminisme, de la femme ? Est-ce que nous les poussons à s’accomplir uniquement dans leur carrière, ou au contraire est-ce que nous les enfermons d’avance au foyer ? Pour Thérèse Hargot, “les schémas de pensée se construisent très tôt, selon la manière dont les parents vont hiérarchiser, valoriser leurs différentes activités.”

Quel exemple montrons-nous à nos filles (et à nos garçons !), dans le regard que nous portons sur ceux qui ne sont pas dans la productivité ? Valorisons-nous ceux qui sortent des schémas du faire, de l’existence sociale par le travail ?

À lire pour aller plus loin : Une jeunesse sexuellement libérée… ou presque (Thérèse Hargot, Albin Michel)

À lire aussi : mon entretien avec Thérèse Hargot sur le site des fabuleuses



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 3 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Aux mamans qui n’y comprennent rien
Cette semaine, mes jumeaux ont soufflé leur 6 bougies. Je me remémore ce basculement irréversible dans un monde parallèle, où rien ne[...]
Pourquoi sommes-nous toujours débordées ?
Cette to-do list qui ne désemplit pas, cette course chaque jour recommencée, cette angoisse de passer à côté de l’enfance[...]
Liberté, égalité, maternité
“C’est par le travail que la femme a en grande partie franchi la distance qui la séparait du mâle ;[...]
Conception et réalisation : Progressif Media