Mes amies aussi sont imparfaites - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Mes amies aussi sont imparfaites

Une Fabuleuse Maman 19 avril 2021
Partager
l'article sur


On dit souvent que nos meilleures amies ne nous veulent que du bien et c’est bien vrai ! Mais parfois, quand certaines d’entre elles tentent (sans vraiment s’en rendre compte) d’imposer leur vision du bonheur, ça devient plus compliqué ! 

Ce sont des petits grains de sable, des petits mots lancés ici et là, des petites piques du genre :

« Tu devrais allaiter pour ton prochain enfant, c’est mieux ! »

« Je comprends pas les parents qui n’interdisent pas la tétine à leur enfant à partir de 2 ans » (Devant ta fille de 2 ans et demi avec sa tétine dans la bouche ☺)

« C’est simple d’avoir une maison propre et rangée : regarde, moi je fais garder mon enfant ! »

« Dans la vie, on fait des choix, si tu as 3 kg en trop, tu agis et tu maigris sinon tu arrêtes de te plaindre ! »

Comme si tout était blanc ou noir.

Comme s’il y avait les bons parents d’un côté et les mauvais de l’autre. Comme si on avait le choix sur tout ! Comme si la bienveillance avait totalement disparu depuis le premier confinement.

Il n’y a pas un moment où certaines devraient simplement réfléchir avant de parler ?! Car lorsque toi tu te censures pour ne pas blesser tes amies, tu observes que ces mêmes amies, elles, ne s’interdisent rien ! 

Maintenant, relativisons… 

• Nos amies sont des êtres humains : elles s’expriment sans filtre car elles se sentent proches de nous. Bon d’accord mais quand même il y a l’art et la manière de s’exprimer ! Preuve en est qu’on n’a pas toute cette capacité ou cette sensibilité naturelle. Et ça, c’est pareil avec tout le monde dans la vie. 

• Nos amies sont des warriors : elles mènent leur quotidien comme des chefs, avec leurs lots de difficultés et de problèmes, en oubliant que les autres mènent également leurs propres combats. 

• Nos amies sont des moteurs : elles se sentent en droit d’être plus dures avec nous car elles nous aiment et veulent notre bonheur. Il y a aussi du bon dans le fait de se faire « bousculer » par nos amies. 

• Nos amies ont leur propre vision du bonheur : comme chaque personne sur cette planète. Ce qui leur rend heureuses ne nous convient pas forcément et bien heureusement ! 

• Nos amies ont leur propre facilité : ce qui est facile pour elles ne l’est pas forcément pour nous. Et vice-versa. La difficulté est subjective et la recherche de solution peut l’être aussi. 

Dans l’amitié et l’amour se cache l’ambivalence. 

La quoi ? Si, si, vous savez, ce sentiment contradictoire que vous ressentez quand vous mettez au lit vos enfants le soir : vous êtes soulagés quand ils dorment enfin après une longue journée, et le matin vous avez hâte qu’ils se réveillent tellement ils vous manquent.

  • Aimer, de manière générale, c’est aussi se sentir agacée par le comportement ou les paroles de nos proches (enfants, famille, amis…).
  • Aimer, c’est accepter l’imperfection d’autrui et ses failles, mais c’est aussi accepter ses propres imperfections et ses propres failles. 

Par extension logique, la bienveillance fait partie intégrante de l’amour.

Et aussi surprenant que cela puisse paraître, il arrive que parfois la bienveillance se cache aussi dans certains mots durs lancés à la figure sans réfléchir.

En conclusion :

Parlez à vos amies comme vous souhaiteriez qu’on vous parle. Et ne laissez pas certaines paroles atteindre votre cœur ou diminuer l’amour que vous avez pour les autres. Si vous avez de la peine, dites-le simplement !

Et acceptez que les autres soient parfaitement imparfaits !

Ce texte nous a été transmis par une fabuleuse maman, Mélody Beaunée



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Une Fabuleuse Maman

Nos lectrices nous envoient parfois des textes formidables que nous avons plaisir à publier ici.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Un coup de fil, et ça repart !
Il m’arrive encore d’être tellement perdue dans mes ruminations que je suis incapable de prendre la moindre hauteur. Parfois, le[...]
Comment j’ai appris à compter sur moi
Si tu es une fidèle des Fabuleuses depuis longtemps, tu commences à bien me connaître, moi qui t’invite à partager[...]
Toutes les femmes en même temps
Cette traditionnelle interrogation que l’on pose lorsqu’on aborde quelqu’un (enfin ça c’était  avant l’époque des confinements) : « Que fais-tu[...]
Conception et réalisation : Progressif Media