Je suis partie - Fabuleuses Au Foyer
Travail & foyer

Je suis partie

Hélène Dumont 9 août 2019
Partager
l'article sur


Il y a quelques années, j’ai fait ma valise et je suis partie.

Septembre 2012. Nous en avions parlé. Longtemps. Tout était prévu. Une heure de bus, une heure de train.

Sur le quai, je pense à la maison que j’ai laissée : un mari et quatre enfants dont un qui, à l’époque, faisait sa rentrée en petite section. J’ai quelques remords : il devra manger à la cantine dès le mois de septembre. Cela me tracasse.

Pourtant, quand je travaillais à temps plein, ses frères y mangeaient également chaque jour, sans état d’âme de ma part. Mais voilà, ce n’est pas le travail qui justifie mon absence cette fois-ci.

Non, si je pars, c’est parce que j’ai un projet. Per-son-nel.

Je dépense les sous de la maison, je n’en ramène pas, je laisse mes enfants. Et débrouille toi mon chéri avec ton boulot, tes horaires de dingue, la maison et les gosses :

  • le frigo et les placards sont pleins
  • gratin de légumes cuisiné par mes soins,
  • crèmes au chocolat,
  • céréales de premier choix.

Ces petites gâteries comme un message subliminal alors qu’ils petit-déjeuneront demain sans moi :

« Pardon de n’être pas là, mais vous voyez, vous avez de bonnes céréales pour vous consoler. »

On fait comme on peut.

Je suis retournée sur les bancs de la fac…

Professeur des écoles de formation, j’ai perdu mon poste en suivant mon époux à l’autre bout de la France. J’enseignais dans des conditions idéales avec quelques collègues que j’aimais beaucoup. Notre nouveau lieu d’habitation ne m’offrait plus ce cadre de vie.

Peu de postes. Pas assez d’ancienneté pour y prétendre. Peu de mi-temps. De la route.

Il fallait réagir. Impensable pour moi de rester à la maison. J’ai besoin de me nourrir, intellectuellement, socialement, professionnellement. Mon bien-être, assurément contagieux en couple et en famille, résulte de cet équilibre délicat entre cet en-dehors professionnel et l’intérieur de mon foyer.

Mais avant de monter dans ce fameux train…

… il aurait fallu que je chemine.

Depuis longtemps, j’avais envie de devenir conseillère conjugale et familiale. Perdre mon poste fut l’occasion de me poser les bonnes questions :

  • un an de discernement,
  • de nombreuses lectures,
  • des heures passées à discuter avec des personnes de confiance pour m’approprier l’idée,
  • un certain nombre de rencontres auprès de professionnels enfin, auront été nécessaires pour me faire avancer et demander un dossier d’inscription.

Mais, de ces pérégrinations, je retiendrai la plus coûteuse : celle de me confronter à moi même.

Un face à face que je n’ai pu vivre que dans la solitude en me déplaçant dans un espace propice à ce genre d’expérience. Une abbaye.

J’ai pu y déposer ce projet et le laisser germer, avancer, reculer, tourner en rond avec toute la dimension spirituelle et humaine que m’ont offert ce lieu et la bienveillance des personnes qui l’habitent.

Et puis, il y avait mon mari.

Des centaines de fois, je lui ai dit :

« C’est ok pour toi ? Pas trop compliqué à gérer ? ».

Des milliers de fois il m’a répondu :

« Ne me fais pas porter un embarras que, toi, tu ne gères pas : celui de laisser la maison. Moi, je me débrouillerai. »

Je rétorquais :

« Mais pour les enfants, garderie, cantine… Un peu lourd le rythme, non ? »

Réponse de mon homme :

« Tu va leur faire confiance, à tes enfants ? Ils sauront s’adapter, faire sans toi. Quatre jours par mois, on a vu pire. Le problème, ce n’est ni moi, ni eux. C’est toi. Demande toi pourquoi ça te pèse autant de partir. T’as peur de quoi ? De te (de nous !) planter ? Tu portes un beau projet, non ? »

À moi de jouer.

« Pourquoi tu te formes ? Pourquoi ce métier ? Et si tu échoues ? Et tes petits ? »

Les questions des autres me renvoient difficilement à celles que je me pose, et au-delà, en cas d’échec, à l’intransigeance de mon propre regard…
Il aura fallu que je prenne lucidement de la distance vis-à-vis cela : les choix que nous faisons renvoient les autres aux leurs, aux décisions qu’ils auront prises… ou pas.

Il aura fallu que je m’appuie sur quelques personnes « ressources » pour me lancer et considérer que leur appui m’était indispensable.

Une fois tous ces problèmes presque réglés, dont les aspects matériels (dossier, financement, organisation) mais néanmoins importants, il ne restait que moi. Moi et moi.

Alors je suis montée dans ce train.

Durant deux ans, quatre jours par mois, je suis partie me former.

Quotidiennement, je me suis organisée pour :

  • « bachoter »,
  • lire, écrire,
  • partir effectuer mes stages,
  • accoucher de mon mémoire…

…tout en passant du temps auprès de mon mari, de mes enfants et de certaines personnes que j’aimais.

Ces moments partagés m’auront nourrie, vivifiée ; ils ont étayé ma pensée et contribué à ma réussite. Ma formation de conseillère conjugale et familiale n’était pas qu’intellectuelle, elle devenait empirique. Et malgré les difficultés que j’ai pu rencontrer, l’exigence et les renoncements (moins de sorties, moins de dépenses…) que nécessite une formation, je l’ai vécue avec beaucoup de bouillonnement et de paix.

À chacun sa mission ?

Ces deux dernières années, de nombreuses fabuleuses m’ont fait part de leur désir de changer de boulot ou de le reprendre différemment après une période plus ou moins longue d’arrêt, choisi ou contraint. Puis, comme pour excuser leur propre questionnement, elles ajoutaient :

« Impossible, les enfants sont trop petits, mon mari ne pourra pas, on n’a pas d’argent, c’est peut-être un caprice perso, et puis, ça va passer… »

Derrière ces prétextes, c’est une inquiétude bien plus secrète qui les habite : il faut se lancer, dépasser ses doutes et le « qu’en dira-t-on », changer son organisation.

Ni le mari, les enfants, le financement, l’emploi du temps ne sont des excuses suffisantes pour ne pas essayer de bâtir un projet, le penser, l’affiner, le faire évoluer. Rien n’est figé.

Ces envies de changement expriment un désir beaucoup plus intime :

Celui de trouver sa vocation. Savoir qui l’on est. Ce à quoi nous pouvons prétendre et répondre. Tenter de se confronter à ces questions permet de gagner en liberté intérieure.

Parmi tous les livres que j’ai pu parcourir, « À chacun sa mission » , de Jean Montbourquette m’aura particulièrement aidée.

En cette période estivale, si d’aventure vous aviez envie de réfléchir à un projet qui vous tient à coeur, et si par bonheur se trouvait non loin de chez vous un lieu calme comme une une abbaye, ou en pleine nature, pour vous isoler, alors n’hésitez plus, prenez rendez-vous avec vous même.

Ne vous évitez pas.

Faites le vide, confiez votre projet, prenez un (ce) bouquin, lisez, discernez, puis laissez reposer.

Qui sait, peut-être verrez-vous se révéler un visage nouveau, le vôtre, alors que vous pensiez l’avoir égaré…



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Hélène Dumont

Après avoir suivi un parcours de Lettres et Civilisations, Hélène est devenue professeur des écoles puis conseillère conjugale et familiale. Très attachée aux problématiques de l’articulation du maternel et du féminin, elle travaille aujourd’hui en cabinet libéral au rythme de sa vie de famille : un chouette époux et 6 enfants !
https://www.conseilconjugaletparentalite.com

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Ose demander pour voir tes projets bouger
Ces derniers temps, plusieurs d’entre vous m’ont posé des questions à propos de mon activité de blogueuse/auteure/conférencière : qu’est-ce qui[...]
35 ans, l’heure du bilan
Je ne m'étais jamais fixé cet âge comme un point d'étape, jusqu'à ce que je n'aie plus le choix de[...]
Équilibre pro – perso : 4 questions à se poser pour faire le bon choix
“Accepter ou ne pas accepter ce nouveau poste ? Créer ou ne pas créer mon entreprise ? Prendre ou ne[...]
CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.
En validant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient conservées et utilisées pour me tenir informé(e).

En savoir plus
Conception et réalisation : Progressif Media

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.