Faut-il toujours garder le sourire ? - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Faut-il toujours garder le sourire ?

Marie-Odile Lucas 13 octobre 2021
Partager
l'article sur


Il y a plusieurs sourires. Il y a celui qui illumine mon visage lorsque je regarde mon enfant faire du vélo. Il y a aussi celui convenu que j’affiche sur mon visage pour être avenante. Celui, automatique, que j’adresse au passant – ou le sourire électrique que provoque un bel inconnu – du moins quand mon sourire n’est pas caché par un masque, covid oblige. Il y a aussi celui que j’adresse à ma grand-mère malade, à moitié parce qu’elle ne comprend plus grand-chose d’autre, à moitié pour lui cacher ma tristesse de la voir partir. 

Ces sourires ont tous un point commun :

le visage s’ouvre, les lèvres s’étirent, mes yeux se plissent, avec une légère inflexion des sourcils. Mais le sourire n’est pas qu’un étirement de muscles : ce qui en fait la force, c’est la manière dont il nous met en relation avec l’autre. On peut alors distinguer deux grands types de sourires : le sourire authentique et spontané, et le sourire convenu, posé, celui qu’on adopte pour avoir une mine présentable. Le premier est ouverture à l’autre et dévoilement de soi ; le second est posture conventionnelle qui fait écran entre moi et l’autre.

Le sourire comme posture.

Il y a le sourire Colgate, celui qu’on affiche poliment, qu’on colle sur notre visage pour paraître plus présentable. Bouche ouverte et lèvres tirées, dents blanches éclatantes : on présente ainsi au monde une image parfaite de soi. Mais ce sourire forcé sonne creux et a quelque chose de glaçant : c’est qu’il ne vient pas du dedans, il mime le sourire, en en adoptant le geste, mais il ne parvient pas à en transmettre la force.

Le sourire forcé ne renvoie à rien d’autre que lui-même :

dans ce sourire, JE me montre, JE pose, là où le sourire spontané est d’abord tourné vers l’autre. 

Afficher sur notre visage un sourire « artificiel » peut relever parfois de l’héroïsme, comme lorsque je souris à mes enfants alors que j’ai envie de pleurer ou de hurler. Se forcer à sourire peut m’aider à garder ma contenance, et à surmonter mes difficultés quotidiennes, ou à les garder pour moi. Il peut permettre de rassurer l’autre et nous montrant optimiste ou impassible. Comme le scout, qui « sourit et chante dans les difficultés ». Mais ce sourire artificiel est justement un refus du dévoilement.

Le sourire comme invitation à la relation avec l’autre.

À ce sourire convenu, il faut opposer le sourire authentique, ou spontané. Ce sourire n’est pas façade mais ouvre la porte à la relation avec l’autre. Sourire à une personne que je croise dans la rue, c’est déjà reconnaître qu’il n’est pas qu’une chose posée là, mais une personne. 

Le sourire spontané n’est pas pour moi :

quand je souris, je souris toujours à quelqu’un, ou quelque chose. Par mon sourire je montre que je suis ouverte à la relation avec l’autre ou avec les choses qui m’entourent. Mon sourire témoigne de la « primauté de la relation bienveillante à l’égard d’autrui » (Lévinas). Je me rappellerai toujours le premier sourire de mes enfants : lorsque je le perçois, il me perce le cœur, car dans ce sourire mon enfant témoigne déjà d’un désir de relation, de communication. Et si parfois il sourit à l’armoire, c’est toujours à quelque chose qu’il sourit.

Le sourire est déjà commencement de parole : par l’étirement des muscles de mon visage, je dis déjà quelque chose à l’autre. Le sourire est une parole dirigée vers l’autre qui attend en réponse son propre sourire. Sourire à l’autre est ainsi à la fois ouverture à l’autre et communion avec l’autre, où nous nous sourions l’un l’autre. Le sourire authentique brise ainsi nos égocentrismes en nous ouvrant à ce qui nous entoure. 

Le sourire est dirigé vers autrui, mais dans le même temps me dévoile.

Il « illumine mon visage » parce qu’il vient du dedans, du plus profond de mon être. Le sourire authentique et spontané n’est pas qu’une attitude corporelle ; il est une posture du corps qui donne accès à une intériorité. 

Je peux aussi sourire lorsque je suis seule, de la simple jouissance de ce qui m’entoure : lorsque le soleil caresse ma peau, je ferme les yeux, et je souris. Le sourire est alors ici non pas présence à un autre, mais présence à ce que je vis, à ce qui est autour de moi.

Faut-il  « garder le sourire » ?

Pour faire simple, le sourire authentique et spontané est ouverture à l’autre et dévoilement de soi. Il est comme une porte, par qui l’autre devient accessible, et par qui je deviens moi-même accessible à l’autre. Mais cette porte n’a pas à être toujours ouverte : je ne suis parfois pas disponible à la relation avec l’autre. Parfois je suis triste, fatiguée, déprimée, ou même occupée. Sourire dans cet état peut être grandiose – je laisse ma tristesse au vestiaire, et je me présente disponible à mes élèves, à mes patients, à mes enfants en leur souriant.

Il nous faut nous autoriser à ne pas sourire pour être plus authentique. 

Chercher à garder le sourire ce n’est pas se planter devant sa glace pour s’entraîner à être plus convaincante, ou se prendre davantage en selfies pour vérifier l’image que nous renvoyons de nous-mêmes. Ce sourire que l’on garde n’est que le fantôme du vrai sourire.

Alors, autorisons-nous à ne pas sourire, pour arracher ce masque que nous mettons trop sur nos lèvres. Garder le sourire ce n’est pas adopter la posture corporelle du sourire, c’est s’autoriser à s’ouvrir à autrui et à se dévoiler – ce qui suppose aussi de parfois pouvoir pleurer.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Marie-Odile Lucas

Professeure de philosophie et mère de deux enfants, je vis actuellement à Athènes, où je rédige une thèse de philosophie sur le corps féminin. J'ai à coeur de porter sur les questions chères aux Fabuleuses un regard philosophique, inspiré de mes lectures et de mes propres questionnements.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Ma fabuleuse valise de maternité
“Valise de maternité”. Nous avons forcément toutes déjà tapé ces trois mots sur notre moteur de recherche. À quelques semaines[...]
Leurs échecs ne sont pas nos succès
Ce n’est pas parce qu’elle se plante que tu t’en sors mieux. Un de mes premiers textes pour les Fabuleuses[...]
« Votre avis ne m’intéresse pas » : comment gérer la critique
« Lorsque nous cessons de nous soucier de ce que les gens pensent, nous perdons notre capacité de connexion. Lorsque[...]
Conception et réalisation : Progressif Media