Apprendre à conjuguer pour mieux communiquer - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Apprendre à conjuguer pour mieux communiquer

Hélène Bonhomme 11 octobre 2018
Partager
l'article sur


La communication, ça n’est pas une science infuse ! On a beau savoir la règle, il y a tellement de paramètres en jeu : entre ce que moi je ressens, ce que l’autre ressent, tout ce qui n’est pas dit etc… Yolande Ziegler Schwab, psychopraticienne et coach de vie nous donne une clé pour mieux communiquer avec notre entourage : apprendre à conjuguer !

Pourquoi parler de conjugaison au sujet de la communication ?

Yolande : Demander, recevoir, donner, refuser : ces 4 verbes tous simples, il nous faut apprendre à les conjuguer dans nos vies pour bien communiquer avec notre entourage, parce qu’une relation vivante suppose ces 4 possibilités de réaction ! Pour être dans une dynamique d’amour et de vérité avec nos proches, nous devons apprendre à conjuguer ces quatre verbes dans nos vies. Cette manière rigolote de dire les choses – et facile à retenir ! – recouvre des réalités très importantes.

Comment conjuguer ces verbes dans notre vie ?

Yolande : Commençons avec le verbe « demander ». Il s’agit tout simplement d’oser demander clairement, de s’autoriser à faire des demandes directes avec simplicité. Souvent, nous ne savons pas demander car nous craignons le refus et nous ne sommes pas prêts à assumer ce refus. Alors, nous adoptons des attitudes détournées. Nous attendons en espérant que l’autre va deviner : ce sont les fameux “non-dits”. Par exemple, on peut penser :

« J’aimerais qu’il comprenne que cette année j’ai envie de passer le 31 décembre ailleurs que chez ses parents ».

Cela engendre de la frustration…

Yolande : Oui ! Beaucoup de conflits portent sur des sujets non-dits. Soit nous culpabilisons l’autre, en disant par exemple : « Si tu m’aidais à déplacer ce meuble je ne me ferais pas mal au dos », au lieu de demander simplement « Peux tu m’aider s’il te plaît? », soit nous demandons indirectement. Par exemple : « Tu as vu les voisins ont changé leur voiture, eux ! ». Autre possibilité, faire des reproches ou se plaindre : « Tu ne penses jamais à me demander ce qui me ferait plaisir », au lieu de dire simplement « J’aimerais bien… »

Toutes ces attitudes détournées sont des formes de manipulation !

Deuxième verbe ???

Yolande : Oui, “donner”, c’est le deuxième verbe qu’il nous faut apprendre à conjuguer ! Oser donner librement, sans contrepartie évidente, sans calcul, que ce soit un cadeau, de l’écoute, de l’attention, du temps, de la tendresse, etc… Mais souvent, nous ne savons pas donner, alors nous imposons, ou nous donnons ce que nous aimerions recevoir !

Et le verbe « recevoir », que vient-il faire là-dedans ?

Yolande : L’idée c’est d’apprendre à recevoir sans méfiance, doute, à priori  ou jugement préétabli. Beaucoup d’entre nous sont des infirmes du recevoir, c’est-à-dire qu’ils ne savent pas recevoir avec simplicité, humilité et reconnaissance, que ce soit des compliments, de l’aide, des marques d’attention, de l’admiration… Il n’y a qu’une seule chose à dire quand on reçoit (quand c’est sincère) : MERCI ! Au lieu de recevoir et de dire merci, souvent, nous avons tendance à minimiser : «  Tu trouves ma nouvelle robe jolie, oh tu sais elle était en solde ! » Ou bien nous adoptons une fausse humilité : « Oh tu sais je n’ai fait que suivre une recette basique, je n’ai pas vraiment de mérite! ».

Et le dernier verbe, “refuser”, c’est oser dire non ?

Yolande : on doit vraiment apprendre à dire des vrais « non » et des vrais « oui ». Apprendre à dire « non », c’est avoir une parole qui me respecte et qui impose le respect. Je ne parle pas d’un « non » qui cherche juste à s’opposer à l’autre, mais d’un « non » qui est une démarche d’affirmation.

Pour être plus précise, je me rends compte que souvent au lieu de dire « non je ne veux pas », on bascule facilement dans l’agressivité, on humilie ou on dénigre : « Tu n’as pas honte de me demander cela ? », ou alors on ment ou on  invente des excuses pour ne pas être obligé de dire non, en disant par exemple : « J’ai une migraine ».

Je récapitule, pour bien communiquer, apprenons à :

  • Demander sans réticence ni peur,
  • Donner sans regret ni contrainte,
  • Recevoir sans nous sentir redevables,
  • Refuser sans nous culpabiliser.


Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 3 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
« C’est toujours moi qui… »
Nombreuses sont les femmes que j’accompagne à se montrer entreprenantes, exigeantes, ambitieuses pour leur vie. Et fatiguées. Elles sont épuisées[...]
Déconfinement : un compte à rebours pour les tout-petits
Enfin, le déconfinement pointe son nez ! Vous commencez à imaginer la reprise de la crèche ? Vous allez être obligée[...]
Florence Leroy : « Gardons le cap sur notre couple ! »
Conseillère conjugale et familiale, Florence Leroy a écrit avec sa sœur Christine Lewicky le best-seller « J’arrête de râler sur mes enfants (et mon conjoint) ».[...]
Conception et réalisation : Progressif Media