Tout ce que je n’ose pas dire à ma femme - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Tout ce que je n’ose pas dire à ma femme

portrait de femme devant une lettre
Partager
l'article sur


Je t’aime depuis si longtemps 

Alors que le soleil se couche, 

Je vois ton regard dans les reflets de ses derniers rayons. 

Je t’observe, je te cherche, 

Je te savoure, je me souviens. 

Notre première rencontre, 

Ma main qui touche enfin ta peau, 

Mes yeux qui rencontrent les tiens, 

Nos cœurs au diapason.

Je t’aime depuis si longtemps. 

Tu me regardes entre tes mèches de cheveux, 

Sauvages, herbes folles qui cachent ton visage fatigué. 

Tes yeux sont bleus comme la mer, 

Et je m’y noie encore un peu.

Tu penses que je ne vois que la fatigue, mais je ne vois que la beauté, 

Je tends la main, caresse ta joue, 

J’aimerais tant que tu entendes, 

Tous les mots que mon cœur voudrait crier, dire, pleurer, murmurer, soupirer, rire

 Je t’aime depuis si longtemps, 

Que je t’aime toujours autant, 

Si pas plus encore…

Toi, la femme, la guerrière, l’enfant, 

La fée, la sorcière, la force du vent, 

La chaleur du feu de cheminée, la fraîcheur du matin, 

Les ombres qui dansent au salon quand le soleil d’été pointe son nez au travers des rideaux, 

Toi, le mystérieux brouillard, la fragilité des pétales, le tranchant des épines, 

Toi que j’ai parfois si peur de perdre, 

Toi à qui je ne sais pas toujours montrer, 

Combien je t’aime depuis si longtemps 

Tu me montres tes hanches, tes rides, 

Tu me mets au défi, au défi de t’aimer pourtant 

De t’aimer tout autant, avec tes cernes, 

Tes révoltes, tes limites, 

Tes blessures, tes doutes, 

C’est comme si tu voulais me prouver que j’ai tort

De t’aimer, de t’avoir à mes côtés, de te désirer, 

Mais je t’aime depuis si longtemps, tellement, 

Tu te mets à nu, tu observes si je peux, 

T’aimer avec tes éclats, tes cicatrices, tes aléas, 

Et parfois, mes bras ne semblent pas assez grands pour tenir en leur creux 

Toutes les pièces de cette âme tourmentée, 

J’essaye, un peu, beaucoup, je ne sais comment t’aider, 

Je ne peux pas te sauver, 

Mais si tu savais comme il est facile de t’aimer

Et je t’aime depuis si longtemps. 

Sache, que je t’aime toujours autant, 

Et que les vagues qui roulent en moi, me submergent de nouveau, 

Je te regarde, te respire, t’admire, 

Je t’aime, 

Côté face, côté pile, tes ombres et ta lumière, 

Tout ce que tu portes en toi, 

Qui tu es, ce que tu fais, ce que tu es pour moi

Funambules des situations cocasses, 

Humoriste de la première heure, 

Artiste du bout des doigts, 

Talentueuse, si talentueuse, 

Âme d’enfant, femme fatale, 

Mon amie, ma maîtresse, ta tendresse, ta vie, ton sourire, 

Être là et t’aimer, depuis si longtemps. 

Et j’explose de savoir que j’ai gagné à ce loto-là

Que je suis riche de toi et moi, de nous, 

Et je voudrais que tu saches 

Que je t’aime depuis si longtemps, 

Et bien plus encore, 

Le soleil s’est couché, tu me dis « j’arrive dans 5 minutes », 

J’écoute tes pieds nus glisser dans tes chaussons, 

Tu poses ton verre d’eau dans la cuisine, 

Éteins la lampe du couloir, 

Le son de ta brosse à dents, ta crème sur la peau de ton visage, 

Tous ces bruits, ces gestes du quotidien sont mes trésors cachés, 

La saveur de t’aimer, de vivre à tes côtés. 

Je sais que tu es fatiguée, 

La vie est énorme parfois, 

Chaque jour semble une éternité

Et pourtant le temps s’empresse de passer, une course effrénée !  

Et je t’aime depuis si longtemps, 

Et encore plus maintenant, encore plus à chaque instant, 

Comme tu es, comme tu vis, comme tu m’aimes, comme tu me souris, comme tu es fabuleuse ! 

Comme tu es fabuleuse, 

Funambule du quotidien, 

Beauté sauvage, 

Femme libérée, 

Ange dont les ailes se sont cachées, 

Si forte que tu n’as parfois pas besoin de moi, 

Si douce, si fragile quand tu te réfugies dans mes bras, 

Si belle dans ta vie, dans ce que tu fais, dans ce que tu es. 

Je t’aime depuis si longtemps, 

Le sais-tu encore ? 

Ne l’oublie jamais, 

Et laisse-moi t’aimer, 

Un peu plus encore, 

Comme tu es, 

Et plus encore… un jour à la fois, un pas à la fois et à tout jamais.  

Et j’aimerais te dire tendrement que je t’aime toujours autant. 

Si pas plus… 



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la Fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour recevoir chaque matin ton petit remontant spécial maman ! Une piqûre de rappel pour ne pas oublier de prendre soin de toi, respirer un grand coup et te souvenir de ton cœur qui bat. C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Rebecca Dernelle-Fischer

Psychologue d’origine belge, Rebecca Dernelle-Fischer est installée en Allemagne avec son mari et ses trois filles. Après avoir accompagné de nombreuses personnes handicapées, Rebecca est aujourd’hui la maman adoptive de Pia, une petite fille porteuse de trisomie 21.
https://dernelle-fischer.de/

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
coquillage
53 astuces pour mettre de la poésie dans ta vie (la 16ème est vraiment incroyable)
La vie de maman ? C’est tout un poème ! De la to-do-list sans fin aux couches qui parfument. En passant par[...]
couple amoureux
Pour une sexualité ordinaire
« Ses mains se faufilent sous les pans de ma chemise de nuit, il me caresse le dos. Je connais[...]
la passion dans le couple
La passion s’en est allée… que reste-t-il de nos amours ?
Les feux de l’amour Ah ! Roméo et Juliette ! Ce couple est pour notre société l’exemple typique des amoureux. Leur amour[...]
Conception et réalisation : Progressif Media