All posts tagged imperfection

HB-article bienveillante maltraitante

Ni bienveillante ni maltraitante

Aujourd’hui, j’ai 20 ans, et je vois ce gamin qui fait une colère monstre dans le magasin. Je regarde la scène et je me sens terriblement mal à l’aise pour les parents…

J’ai 20 ans, je n’ai pas d’enfants mais je parle, je critique.

Je critique des parents qui ont tentés tant bien que mal de gérer la crise de leur petit. Vous m’auriez entendu dire ces phrases anodines entendues 1000 fois :

« Il y a des claques qui se perdent »

« Ça aurait été moi une bonne fessée et ça aurait été réglé!! »

Bref, des phrases pleines de préjugés et de violence éducative ordinaire… Aujourd’hui, j’ai 31 ans, et je vois ce gamin qui fait une colère monstre dans le magasin. Je regarde la scène d’en haut et je me sens terriblement mal à l’aise du regard des autres sur cette maman et son garçon. Cette maman, c’est moi et le petit, là, celui qui selon certains mériterait une bonne paires de claques, c’est le mien… Lire la suite…

HB - article poussees dentaires

La cruelle « injustice » des poussées dentaires

Quand de nombreux parents autour de moi ne remarquent les nouvelles dents de leur progéniture que « par hasard », ou qu’ils ne savent pas exactement combien de dents à leur adorable rejeton, j’ai comment dire… un peu de mal ^^.

Parce que chez nos filles de 16 mois, chacune des poussées dentaires effectives est anticipée plusieurs jours avant, et s’accompagne quasi systématiquement d’otite avec tympan perforé (parce que la douleur et les antibios, c’est tellement meilleur… !).

Toutes leurs poussées dentaires (car oui, elles font ça pratiquement en même temps…), sont reconnaissables par des grognements, du râlage excessif, du chouinage intempestif, de la bave à en irriguer une partie du désert, des selles très molles voire liquides, une sur-sollicitation de bras, et – Ô, comble de la poussée dentaire gémellaire ! – Maman n’a que deux bras qu’elle aime bien aussi utiliser pour faire d’autres choses. Lire la suite…

HB-article-ten fais pas

« T’en fais pas, ça viendra ! »

Ce qui est bien avec la « maman-copine », c’est que la plupart du temps, elle s’abstient de tout commentaire concernant l’évolution de ton enfant – ou du moins elle essaie – pour ménager ta susceptibilité. Je ne te parle pas de la « maman-tout-court » : si tes enfants ne marchent pas encore à 4 pattes alors que le sien oui – et depuis des mois ! –, alors elle dissimule à peine son sentiment de supériorité.

Ouais, mes filles ont 9 mois et elles ne rampent pas encore, c’est vrai. Par contre, elles récitent l’alphabet en biélorusse et à l’envers.

Après la phase angoissante du « Est-ce qu’elles ont un problème, est-ce-que c’est grave docteur ? » et celle de la culpabilité intense « Je n’ai pas dû les stimuler assez, je fais tout de travers, je suis nulle » (là, en fond sonore, le bruit du fouet sur mon épaule meurtrie), j’en suis arrivée à m’approprier le concept de motricité libre.

Soyons honnête, c’est là ma dernière carte pour

  1. me rassurer,
  2. rester hype et bobo,
  3. ne pas perdre la face en société.

Lire la suite…

HB-article super sapin

Le sapin, côté verso

J’adore le sapin de Noël. Pas les sapins de Noël en général : LE sapin de Noël en lui-même.

J’aime tout le concept :

L’étoile en haut de la cime, les guirlandes – lumineuses ou pas – les boules – magnifiques en verre ou assez moches en papier mâché, confectionnées par les enfants – l’odeur qui envahit le salon, les épines qui jonchent le sol au bout de trois jours.

Quand j’étais petite, je passais un mercredi après-midi chez mes grands-parents spécialement pour l’occasion : décorer leur sapin. Il était absolument énorme, pas riquiqui posé sur une table basse comme chez mes parents. Ses branches envahissaient tout le salon. Ses décorations remplissaient deux cartons entiers que mon grand-père remontait de la cave avec toutes les peines du monde. Lire la suite…

tu-qui-tu

Des spéculoos sur la banquette arrière

Je suis à la bourre. Gravement à la bourre.

Je vous fais le topo : je quitte mari, enfants, chien et poules pour 48 heures. Oui, je sais, c’est le rêve. Sauf que je dois absolument quitter la maison dans les cinq minutes qui viennent, sinon je vais faire poireauter les quatre personnes venues de l’autre bout de la France qui m’attendent à la gare.

Il ne me reste qu’une dernière chose à faire (après avoir saoulé mon Fabuleux avec une énième recommandation alors qu’il va gérer comme un chef) : retirer siège auto et rehausseur pour faire de la place sur la banquette arrière…

et, accessoirement, éviter de devoir faire demi-tour dans vingt kilomètres parce que mon Fabuleux m’aura appelé :

« T’es partie avec les sièges ! Je fais comment pour partir en balade avec les garçons ?? »

(Ne pas oublier que même s’il va gérer comme un chef, il m’en veut un peu de quitter le navire, même si c’est tout à fait inconscient)

Bref, revenons à ma banquette arrière. Je perds trois litres de sueur à simplement défaire les ceintures transférer les sièges dans la voiture de mon Fabuleux… Lire la suite…

HB-youtube-WC

Chérie, la lunette des W.C. est cassée…

Il y a de ces semaines qui nous semblent monstrueuses avant même qu’elles ne commencent.

Celles que vous abordez en mettant votre tenue de mère combattante ou encore « mom survivor ». Celles pour lesquelles la bande sonore sera « Rocky ». Celles qui vous font de l’œil en te déclarant : « Toi, je vais t’envoyer au tapis, t’arriveras même pas à la mi-temps ». Celles qui portent la promesse d’une crise de nerf, d’une engueulade injuste pour tes enfants ou ton mari (ou les deux) et celles qui te feront détester comment tu réagis.

Lire la suite…

HB-article-va-chez-le-psy

Ma fab va chez le psy… et alors ?

En écrivant cet article, j’ai envie de vous accueillir chez moi en pyjama.

Tu sais, le truc que tu portes parce qu’il te ressemble, parce que malgré les trous il est devenu hyper agréable.

Les pièces de tissu que tu enfiles le soir en gémissant de plaisir parce que simplement maintenant tu peux te poser, te reposer. Si mon mari a horreur de traîner en pyjama, moi j’aime bien.

Je me promène le samedi matin avec le pantalon d’Obélix et un vieux pull qui me fait penser à la serpillère, euh non, au gilet que Thérèse a tricoté pour son collègue Pierre dans Le Père Noël est une ordure (Ok d’accord, c’est tout sauf sexy).

Lire la suite…