All posts tagged différence

HB - visu article deuil bébé parfait

Faire le deuil du bébé parfait

Tout commence il y a presque trois ans, à la maternité, quand mon fils T. vient au monde. Le sage femme pose le bébé sur mon ventre, je n’arrive malheureusement plus a me rappeler la joie de l’avoir avec moi, puisque tombe la question de mon conjoint :

« Mais qu’est ce qu’il a à l’oreille ? »

Moi, pleine de ma joie, je ne faisais que ressentir ce nouveau petit être collé sur moi, lui a vu que ça clochait. Commence alors l’angoisse, il emmène mon fils pour la pesée, les premiers soins, l’habiller.

Je me rappelle avoir eu des pensées très dure la première nuit à la clinique, en pensant que j’étais horrible et que mon bébé était un monstre à cause de moi….

Viendront ensuite les examens en tous genres pour vérifier les syndromes associés possibles (radio du rachis, échographie du cœur, du cerveau, des reins…). Bref, une fois passés les premiers examens, tous bons, (pronostic vital pas engagé, aucune autre malformation associée), un sentiment d’injustice nous a envahis.

Pourquoi nous ?

Lire la suite…

HB-article-douceur solide

Souple et solide à la fois

Ils sont nombreux, ces moments où j’ai envie de crier.

Crier parce que c’est injuste.

Parce que la différence de mon fils – invisible aux yeux de beaucoup – me revient en pleine face à l’occasion de petits détails de la vie sans importance.

Quand, au square, je le vois incapable d’entrer en relation avec un enfant de son âge. Quand, au moment de passer à table, je lui donne l’assiette en plastique bleu – que son frère plus jeune réclame pourtant – parce que je sens qu’il fait une fixation dessus et qu’il n’arrivera pas à passer à autre chose.

Quand il tient des propos curieux pour un enfant de son âge – « néanmoins », « ne serait-ce que » – et que son auditoire reste médusé devant un tel vocabulaire tandis que moi, j’entends les intonations et le style adultes plaqués sur l’histoire maladroite d’un enfant de 7 ans.

Quand j’ai du mal à cacher mon énervement et qu’il me demande, comme pour valider qu’il a bien appris sa leçon : « Maman, tu es fâchée ? Est-ce que c’est bien ça ? »

Je sais désormais que non, ça ne « passera » pas. Lire la suite…

Café 13

Rencontrer sa maîtresse, le stress

Chaque année, c’est la même chose : quelques semaines après la rentrée, je demande à rencontrer la maîtresse de mon grand (mon fabuleux enfant différent) pour faire le point. J’ai beau avoir déjà quelques rentrées à mon actif, force est de constater que je n’y arrive toujours pas avec le cœur léger. C’est même carrément le contraire.

Voilà le topo : tout le week-end, j’ai ruminé.

Tout le week-end, je l’ai observé, surtout pendant les devoirs. Je devrais plutôt dire : pendant l’épreuve des devoirs. Relancer son attention, le guider sans le brusquer, l’encourager sans le survaloriser. Et hier soir, dimanche, en me glissant sous les draps pour me requinquer et attaquer la semaine en forme, boule au ventre et pensées en boucle.

L’institutrice sera-t-elle à l’écoute ? Et moi, comment veiller à être aussi à l’écoute de ses observations, de ses questions ? Comment présenter les choses sans les asséner ?

Comment paraître concernée mais pas pénible ?

J’en ai trop entendu, des histoires de parents surprotecteurs et d’instit excédées par les mères poules convaincues que leur enfant est totalement hors norme…

Je tourne et vire dans le lit. Le sommeil finit par m’emporter pour quelques heures de répit. Au réveil, toujours la boule au ventre. Lire la suite…