All posts tagged bienveillance

HB - article solidarite feminine

Petit éloge de la solidarité

Trois femmes.

L’une est maman solo sans aide de son ex-mari aujourd’hui gravement malade ;
L’autre se retrouve seule en semaine depuis plusieurs années, pour cause de célibat géographique ;
La dernière est seule à la barre plusieurs mois par an, avec un mari à l’autre bout du monde ;

Trois femmes. Trois femmes fortes, malgré la fatigue, malgré les soirs où elles n’en peuvent plus, malgré les cris dont elles se sentent parfois coupables, malgré ce sentiment de solitude qui les étreint certains dimanches soir.

Chacune de ces femmes fait comme elle peut pour :

  • sortir de son grand lit vide sans maudire l’univers tout entier (ou le Fabuleux absent);
    respirer un grand coup quand le petit dernier ne dort toujours pas à 21h47 (et qu’il faudra se lever à 6h12 parce que l’aîné a laissé tomber son doudou);
  • garder le moral quand la voiture ne démarre pas et qu’il est 8h17 (alors que la cloche de l’école sonne à 8h30);
  • trouver la motivation pour emmener les enfants se promener sous la pluie un dimanche après-midi tandis que personne n’a pensé à lui faire signe pour occuper cette longue journée marquée par la solitude;
  • ne pas s’endormir en pleurant sur son oreiller parce qu’elle a perdu patience et crié quand elle a découvert la salle de bains inondée et le contenu de sa trousse de maquillage éparpillé sur le sol;

Trois femmes, héroïnes du quotidien.

Lire la suite…

HB-article-oui pour toi cest facile

“Oui mais pour toi c’est facile !”

Il y a quelques mois, je postais une photo de vacances sur Instagram. Quelqu’un a commenté :

“Ben dis-donc ! C’est sûr qu’il y a de quoi garder le moral !”

Chez les fabuleuses, mon job consiste à encourager les mamans qui me suivent, en leur rappelant chaque matin de prendre soin de la fabuleuse qui est en elle (pour t’inscrire, c’est gratuit et c’est par là !) Alors voilà : je distribue de la bonne humeur, et dans le Village, j’aide des milliers de mamans à changer de lunettes sur leur quotidien, pour ne plus laisser leurs idées noires les empêcher de kiffer leur vie imparfaite.

Tu le sais, si tu fais partie de cette “catégorie” :

être “celle qui va toujours bien”, ça n’est pas le beau rôle à tous les coups ! Régulièrement, on me fait remarquer que pour moi, avoir la pêche est censé être inné. L’autre jour, quelqu’un m’a écrit :

“Oui mais regarde la vie que tu as ! Pour toi, c’est facile d’être détendue et positive.”

Lire la suite…

HB - article scolaire fournitures

Ma fabuleuse liste de fournitures scolaires

Telle une étudiante studieuse qui a toujours adoré l’école, et attendu les rentrées avec impatience, je me fournis cette année, ma propre liste de fournitures scolaires.

Outre la délicieuse odeur du cahier et du cartable neufs…

…chaque mois de septembre est synonyme pour moi de renouveau et de promesses d’assiduité que je ne tiendrai pas toujours. Davantage encore que le cap du premier de l’an, la rentrée de septembre marquant le début de l’automne et la fin de la légèreté estivale, il faut se remettre au boulot, et avec sérieux je te prie ! Lire la suite…

HB-article lettres rebecca

Les lettres qui ne nous sont pas adressées

Au courrier du jour, deux contraventions. Pas une : deux ! Je les survole rapidement, m’exclame :

« Eh bien, bravo Christoph ! »

Je souris un peu : j’ai décidé dès le début de notre mariage de ne pas m’énerver à cause des contraventions. J’avais prévenu mon mari :

« Si tu dépenses 20-30 euros en quelques secondes à cause d’une prune, j’en ferai autant et je m’achèterai des livres pour la même somme. »

Mais cette fois-là, tout en examinant attentivement les deux contraventions, mon fabuleux lève les yeux et me répond :

« Mais attends, attends, MOI, je ne me suis pas garé dans la rue Martin Luther alors qu’elle était interdite à la circulation ! Cette lettre est pour toi, ma petite femme ! »

Zut alors, moi qui me réjouissais déjà de m’offrir quelques bouquins supplémentaires… Lire la suite…

HB-article-occupe

Je m’occupe de tout, qui s’occupe de moi ?

Ça m’arrive à peu près tous les soirs, quand dans le noir, je les entends sombrer dans le sommeil. Après leur avoir lu le journal de Mickey en piquant du nez, je leur chante des berceuses qui me bercent surtout moi-même, et victoire, ils s’endorment, l’un après l’autre, juste là, sous mes mains qui caressent la peau douce de leur cou.

Le silence, enfin.

Et juste un filet d’air qui entre et sort de leurs poumons, et moi je reste là, dans le noir, parce que j’ai la flemme de descendre me mettre en pyjama, et je me dis que finalement je pourrais bien dormir ici, au milieu d’une armée de Playmobil.

Je suis fatiguée, mais je ne dors pas. Je pense. Je pense à ces histoires que je leur lis, à ces chansons que je leur chante, à ces câlins, ces bisous que je leur distribue sans compter, même quand ils me font ch*#&. Lire la suite…

HB-article bienveillante maltraitante

Ni bienveillante ni maltraitante

Aujourd’hui, j’ai 20 ans, et je vois ce gamin qui fait une colère monstre dans le magasin. Je regarde la scène et je me sens terriblement mal à l’aise pour les parents…

J’ai 20 ans, je n’ai pas d’enfants mais je parle, je critique.

Je critique des parents qui ont tentés tant bien que mal de gérer la crise de leur petit. Vous m’auriez entendu dire ces phrases anodines entendues 1000 fois :

« Il y a des claques qui se perdent »

« Ça aurait été moi une bonne fessée et ça aurait été réglé!! »

Bref, des phrases pleines de préjugés et de violence éducative ordinaire… Aujourd’hui, j’ai 31 ans, et je vois ce gamin qui fait une colère monstre dans le magasin. Je regarde la scène d’en haut et je me sens terriblement mal à l’aise du regard des autres sur cette maman et son garçon. Cette maman, c’est moi et le petit, là, celui qui selon certains mériterait une bonne paires de claques, c’est le mien… Lire la suite…

HB - body challenge

Body challenge

À mesure que le mercure augmente, dans ma tête, ça commence aussi à s’affoler : il va bien falloir que je sorte mon maillot et expose mon corps aux yeux de tous.

L’été, synonyme de légèreté et d’insouciance, a toujours été pour moi été un moment de stress, mais surtout de “body shaming”.

Késako ? Le body shaming, c’est le courant qui consiste à critiquer ou insulter ouvertement le corps de quelqu’un, ou d’une catégorie de personnes. Que ce soit dans la rue, ou les réseaux sociaux, mais aussi à la télévision ou dans les magazines, ou lors d’un recrutement pour un emploi.

Aujourd’hui je ne veux pas te parler de body shaming en général, mais des effets de ce fléau sur notre dialogue intérieur, et sur le mien en l’occurrence. Lire la suite…

HB-vignette regarder dormir

Les regarder dormir

21h30. Fatiguée de ma journée, je gravis d’un pas lourd chaque marche de l’escalier.

Je pousse la première porte du couloir pour m’avancer dans la chambre de ma fille.

Je me pose sur son lit, les yeux émerveillés par cette image si douce. Celle de son visage apaisé, les joues rougies par le sommeil. Ses petites paupières closes, ses longs cils joliment posés. Son corps tellement détendu sous la couette. Je caresse ses cheveux, ses joues toutes douces, dépose un baiser sur l’une d’elles.

D’instinct, je me dirige vers la chambre de mon fils, pour fourrer mon nez dans son cou en fermant les yeux.

Comme j’aime son odeur ! Lire la suite…

HB-article-douceur solide

Souple et solide à la fois

Ils sont nombreux, ces moments où j’ai envie de crier.

Crier parce que c’est injuste.

Parce que la différence de mon fils – invisible aux yeux de beaucoup – me revient en pleine face à l’occasion de petits détails de la vie sans importance.

Quand, au square, je le vois incapable d’entrer en relation avec un enfant de son âge. Quand, au moment de passer à table, je lui donne l’assiette en plastique bleu – que son frère plus jeune réclame pourtant – parce que je sens qu’il fait une fixation dessus et qu’il n’arrivera pas à passer à autre chose.

Quand il tient des propos curieux pour un enfant de son âge – « néanmoins », « ne serait-ce que » – et que son auditoire reste médusé devant un tel vocabulaire tandis que moi, j’entends les intonations et le style adultes plaqués sur l’histoire maladroite d’un enfant de 7 ans.

Quand j’ai du mal à cacher mon énervement et qu’il me demande, comme pour valider qu’il a bien appris sa leçon : « Maman, tu es fâchée ? Est-ce que c’est bien ça ? »

Je sais désormais que non, ça ne « passera » pas. Lire la suite…

HB-article-annee de bienveillance

2019 : une année de bienveillance envers moi

Et si, en cette fin de mois de janvier, on se faisait un cadeau ? Offrons-nous un programme de bienveillance mois par mois pour tenir toute l’année !

Pour une fois, fais des vœux POUR TOI : occupe-toi de toi, d’abord. Prends un joli papier ou un beau carnet, des crayons de couleur et tout ton temps pour écrire :

  • une liste de ce que tu as déjà dans ta vie, de tes bonheurs
  • une liste exclusive de tes réussites de 2018 : c’est la pratique de la gratitude en direct !
  • et puis une liste : « Mes besoins » avec plusieurs « Pourquoi ? », pour aller jusqu’au bout de ce besoin.

Lire la suite…

HB-article rebecca maison2

Le récit de Noël : Je cherche ma maison

Je me suis perdue entre le panier à linge et les mails incongrus.

Je dessine des maisons, des petites maisons avec des petites fenêtres en forme de cœur. Je dessine des maisons chaleureuses, et je cherche la mienne. C’est comme si moi, maman de 40 ans, psychologue de métier, épouse d’un pasteur, un peu auteure, un peu dans la lune, beaucoup humour et chants de Noël, 100% café au lait…

…c’est un peu comme si j’avais perdu ma maison.

La crise d’ado, je connais, mais pour moi elle est presque passée inaperçue (peut-être moins pour mon entourage qui l’a subie). La midlife crisis, on en parle pas mal pour les hommes – retrouver sa jeunesse, savoir que l’on pourra encore montrer sa force… – mais pour les mamans ?
La crise de la quarantaine, chez une maman,  ça n’est plus celle de l’adolescence, ça n’est pas encore la ménopause ; pour moi, c’est un peu comme si j’avais perdu le nord. Lire la suite…

HB-article- salle d'attente

Deux fabuleuses dans une salle d’attente

Me voilà au petit matin dans la salle d’attente déjà bondée de mon médecin généraliste, Hannah machouillant consciencieusement un quignon de pain dans sa poussette. Je suis particulièrement fatiguée et j’ai mal. Infection urinaire.

Quatre personnes patientent déjà.

Je compte rapidement : une vingtaine de minutes par consultation équivaut à plus d’une heure d’attente. Beaucoup trop à mon goût pour supporter la douleur.

Ma petite voix négative, sautant sur l’occasion que lui offre ce moment de fatigue, s’enclenche et me murmure à l’oreille :

« Tu en fais trop, te voilà dans le rouge ! »

Je la maudis. Et ce matin, je dispose de 3600 secondes pour me battre avec elle, remettre en question l’organisation de la maison, l’intendance, mon boulot et revisiter chacun des temps que je passe auprès des enfants à écouter, rassurer, consoler, encourager, aider et soigner. Lire la suite…

HB-article-de quoi tu te mele

« De quoi tu te mêles ? »

C’est vrai ça, de quoi tu te mêles ?

Pourquoi irais-tu parler à cette maman toute blême devant l’école et qui a l’air tellement fatiguée ?

Pourquoi irais-tu aborder celle qui accompagne son petit garçon handicapé à l’école, et qui repart rapidement, sans jeter de coup d’œil ni à gauche, ni à droite, parce qu’elle n’en peut plus de l’insouciance des autres et qu’elle veut oublier la vie dont elle rêvait avant ?

Pourquoi parlerais-tu à cette voisine, celle que tu entends s’engueuler tous les soirs avec son mari et dont le bébé de trois mois hurle sans arrêt ?

Parce que toi, chère fabuleuse, tu peux faire quelque chose pour chacune d’entre elles.

Tu as traversé, ou tu traverses encore, la grande épreuve qu’est la maternité.

Lire la suite…

HB-article-devenir ami

Devenir ma meilleure amie

« Rebecca, cette fois-ci pour ton anniversaire, tu peux nous éviter ta crise d’identité annuelle ? »

Je n’ai même pas le temps de répondre et mon mari continue sa phrase :

« Non, tu n’es pas une mauvaise mère, ni une mauvaise épouse, et même si tu n’es pas parfaite, personne ne voudrait que tu changes.».

Je n’ai jamais rencontré de pièce de puzzle en train de se plaindre de ne pas pouvoir remplir une autre place que la sienne. Par contre, je connais beaucoup de mamans qui ont toujours un immense sentiment de culpabilité qui leur colle au ventre. Lire la suite…

HB-youtube-WC

Chérie, la lunette des W.C. est cassée…

Il y a de ces semaines qui nous semblent monstrueuses avant même qu’elles ne commencent.

Celles que vous abordez en mettant votre tenue de mère combattante ou encore « mom survivor ». Celles pour lesquelles la bande sonore sera « Rocky ». Celles qui vous font de l’œil en te déclarant : « Toi, je vais t’envoyer au tapis, t’arriveras même pas à la mi-temps ». Celles qui portent la promesse d’une crise de nerf, d’une engueulade injuste pour tes enfants ou ton mari (ou les deux) et celles qui te feront détester comment tu réagis.

Lire la suite…