Laurie Cholewa : « Je suis en perpétuelle remise en question » - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Laurie Cholewa : « Je suis en perpétuelle remise en question »

Anna Latron 5 avril 2022
Partager
l'article sur


Présentatrice de Tchi-Tcha sur Canal + et de Clap sur Europe 1, Laurie Cholewa est maman de deux enfants : Rose, née en janvier 2019, et Niels, né un an et demi plus tard.

Animatrice à la télévision et à la radio, maman de deux enfants rapprochés… Comment faites-vous pour tout gérer de front ?

J’apprends à être organisée, chose que je n’étais pas du tout avant d’avoir des enfants. J’aime initier beaucoup de projets, mais l’organisation ce n’était pas tellement mon fort. J’essaie de prioriser ce qui est en adéquation avec ce que j’aime faire, parce qu’avec deux enfants qui ont dix-huit mois d’écart, ce n’est pas simple. Ils sont à un âge pendant lequel il se passe beaucoup de choses et j’essaie de ne rien rater, donc je passe beaucoup de temps avec eux. Je jongle en travaillant à des heures improbables : le soir quand tout le monde dort et pendant les siestes, pour rester la plus disponible possible pour eux.

C’est très angoissant parce qu’on a toujours l’impression que « tout se joue » dans ces premiers âges de la vie. Il est vrai que je suis en perpétuelle remise en question. J’ai toujours peur de mal faire. Je me rassure en me disant : quoi qu’il arrive chez nous, il y a beaucoup d’amour et de bienveillance, ça ne peut que leur donner une base solide. Je regarde beaucoup ce qui se fait, ce qui se pratique chez les autres, sans être “la maman qui a lu 25 livres”. Je fais beaucoup au feeling.

Quels sont vos « petits trucs » qui vous aident au quotidien ? 

J’ai la chance d’être entourée, d’avoir ma mère et ma belle-mère à proximité et un super papa avec qui nous n’avons jamais eu besoin de « répartir » les tâches. Tout se fait naturellement. C’est lui qui emmène ma fille le matin et moi qui la couche le soir. Ça se lit dans la manière dont nos enfants sont aussi proches de l’un que de l’autre.

Je peux aussi compter sur internet pour gagner du temps : les courses, le shopping… Deliveroo me sauve la vie !

Je m’impose également de trouver du temps pour me faire les ongles, pour faire des soins, et c’est important pour moi de faire un massage de temps en temps. C’est d’ailleurs un peu mon objectif du moment : dégager du temps pour moi.

Ce qui m’aide aussi, c’est de m’empêcher de culpabiliser, je me dis que je fais comme je peux.

Parler de cinéma en période de covid n’a pas dû être simple. Comment avez-vous vécu ce coup d’arrêt en mars 2020 ?

Franchement je l’ai assez bien vécu, dans la mesure où ça m’a permis de vivre un congé maternité prolongé avec mon fils. J’ai énormément profité de lui. Bien sûr, la symbolique de voir les cinémas fermés et la culture à l’arrêt me faisait mal, mais à titre personnel j’étais dans mon petit cocon avec mon bébé et ma fille.

Vous avez eu votre deuxième enfant juste après le premier confinement, en août 2020. Est-ce que ce contexte particulier vous a amené à vivre cette nouvelle maternité d’une manière différente de la première ?

Comme c’était mon deuxième enfant, j’étais moins stressée. J’adore être enceinte et je savais que ce serait ma dernière grossesse, malheureusement le contexte anxiogène m’a empêché d’en profiter comme je l’aurais souhaité. Entre ce sentiment que, dès qu’on mettait un pied dehors on prenait le risque de crever, et les hormones à bloc, ce n’était pas confortable. Cependant, ce même contexte m’a offert un surplus de temps dont j’ai bénéficié pour être auprès de mes enfants. Après la naissance de ma fille, j’avais repris le travail beaucoup plus vite, quand elle avait deux mois. Mon travail me permettait une certaine souplesse : certains jours, je ne travaillais pas, ou seulement deux heures, mais concrètement je m’étais remise dans le boulot, donc dans le stress, bien plus tôt que pour mon fils.

Vous venez de publier votre premier livre pour enfants, Rose, Niels et le poupounou. Pourquoi avoir eu envie d’aller sur ce terrain ?

À force de raconter des histoires à ma fille, j’ai eu envie de leur concevoir une histoire sur-mesure. Je me suis tournée vers internet, avec les livres personnalisés, et c’est à ce moment-là que j’ai eu le déclic : « Je vais moi-même leur écrire le conte idéal ». Je me suis dit que ça serait sympa pour eux d’avoir ce souvenir de leur enfance plus tard. Je suis toujours dans l’optique de leur laisser quelque chose, par exemple je tiens des carnets dans lesquels je raconte ce qu’ils font. J’ai proposé à mon amie Mademoiselle Mouns de donner vie à mes petits personnages. Elle est illustratrice et j’adore ce qu’elle fait. Le livre est né comme ça.

Quelles sont les femmes de cinéma qui vous inspirent le plus ? 

En tant qu’actrice et que femme, j’admire particulièrement Cate Blanchet, Kate Winslet… en fait toutes les Kate ! Ce sont deux merveilleuses actrices qui mûrissent en accord avec elle-même. Elles dégagent un certain bien-être, elles sont bien dans leur peau. Elles ont un franc parler, des convictions. Je les trouve très inspirantes, à la manière de Karin Viard qui est plus belle de jour en jour, talentueuse et sympa à la fois.

Et en termes de personnages… je me rends compte que le personnage de la mère n’est pas énormément représenté en dehors de la comédie. Même dans les dessins animés, c’est plutôt la belle-mère que l’on voit. C’est là qu’on voit que ça manque, un beau personnage de mère, au cinéma. Ah, si ! Angelina Jolie, dans L’Echange, qui est persuadée que son fils n’est pas son fils et Meryl Streep, dans Kramer contre Kramer, qui veut récupérer la garde du sien, sont deux personnages qui me bouleversent.

Ma fabuleuse astuce pour survivre à une journée pourrie :

Embrasser mes enfants endormis, respirer leur odeur, écouter leur respiration. Ça m’apaise énormément. Dès que je ne vais pas bien, je me rappelle que mes enfants sont en bonne santé, c’est le remède à tous mes maux. Quand je ne suis pas avec eux, j’ai d’ailleurs toujours un objet ou une photo d’eux à portée de main.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la Fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour recevoir chaque matin ton petit remontant spécial maman ! Une piqûre de rappel pour ne pas oublier de prendre soin de toi, respirer un grand coup et te souvenir de ton cœur qui bat. C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Anna Latron

Journaliste de formation, Anna Latron collabore à plusieurs magazines, sites et radios avant de devenir rédactrice en chef du site Fabuleuses au foyer et collaboratrice d’Hélène Bonhomme au sein du programme de formation continue Le Village. Mariée à son Fabuleux depuis 12 ans, elle est la maman de deux garçons dont l'aîné est atteint d’un trouble du spectre de l’autisme.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
déprime saisonnière
La déprime saisonnière : une belle opportunité
Peut-être que pour toi, chère Fabuleuse, l’automne rime avec grisaille, baisse de moral, coup de mou, voire dépression saisonnière. Et[...]
comparaison et pas moi
« Et pas moi ! »
Elle poste des photos de plages au sable blanc et à l’eau turquoise et pas moi ! Elle part plusieurs semaines[...]
Fabuleuses mamans : ce qui nous relie
On dit qu’il faut un village pour élever un enfant. Je crois qu’il faut aussi un village pour accompagner une[...]
Conception et réalisation : Progressif Media