Réhabiliter la mégère ? - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Réhabiliter la mégère ?

Irène Dautrey 8 avril 2021
Partager
l'article sur


Réhabiliter la mégère. C’est le souhait d’une chroniqueuse d’un magazine féminin que j’ai lu il y a peu. L’article ainsi intitulé portait sur la charge mentale pesant sur les femmes. La journaliste se scandalisait que nous, les femmes, ramassions les chaussettes de Monsieur. Son conseil : ne plus les ramasser, et devenir une mégère jusqu’à ce que son homme change et ramasse lui-même, et avec le sourire s’il vous plaît, son linge sale.

Je m’y vois, à la maison.

Une chaussette nauséabonde traîne par terre – mon mari vous dira que mes culottes trainent aussi – mais passons : entrons dans le scénario. Je la regarde, les yeux révulsés. Je retiens mon bras.

Non ! Ne pas la ramasser !

Réhabilitons la mégère ! Je trouve mon mari qui est en train de bouquiner/mitonner un petit plat dans la cuisine/prendre une douche/téléphoner à sa maman, et jette à ses pieds l’objet du délit :

« Chériiiiiiiiiiiiiiiiii ! Ta chaussette traîne par terre ! Je te préviens, si tu ne la ramasses pas, ça va barder ! Non mais quel scandale ! Te rends-tu compte un peu de ta mentalité de macho ? J’enlève mes chaussettes, et hop ! Je les balance par terre ! Et bobonne fera le boulot ! Je ne suis pas ta boniche, compris ? » 

Bon. Je l’avoue, il m’arrive de m’énerver quand les chaussettes trainent effectivement par terre. Mais je l’ai dit, je ne suis pas non plus la reine du ménage. Certes, c’est plutôt moi qui range ce qui traîne. C’est vrai, les hommes en général, qui sont monotâches, peuvent passer vingt fois devant une chaussette sans la ramasser, car ils sont en train d’effectuer une action qui requiert toute leur attention : aller aux toilettes / aller grignoter un truc dans le frigo / et j’en passe. 

Effectivement, nous les femmes avons une lourde charge mentale sur les épaules, surtout quand nous avons des enfants et un métier prenant. Et c’est parfois difficile. 

Mais faut-il pour autant réhabiliter la mégère ?

J’ai déjà testé deux modes de fonctionnement face à certaines inerties de mon mari. 

  • Le mode mégère. Je vois la chaussette, ça me met de mauvaise humeur, je songe à tous ces détails que j’ai dû gérer aujourd’hui pour la bonne marche de la maison et que monsieur ne soupçonne pas, je me mets à bouillonner, je râle, je lui tombe dessus. Résultat : une ambiance électrique, une dispute, des pleurs, et rien n’a changé. Demain la chaussette traînera encore.
  • Le mode douceur. Je ramasse la chaussette, et je ravale mon éventuelle mauvaise humeur en voyant que trois de mes culottes traînent aussi par terre. Je vais dans la cuisine où je le trouve, comme bien souvent, aux fourneaux. Et je tâche d’ouvrir les yeux sur ce que mon homme a accompli aujourd’hui pour notre foyer, et qui, l’air de rien, m’a bien rendu service : amener les enfants à l’école ; travailler ; appeler pour la vingtième fois le syndic de copropriété pour tel litige ; récupérer la voiture chez le garagiste ; préparer le dîner.

Réhabiliter la mégère ? Ou bien faire de son mari un allié, en acceptant ses faiblesses et ses incapacités sans oublier ses forces et ses qualités ?

Je pense que dans un couple qui s’aime profondément et durablement, la mégère, pas plus que le macho, n’ont lieu d’être. Nous nous aimons. Nous nous sommes choisis. Nous sommes des alliés pour la vie. Plutôt que de dresser la liste de nos insatisfactions et de régler nos comptes, offrons avec amour tous nos petits efforts pour celui qui nous accompagne au long de nos jours. Emerveillons-nous de tout ce qu’il nous apporte, de tout ce qu’il fait pour nous. Mieux encore, réjouissons-nous de ce qu’il est. Et vice versa, bien entendu ! 

La douceur, la gratitude, mais aussi l’humour font je crois davantage de merveilles que l’usage de la force. Non, mon mari ne ramasse pas ses chaussettes. Mais l’ai-je épousé pour mener un combat idéologique, man versus woman ? 

Donc, non ; je ne veux pas être une mégère. À choisir, je préfère une relation paisible et harmonieuse plutôt que des revendications et des cris.

Et puis… suis-je irréprochable ?

Pas sûr. J’ai moi aussi mes petits travers récurrents et insupportables. À lui aussi de choisir le respect et la douceur envers moi. Je ne le changerai pas, il ne me changera pas ; mais dans la confiance et le dialogue nous pourrons apprendre à mieux aimer l’autre, à mieux lui faire plaisir, à mieux lui offrir le meilleur, dans une relation d’alliance, de service et de réciprocité. 

Là est le vrai combat : réhabiliter l’amour, le vrai, qui donne gratuitement et ne désire que le bonheur de l’autre.

C’est une lutte difficile.

Il faut accepter d’entrer dans une double dynamique de gratuité et de gratitude. Donner avant de recevoir, c’est un risque à prendre ; mais cela vaut le coup. Parfois la mégère pointe le bout de son nez… mais ne lui laissons pas trop de place ! Aimons et laissons-nous aimer, au sens le plus noble du terme. Là réside bien l’essentiel absolu.

Et les chaussettes seront bien rangées !



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Irène Dautrey

Mariée depuis 2013, je suis maman de trois garçons et d'une fille nés
entre 2014 et 2020. J’ai suivi avec passion un parcours littéraire et suis professeur d’histoire. Ayant commencé ma vie de maman à 21 ans, je me suis très tôt intéressée à la question du féminin et de la maternité, ce qui me conduit  à écouter et conseiller de nombreuses amies qui deviennent mamans à leur tour.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Le trou noir du linge sale
Lorsque nous avons fait construire l’extension de notre maison, nous avons eu cette idée formidable : créer un « tube » qui fait[...]
Les leçons de ma belle-famille
Mon mari et moi venons de deux milieux différents. Nous n’avons pas eu du tout la même éducation : chez[...]
Maman en vacances : le mode d’emploi
Ça y est, tu y es : ces vacances tant espérées, elles sont là ! Sauf qu'il reste un petit[...]
Conception et réalisation : Progressif Media