Quand maman perd pied - Fabuleuses Au Foyer
Maman épuisée

Quand maman perd pied

Rebecca Dernelle-Fischer 28 février 2022
Partager
l'article sur


Quand maman perd pied 

Quand ses forces lui manquent

Quand elle n’arrive plus à sortir de la roue de hamster dans laquelle elle court

Quand maman perd pied et que ses résistances lâchent

Quand ses plombs pètent

Quand se larmes s’assèchent à force de se noyer intérieurement

Quand maman perd pied et que son rire sonne comme un soupir

Quand elle ne trouve plus la porte de sortie

Quand elle n’arrive plus à gratter les fonds de tiroirs de son énergie

Quand maman perd pied et que son petit monde chavire

Quand toute l’aide qu’elle pourrait avoir lui semble inaccessible 

Et quand elle s’efface derrière une façade, le cœur vide. 

Quand maman perd pied, 

Elle a besoin de tant de choses. Elle a besoin d’elle, de nous, d’air, de temps, de légèreté et d’insouciance.

Et pourtant, elle reçoit si souvent conseils et idées, programmes prémâchés. 

« Je vous remettrais bien une petite dose de culpabilité, ma petite dame ? Vous n’avez pas l’air de tout gérer, ma pauvre. Et Montessori, vous avez essayé, le minimalisme, la méditation, la piscine ? Allez tout est possible, il faut juste… »

« Juste quoi ?, dira-t-elle, fatiguée. Juste quoi ? »

Quand maman perd pied, qu’elle trébuche de fatigue, ce dont elle a besoin n’a rien de facile, ce n’est pas un café qui lui redonnera sa force, ni une soirée télé qui la remplumera. 

Quand maman perd pied, elle a besoin d’un village pour la porter.

Du silence humble de ses aînés, du soutien financier, médical et humain de la société. C’est la structure qu’il faut changer. 

Et puis arrêter de lui mentir. 

Non, tout n’est pas possible.

Ce n’est pas qu’elle n’a pas assez essayé, c’est juste que tout n’est pas toujours possible.
Non, elle n’est pas une héroïne dont les forces se régénèrent comme par magie.
Non, ce n’est pas un monde qui lui laissera la place qu’elle mérite si elle ne se bat pas pour l’avoir.
Non, on n’entend pas les pleurs étouffés sous la couette des âmes maltraitées. On leur préfère trop souvent les échos de réussites éblouissantes.
Oui mais, parfois, on craque, parfois, on trébuche, parfois on croit tous les mensonges et on regarde notre quotidien, visages cernés et cheveux ébouriffés et on se demande quelle nullité on doit être pour ne pas y arriver. 

Quand maman perd pied, elle n’a pas besoin qu’on lui dise « Marche plus vite, ça aide à tenir l’équilibre » ni « Ose ta vie » ni même « Sois reconnaissante, ça t’aidera à passer le cap »

Quand maman perd pied, elle a besoin d’entendre des mots vrais, des mots qui comprennent, des mots qui ne jugent pas, des mots qui prennent dans les bras.


De mots qui lui disent :

  • « C’est normal que tu sois fatiguée, c’est éreintant, tu sais? »

  • « On préfère que tu retrouves ton équilibre que de te voir te perdre dans une to-do list monstrueuse. »

  • « Parfois la vie, c’est chiant, parfois c’est glorieux. Parfois c’est sexy et parfois c’est tellement terre à terre. Laisse tomber le glamour, on préfère voir tes petites rides quand tu souris que de te dire que ton mascara est waterproof pour que ta douleur reste invisible, même quand les larmes coulent. »

  • « Allège ton bagage, prends soin de toi, dépose les fardeaux qu’on t’a mis sur les épaules. S’il te plaît, trouve un lieu pour parler et guérir, une oreille pour t’écouter, une main tendue pour te soigner, une épaule pour poser ta tête si lourde. »

Quand maman perd pied, elle a besoin de soutien.

De pouvoir s’alléger, s’organiser autrement pour pouvoir vivre sans augmenter sa dette constamment. Ne pas lui demander plus que ce qu’elle peut donner. L’encourager à se rebeller et à dire non. Lui faire signe de la tête que « oui, elle peut sortir des cases toutes faites dans lesquelles on essaye de la coincer, des attentes, des idées préconçues et folles que nous avons de ce qu’une maman doit être et pouvoir faire »

Nous avons besoin d’une société qui soutient et qui applaudit, non les super héros, mais les super normaux.

Les humains. Les humains, comme toi et comme moi et comme une maman, même quand elle perd pied.

Alors chère maman, oui, tu es fabuleuse, aussi quand tu perds pied.
Juste humaine et fabuleuse.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
La mail des Fabuleuses
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la Fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour recevoir chaque semaine le meilleur du blog des Fabuleuses ! Une piqûre de rappel pour ne pas oublier de prendre soin de toi, respirer un grand coup et te souvenir de ton cœur qui bat. C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Rebecca Dernelle-Fischer

Psychologue d’origine belge, Rebecca Dernelle-Fischer est installée en Allemagne avec son mari et ses trois filles. Après avoir accompagné de nombreuses personnes handicapées, Rebecca est aujourd’hui la maman adoptive de Pia, une petite fille porteuse de trisomie 21.
https://dernelle-fischer.de/

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
techniques sommeil
9 techniques de mamans pour faciliter le sommeil de leurs enfants
Crise de larmes, cris, levers à répétition, rituels interminables peuvent transformer ce moment doux en un véritable enfer. Existe-t-il une[...]
détester mercredi
À toi, mauvaise maman qui détestes le mercredi
Par quel mystère cruel le mercredi est-il peu à peu devenu ta bête noire ? Tu as du mal à[...]
maman sommeil
Le sommeil des mamans hiboux
La lune est déjà haute dans le ciel bleu de minuit. Maman hibou écoute à la fenêtre le silence assourdissant[...]
Conception et réalisation : Progressif Media