Pour un Noël… sensationnel - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Pour un Noël… sensationnel

Irène Dautrey 13 décembre 2020
Partager
l'article sur


Noël, Noël… en 2020. Chère Fabuleuse,

Voici venir l’un des derniers actes de cette année de folie pendant laquelle on aura vécu des évènements pour le moins inattendus et inédits :

Noël. 

Peut-être as-tu décoré la maison avec tes enfants le premier dimanche de l’avent. Du rouge, du vert, du blanc, du doré partout. Vous avez installé la crèche et le sapin. Et puis je t’imagine lancer une playlist de Christmas Songs, te servir un thé et des scones au beurre et à la confiture, t’envelopper dans un plaid moumoute blanc à paillettes, et regarder, depuis ton canapé, la pelouse blanchie par le gel.

Avant que les enfants, toujours eux, ne viennent te sauter dessus en hurlant et ne bousillent ton instant cocooning bien mérité. Parce que tout de même, on ne vit pas dans un monde idéal.

Et particulièrement cette année.

Noël, en 2020, avec cette épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, le virus, qui menace de nous tomber sur la tête… une fois de plus.

Alors, que faire de cette fête de Noël dans un contexte morose, incertain, voire désespérant ?

Faut-il renoncer à la joie ?

Chère Fabuleuse, je te propose au contraire de faire cette année de Noël une fête… sensationnelle. Sensationnelle, au sens propre du terme : un Noël de sensations, de sensations d’enfance.

Je te propose de renouer avec ton esprit d’émerveillement, de simplicité, de joie, et de réveiller l’enfant qui dort en toi.

Quand il m’a été demandé d’écrire un texte sur Noël, j’ai réfléchi à ce qu’évoque en moi cette fête, et aux images que je garde des Noëls de mon enfance.

Peux-tu en faire de même ?

Si je ferme les yeux et prononce le mot « Noël », je suis tout d’abord replongée dans l’atmosphère du magnifique film de Gillian Armstrong, les Quatre filles du Docteur March (LE film culte de mon enfance). Je les revoie chanter autour du piano, dans le salon illuminé de bougies, et savourer avec bonheur leur unique orange après avoir offert généreusement tout leur festin de réveillon à des voisins miséreux. Cette scène me renvoie aussi à ma propre enfance.

Nous étions les quatre filles d’un père médecin (nous nous surnommions d’ailleurs « les quatre filles du docteur T. »), et que de soirées de Noël nous avons passées à chanter à la lueur des bougies.

L’ambiance de Noël, chez nous :

La nuit tôt tombée, le feu dans la cheminée nous préservant du froid pyrénéen, la chaude voix de mon père et ses partitions reproduites à la main, la crèche et le sapin illuminés.

Puis dans la soirée, pour nous qui sommes croyants, le départ à la messe de minuit. Nous y étions, une fois, allés à pied à travers la campagne, nous éclairant avec des torches enflammées. Merveilleux souvenir ! Et au retour… le chocolat chaud, la brioche, et aussi la joie du petit Jésus venu dans nos cœurs.

C’est en repensant à tout cela que j’ai voulu te proposer de retrouver pour le soir de Noël ces sensations d’enfant en sollicitant tes cinq sens.

  • Sentir l’odeur du sapin et de la cannelle,
  • écouter les chants solennels et joyeux,
  • observer la lumière mordorée des bougies,
  • goûter le velours du chocolat chaud,
  • toucher du bout des doigts la surface lisse des cadeaux emballés

Vivre à nouveau ce sentiment de plénitude, cette joie pure, cet émerveillement.

Retrouver, pour Noël, cette capacité à habiter pleinement et complètement le moment présent, comme une enfant, quelles que soient les circonstances sanitaires, familiales, matérielles.

Cette année, pour Noël, je te propose donc de t’extraire de ton quotidien et des contingences matérielles, juste pour quelques heures. D’oublier un peu le contexte sanitaire que nous vivons.

De trouver au fond de toi ces souvenirs que tu veux revivre… et faire vivre à tes enfants. Ce peut être une petite chose toute simple, tant que cela te permet de te replonger dans ces merveilleuses sensations de l’enfance et te fasse goûter l’instant présent.

À travers tes cinq sens, tu peux faire en sorte de retrouver la simplicité et la capacité d’émerveillement qui étaient les tiennes et qui sont celles de tes enfants.

Tu peux décider d’être enfant avec eux.

De ne pas te laisser déborder, ni par l’angoisse du lendemain, ni par les nécessités d’organisation, ni par les tensions familiales, ni par aucun autre parasite qui risquerait de perturber ta joie de vivre pleinement cette joie de Noël.

Et te plonger toute entière dans la beauté d’être en vie. Simplement.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Irène Dautrey

Mariée depuis 2013, je suis maman de trois garçons et d'une fille nés
entre 2014 et 2020. J’ai suivi avec passion un parcours littéraire et suis professeur d’histoire. Ayant commencé ma vie de maman à 21 ans, je me suis très tôt intéressée à la question du féminin et de la maternité, ce qui me conduit  à écouter et conseiller de nombreuses amies qui deviennent mamans à leur tour.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Les poches d’une maman
Depuis que je suis maman, dans mes poches, j’ai presque toujours quelques mouchoirs. C’est toujours pratique, l’hiver pour les nez[...]
Je n’ai rien fait aujourd’hui !
À toutes les mamans qui ne feront rien aujourd'hui. L'année dernière, j'avais un rythme effréné. Ma semaine était partagée entre[...]
Quatre Fabuleuses toujours debout
Aujourd’hui, je voudrais te parler de Fabuleuses “de la vraie vie”. De quatre femmes avec qui j’ai eu la chance[...]
Conception et réalisation : Progressif Media