fabuleuses couples

Mon mari me dit qu’il est trop chanceux…

… d’avoir une femme comme moi !

Ce matin, j’étais dans la cuisine et mon mari travaillait sur son ordinateur dans la salle à manger. Comme notre cuisine est américaine, on peut se voir tout en étant dans deux espaces différents. Il me regarde et me dit comme ça :

“Vraiment, je suis trop chanceux d’avoir une femme comme toi.”

J’ai ri, je me suis sentie un peu perdue, à la fois flattée et gênée d’entendre un compliment pareil. J’ai eu une envie folle de lui demander pourquoi il me disait cela, mais je n’ai rien dit.

J’ai juste accueilli ses mots avec un sourire et un mot :

“J’aime quand tu me dis des choses comme ça.”

En faisant le bilan, mon mariage est bien meilleur que ce que j’imaginais vivre quand j’étais jeune.

J’avais tellement peur de vivre la même chose que mes parents. Ils vivaient une vie à deux fusionnelle, dans le pouvoir, mon père essayant de contrôler ma mère et ma mère à son tour, lui faisant sans cesse des reproches et se plaçant en victime la plupart du temps.

L’horreur pour moi, témoin de violence durant toute mon enfance et adolescence.

Parmi vous, j’imagine que plusieurs savent de quoi je parle.

J’ai attendu l’âge de 35 ans pour vivre une relation amoureuse en toute confiance

… et me dire : “c’est ok pour moi la vie à deux. Je peux vivre autre chose que ce que mes parents ont vécu.”

Mon constat était très lourd. Dans toute ma famille, il n’y avait pas une seule femme bien dans son mariage. Pour ma mère, le mariage était une prison et elle ne m’a pas épargnée : toute mon enfance, elle n’a eu de cesse de me transmettre cette vision du couple. Mes trois sœurs aînées aussi ont eu des difficultés à vivre une vie de couple épanouie. Mes grands-mères n’étaient pas heureuses non plus dans leur mariage.

Comment aurais-je, moi, pu vivre autrement ?

Je croyais que la vie de couple, j’allais y laisser des plumes

Pour tout vous dire, je ne croyais pas que la vie à deux était possible sans disputes et sans y laisser un peu de son âme. L’histoire de la prison avait fait son chemin en moi et je me sentais dans l’obligation de plaire, de faire attention à ce que je disais, à ce que je faisais, etc.

Ce qui était terrible, c’est que je croyais que j’avais à deviner ce que l’autre attendait de moi.

Je sais maintenant nommer cela : il s’agit de la dépendance affective.

La prise de conscience n’a pas réglé l’affaire

J’ai eu besoin de deux ans et demi pour traiter cela. La guérison de ma dépendance affective a été progressive. Elle n’est d’ailleurs pas complète, mais j’ai pu la contenir à un stade acceptable, qui permet d’être dans une juste distance avec mon conjoint et de construire avec lui une vie de couple respectueuse.

Aujourd’hui, je me réjouis d’être qui je suis

Je me réjouis du couple que je forme avec mon mari et vraiment, ce qu’il dit est juste ! J’ai beaucoup de chance d’être la femme que je suis devenue !

 

en couple simone

Luciane, brésilienne, 41 ans, doctorat de linguistique en poche, s’est mariée sur le tard avec Paul, qu’elle a connu à Paris où elle a vécu 18 ans. Ils sont parents de 2 petites filles.

Geneviève, 37 ans, psychomotricienne de formation, passionnée de chant et de danse, est en route vers la vie à deux.
Nous habitons maintenant toutes les deux au Brésil, où nous créons notre entreprise.
Nous avons toutes les deux une formation commune de 5 ans en développement personnel, qui a révolutionné notre vision du couple et de la vie à deux. Nous avons beaucoup reçu ! Nous avons maintenant à cœur de transmettre tous ces trésors.
Notre rêve est d’impacter les femmes qui sont déterminées à avancer vers une vie de couple qui leur convient à 100%.

Le site de « En Couple Simone » : http://encouplesimone.com

promo-ebook

Je partage sur Facebook
  • Vanessa

    Je crois ne l’avoir jamais entendu sortir de la bouche de mon mari de manière si spontanée.
    Je me reconnais tellement dans la relation toxique que vous décrivez, dans cette dépendance affective. Et c’est un cercle tellement vicieux !
    On se sent écrasée, oppressée et notre mariage se transforme en réelle prison, l’expression « la corde au cou » prenant alors tout son sens. Et en même temps on culpabilise aussi parce qu’après tout, notre mari n’est pas non plus le pire qui soit. Mais c’est plus fort que nous, on subit notre couple au lieu d’en profiter et de le vivre sereinement. Et on ne voit plus que les défauts, les disputes, les prises de tête…
    En lisant cet article, l’unique pensée qui m’est venue c’est « Je vous envie »…