Mon corps me lâche - Fabuleuses Au Foyer
Maman épuisée

Mon corps me lâche

Valérie de Minvielle 4 octobre 2020
Partager
l'article sur


Entre la fatigue des nuits écourtées, les douleurs des règles chaque mois, les prises de poids pendant les grossesses, sans parler de votre musculature toute ramollie, vous vous sentez souvent plus vieille que votre âge ? Et ça vous énerve ? 

Aujourd’hui, je veux vous parler de cette relation que vous entretenez avec votre corps. Lorsque nous abordons le sujet avec les femmes que j’accompagne, je leur demande à chacune comment elle qualifierait la relation entre elle et son corps. Je leur demande ainsi :

Dirais-tu de ton corps qu’il est un boulet ? un partenaire ? un esclave ? un ami ? 

Beaucoup de femmes expriment, dans leur réponse, un rapport à leur corps fait d’une forme d’indifférence, comme si le corps était une « chose », un objet extérieur à elles qui, au mieux, fonctionne correctement, au pire, les empêche d’avancer en se rappelant toujours à elles sous forme de douleurs ou d’inconforts qui les limite.

Avez-vous tendance à percevoir votre corps, dès lors qu’il manifeste des signes de dysfonctionnements, comme une entrave ? 

Mélanie me parle de cette fatigue :

« Je suis claquée, je me traîne, je n’en peux plus de me sentir à plat tout le temps ». Elle appelle ses douleurs « des emmerdeuses », et déplore « cette affreuse bouée sur le ventre » qu’elle aimerait tant voir disparaître. 

Pourtant, il y a 8 ans, elle a connu des problèmes de santé invalidants dont elle est sortie avec la conviction que son corps lui parle à travers les douleurs et inconforts qu’elle ressent. Et c’est loin de ce qu’on lui a transmis dans sa famille quand elle était enfant. Elle me dit qu’elle a bien conscience, depuis ce temps, que son corps est son allié et pas son ennemi.

C’est une première étape franchie.

Mais la deuxième étape, celle qui consiste à lui faire confiance, à l’écouter et à réagir en fonction de ce qu’on comprend du message, est la plus parlante, dans la mesure où elle permet de vivre les bénéfices exceptionnels à écouter son corps. En matière d’énergie notamment, de santé plus globalement. 

Or Mélanie, malgré ce pas franchi, continue à penser de son corps qu’il la « lâche » quand elle se sent pétrie de douleurs. 

Et si c’était elle qui lâchait son corps ?

Oui, je suis convaincue que ce n’est jamais votre corps qui nous lâche, mais nous qui le lâchons. Il ne cesse de nous parler. Si c’était nous qui ne l’entendions pas ? L’écoute du corps est quasi-inexistante de l’éducation occidentale. Lors d’un voyage en Inde, il y a quelques années, j’avais été frappée d’apprendre que les petites filles indiennes, dès leur plus jeune âge, savent ce qu’est le périnée, comment le muscler et à quoi il sert. Combien d’entre nous – dont je fais partie ! – avons découvert notre périnée en devenant mère ? 

Depuis, j’ai parcouru un chemin riche et passionnant qui me permet aujourd’hui de me baser sur les messages de mon corps pour gérer mon énergie, et même pour prendre des décisions. Se mettre vraiment à l’écoute de son corps, c’est changer puissamment sa vie.  

Comment faire ? 

Je vous pose cette question : qu’est-ce qui vous permettrait de changer d’état d’esprit vis-à-vis de votre corps ? Comment pourriez-vous l’écouter avec la même compassion que lorsque vous écoutez votre enfant vous faire part de son malaise ou d’une douleur suite à une chute ? 

Je propose, au début, d’agir sur deux versants simples :

  • détendre ce qui est tendu le plus souvent chez vous,
  • et vivre plus de plaisir dans votre corps. 

Mélanie se plaint de douleurs lombaires importantes et dit détester ce ventre et sa bouée. Je lui fais remarquer que les lombaires et le ventre pourraient être le recto et le verso d’une même pièce. 

Le ventre est le siège de nos émotions.

Quand nous allons bien il est souple. Quand nous sommes stressées, il se durcit, se tord. Nous en sommes malades, parfois. 

Je propose à Mélanie d’axer ses efforts sur le ventre, et notamment de tenter de lui accorder sa tendresse. Elle me dit qu’un ventre tonique représente à ses yeux un signe d’une féminité gracieuse et assumée. Commençons par là. Mélanie s’engage à se regarder plus souvent dans la glace, nue, à se crémer le ventre chaque jour après la douche avec douceur, et à s’endormir le soir avec la main posée, telle un baume, sur son nombril. 

Je cherche également, avec chacune de mes clientes, en fonction de la tension la plus courant, ou de la douleur la plus récurrente, par quel geste dénouer cette tension précisément. Je propose plusieurs gestes à Mélanie, qui en choisit un seul : celui qui lui semble le plus facile à faire dans ses journées surbookées. 

En ce qui concerne le plaisir, Mélanie a plein d’idées :

Elle identifie que ce que son corps aime vivre, c’est l’eau, la chaleur, la nudité. Elle choisit de s’offrir quelques séances de natation, et prévoit un bain de soleil chaque week-end, chose qu’elle ne s’offrait jusque-là qu’en vacances d’été. Elle prévoit également de se coucher nue tous les soirs. 

Ces pistes sont un premier pas sur un chemin d’une nouvelle écoute pleine de respect pour son corps. Plus Mélanie va pratiquer ces petits gestes, plus elle va sentir son corps différemment, plus elle pourra avancer en finesse dans les sensations, les réponses, et les observations de ce que donnent ses nouvelles habitudes.

Votre corps, par sa nature, son fonctionnement, sa constitution, son système de défense, est un génie d’intelligence. En l’honorant, vous vous ouvrez à la possibilité d’une vie jouissive et équilibrée…

…au meilleur de ce pour quoi vous êtes faites.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Valérie de Minvielle

Psychologue clinicienne, Valérie de Minvielle fonde après 20 ans d'expérience professionnelle "Ma Juste Place", une méthode d’accompagnement personnalisé pour les femmes qui veulent se sentir à leur juste place dans leur vie de couple, en tant que mère, et dans leur vie professionnelle et sociale. Elle est également l'auteur de "Trouver ma juste place - dans le quotidien de 7 femmes inspirantes" paru en janvier 2020.

https://www.majusteplace.com/

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Comment j’ai appris à faire des choix
Chère Fabuleuse, peut-être qu’en ce moment même en me lisant, tu te sens nulle, débordée, fatiguée. Peut-être que tu as[...]
Et si c’était un burn-out parental ?
« Je n’en peux plus, tant pis, ça m’est égal, je le laisse faire ce qu’il veut. » Je n’oublierai[...]
Rentrée 2020 : on y va mollo
Cette année 2020 est décidément bien partie pour être la plus mémorable depuis des décennies...mais surtout la plus inoubliable dans[...]
Conception et réalisation : Progressif Media