AL-mon-corps-ce-boulet

Mon corps, ce boulet

Longtemps, j’en ai voulu à mon corps. Ce boulet.

Alors que ma vie était en plein essor – un boulot passionnant, un appart’ indépendant, une romance pleine de promesses – il m’avait plantée. À tout juste 24 ans, il avait osé me lâcher.

Exit l’indépendance de la vie active, l’effervescence des petits matins à la radio, l’insouciance d’un quotidien vécu à 100 km/h.

Bienvenue en oncologie

Continuer à travailler ? « Vous verrez, les traitements vont beaucoup vous fatiguer ».

Garder mon premier appartement ? « Il serait plus raisonnable de retourner chez vos parents pour être entourée et accompagnée dans votre quotidien ».

Préparer mon mariage ? « Concentrez-vous plutôt sur votre guérison ».

Ce corps que je n’avais jamais vraiment considéré, trop concentrée sur mes objectifs de jeune intello élitiste, débarquait soudain dans ma vie. Surveiller les globules blancs et les plaquettes ; ne pas perdre trop de poids ; se couper les cheveux court avant de les perdre tous ; manger pour reprendre des forces alors qu’on a en permanence le cœur au bord des lèvres.

Un marathon de 18 mois avec des chaussures fatiguées. Et à la ligne d’arrivée ? Bonne pour le service, mais avec un corps à l’état d’épave. Un corps palpé et observé par les médecins, les internes et les infirmières ; un corps perfusé, lavé à la bétadine, passé au bistouri ; un corps épié avec inquiétude par mon entourage :
« Elle est encore très jaune »
« Elle semble avoir encore perdu du poids »
« Elle va avoir du mal à faire un bébé »

Guérie, je n’en restais pas moins affaiblie. Ce corps que j’avais ignoré pendant mon adolescence et ma vie de jeune fille m’encombrait comme un rappel douloureux de la maladie : avec 12 kilos en moins, une incapacité à me coucher après 22 heures et à me sentir reposée après 10 heures de sommeil, je fulminais. « Quoi ? Tout ça pour ça ? 6 ans d’études, et puis basta ? » Condamnée à un quotidien de « mamie », à me sentir faible en permanence, sans aucune réserve. Moi qui pensais en avoir toujours sous la pédale, ma jauge restait allumée en continu.

Après avoir tout donné pour combattre le cancer, je me mis à détester ce corps qui avait décidé, un beau jour, de débloquer en laissant des cellules se multiplier.

Reprendre du poids ? Pas question : ce corps m’a plantée une bonne fois pour toutes, il va le payer. Me mettre au sport ? Oui, mais pour lui faire mal, pas pour renouer avec lui. 10 kilomètres de course à pied, sinon rien. J’étais fière de moi : ce corps, je le contrôlais enfin.

Il m’a fallu devenir mère à deux reprises pour comprendre mon corps de femme et faire enfin la paix avec lui.

Accepter mes limites physiques, renoncer à ma toute-puissance

Mes kilos de grossesse ? Un phénomène naturel qui a permis à mon corps de se préparer à vivre cette mise au monde. De « faire du gras » pour nourrir.

Ma fatigue post-partum ? Un moyen pour moi d’accepter de traverser ces nuits hachées et, dans la journée, de piquer un roupillon en même temps que mon tout-petit. Accepter le quotidien au ralenti, rythmé par les tétées, les biberons et les siestes. Siestes que j’ai enfin apprises à goûter et non plus à subir.

Et quand il m’a fallu comprendre que mes grossesses m’avaient abimé les lombaires, et deux accidents de voiture affaibli les cervicales, découvrir une pratique douce du sport. Non plus pour maltraiter mon corps, mais pour faire la paix avec lui. Courir, oui, quand je n’ai pas mal, quand j’y prends du plaisir. Pratiquer le yoga – discipline contre laquelle j’avais tant d’a priori – comme un moyen de sceller cette réconciliation. Écouter le rythme de ma respiration, sentir le poids de mon corps tout entier sur le sol, savourer enfin de me trouver dans cette enveloppe corporelle et pas dans une autre.

Pendant mes règles, arrêter de me lamenter sur ces douleurs, de me poser comme victime de mon utérus. Profiter de ces périodes pour ralentir le rythme en écoutant ce que mon corps me dit et, enfin, me mettre à son diapason.

« Le cancer rend plus fort ». Foutaises. Pour certains, peut-être. En ce qui me concerne, il m’aura permis de prendre conscience que j’ai un corps, avec ses faiblesses et ses limites. Un corps que j’ai enfin appris à considérer comme mon meilleur allié.

 

profil anna latronDepuis plus de 10 ans et après une école de journalisme, Anna Latron met sa plume au service de l’information en collaborant à plusieurs magazines, sites et radios. C’est en réalisant un dossier sur l’imperfection heureuse qu’elle rencontre Hélène Bonhomme dont elle est aujourd’hui collaboratrice, notamment pour le programme de formation continue du « Village ». Mariée à son Fabuleux depuis 9 ans et après avoir traversé un cancer, Anna débarque dans l’univers de la maternité il y a 6 ans en devenant maman d’Alexis, atteint d’un trouble du spectre de l’autisme. Une confrontation à la différence qui met cette jeune maman face à un défi : accepter les limites de son enfant, mais surtout les siennes, en choisissant la voie de la liberté ! Quant à Aymeric, le petit frère d’Alexis, c’est un fabuleux bêtisier de 2 ans qui pousse sa maman à persévérer dans l’acceptation de sa propre imperfection !

Je partage sur Facebook
  • Sophie Bergotti Wienss

    Merci pour ce témoignage bouleversant. ..

  • Morgane

    Merci pour ce beau texte qui tombe comme toujours à pic . J ai un côlon irritable et depuis 4 jours mon ventre joue avec moi ,me ralentit,me fatigue, et je lutte contre lui. Et vous avez raison je dois l accepter. Merci. Morgane

  • Françoise Tordeur

    Merci pour ce texte très émouvant et qui tombe juste le jour où depuis ce matin je pleure parce que mon corps souffre depuis 1 mois, je ne peux pas dormir , ni passer 1 minute sans avoir mal, mes médicaments m’ont bousillé l’estomac et je n’arrive plus à manger.
    Ce matin, au lieu de la gratitude matinale, j’ai pleuré mais ton texte est arrivé juste après et il m’a apaisé. Alors, j’ai de la gratitude pour ton courage d’avoir osé écrire ce si beaux textes, de la gratitude car il est arrivé aujourd’hui…..
    Et je vais oser prendre mon téléphone pour dire aux médecins que je ne vais pas bien.
    Merci et belle journée.

  • Gladys

    Merci pour votre histoire.

  • Mandry Noemie

    WoW merci pour ce texte! Tu semble tellement zen sur le live mais tu en as vécu des choses ! Je t’admire, je suis ravie de te lire, continue courageuse Anne 😍

  • Adeline

    Merci pour ce merveilleux texte! Un témoignage plein de sagesse, et qui fera sans doute écho à beaucoup. Sans avoir eu à faire face à l’épreuve que vous avez rencontrée, je suis moi aussi fâchée contre mon corps et ses « lâchetés » 😉 Et pourtant je sens bien que la vérité est tout autre…