Pour survivre aux jours fériés - Fabuleuses Au Foyer
Travail & foyer

Pour survivre aux jours fériés

Hélène Bonhomme 3 mai 2018
Partager
l'article sur


Je me souviens d’une période pas si lointaine finalement, où j’analysais le calendrier annuel en priant pour que le 1er et le 8 mai ne tombent surtout pas sur des dimanches. Ce serait dommage, quand même, de ne pas profiter d’un jour de semaine à la cool plutôt que d’aller me farcir 32 visages d’angelots mal léchés. J’étais prof et si je pouvais gagner 2 jours sans élèves, c’était toujours ça de pris.

Maintenant je suis maman.

Et si je peux gratter 2 jours sans enfants, c’est toujours ça de pris. Donc pour moi, mai et juin sont les mois les plus rock’n’roll de l’année.

Parce que voilà, entre temps j’ai eu la bonne idée de lancer mon entreprise, dans l’idée de “gérer mon temps comme je veux”. Ha. Ha. Ha. (Il y a des mompreneuses dans la salle ? Ouais, toutes celles qui rient jaune avec moi).

Les jours fériés quand on est entrepreneuse ET maman ? Je vous explique :

  1. T’as des enfants sympa mais qui savent pas s’occuper
  2. Tu voudrais bien en profiter, comme tout le monde, de cette journée « à la cool »
  3. Mais quand tu seras de retour demain matin, ton boulot se sera amassé dans ta boîte mail, un gros tas de dossiers plus haut qu’un énorme tas de linge sale… ce qui, rien qu’à y penser, génère une boule d’angoisse dans ta gorge
  4. Alors franchement, tu fais quoi toi le 1er mai, le 8 mai,  le 30 mai, le 10 juin ? Tu bosses ou tu bosses pas ? Et tes enfants, t’en fais quoi ?

J’étais donc en train d’assister, dépitée, à la joute verbale qui se jouait à l’intérieur de moi-même (ouais, j’ai un dialogue super développé avec moi — je ne me fous jamais la paix)

“Profite”

“Et le taf, c’est qui qui le fait ?”

“Regarde comme il fait beau dehors”

“Mais POURQUOI c’est pas tombé un dimanche ?”

“De toute façon t’as pas le choix, si tu oses ouvrir ton ordi, tu SAIS de quoi tes enfants de 6 ans sont capables pour te ramener sur le droit chemin.”

Les fériés, c’est comme tout, ça dépend du point de vue.

  • Soit tu les vois comme un avant-goût de grandes vacances (et si tu as des enfants, les mots “grandes” et “vacances” dans la même phrases génèrent peut-être en toi des sueurs froides)
  • Soit tu les vois comme une punition, un repos forcé qui t’empêche d’accomplir tes tâches (et si tu es mompreneuse, tu connais la valeur d’une case cochée sur ta to-do-list… mais tu sais aussi qu’à peine cochée, tu en as 10 autres qui surgissent de nulle part)
  • Soit tu les vois comme des opportunités de vivre ce truc tellement évident qu’on l’oublie si souvent : l’instant présent.

L’instant présent, qui est justement le grand absent de nos vies de mamans à mille à l’heure.

“Où que tu sois, sois-y complètement.”

“Oui mais moi je suis en manque ! En manque de temps. J’ai besoin de ma dose, et je suis prête à payer un grand prix pour l’avoir.”

Alors je me dépêche. Je prends le temps de vitesse. Le réveil. Et ça commence. Le slip et les chaussettes… et on se dépêche. Le sac et les chaussures… et plus vite que ça. Tout le monde dans la voiture… hop hop hop.

Ann Voskamp le dit mieux que moi :

“Je fonce, j’aboie, je leur tombe dessus ; et quand leurs grands yeux débordent de tristesse et qu’ils vont tomber de fatigue, je suis lessivée et c’est moi celle qui, toute pâle, reflète leur lassitude, prête à craquer, mes yeux mouillés de cette même souffrance absolue qu’ils endurent. Se dépêcher, ça nous fait du mal.” (Mille cadeaux, éd. Farel, 2012)

Plus je me débats dans le marécage de mon planning, plus je m’enfonce. En fait, ce n’est pas de plus de temps dont j’ai besoin. C’est d’assez de temps.

Les jours fériés me rappellent que je dois apprendre,

que je veux apprendre à ralentir ma course effrénée. M’arrếter, ici et maintenant. Je n’ai rien pu cocher sur ma to-do-list, mais je suis là, et c’est à moi seule de décider de racheter le temps. User de mes sens, et vivre.

La fabulosité se vit une petite minute après l’autre :

  • regarder un enfant se brosser les dents ou une fourmi déplacer une miette de pain
  • renifler le t-shirt trempé de la transpiration d’un adolescent
  • caresser les doux cheveux bouclés d’une petite fille
  • écouter leur respiration
  • savourer un thé chaud
  • partir à vélo
  • oublier quel jour on est
  • ne penser qu’à la pelouse
  • et à ces milliers de pissenlits qui semble avoir surgi dans la nuit.

J’ai le droit de m’accorder des temps de jachère. J’ai le droit, j’ai le devoir, même, de dire non, de ne pas tout faire, tout le temps. De laisser de côté des choses urgentes, pour faire des choses importantes.  De revêtir les lunettes de la gratitude et s’apercevoir qu’il est juste là, sous mes yeux : le temps de vivre un jour férié avec ceux qui me cassent les pieds le plus au monde… et que j’aime le plus au monde. Ceux pour qui, au fond, je me suis créée cette vie-là. Et puis le temps, aussi, de me remettre au boulot, en m’accordant le droit d’aimer ça.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 3 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Équilibre pro – perso : 4 questions à se poser pour faire le bon choix
“Accepter ou ne pas accepter ce nouveau poste ? Créer ou ne pas créer mon entreprise ? Prendre ou ne[...]
Non, “foyer” n’est pas un gros mot
Lorsqu’on me demande ce que je fais dans la vie, j’explique qu’en plus de faire en sorte que mon conjoint[...]
Les joies d’être mompreneuse — Hélène Bonhomme & Christine Lewicki
Mompreneur, Mampreneur, Mompreneuse ou Mampreneuse… on ne sait plus très bien quel est le terme officiel^^ Il s’agit en tout[...]
CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.
En validant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient conservées et utilisées pour me tenir informé(e).

En savoir plus
Conception et réalisation : Progressif Media

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.