Mes piliers sous-marins - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Mes piliers sous-marins

Hélène Bonhomme 20 avril 2020
Partager
l'article sur


Tandis que je suis confinée aux portes de Bordeaux, il m’arrive de rêver des bords de Garonne, que j’aime arpenter sous le soleil girondin.

Ici, pour la Strasbourgeoise que je suis, l’horizon paraît plus vaste. Bordeaux m’est toujours apparue comme une cité à ciel ouvert : certainement parce qu’elle est bâtie sur les rives d’un fleuve large, un fleuve déjà presque estuaire, tout proche de se déverser dans l’océan. Voilà comment je suis tombée amoureuse de cette Garonne si boueuse et en même temps si majestueuse.

Quand je suis arrivée dans la région, j’ai tout de suite été fascinée par les ponts. Les premières semaines, quand je traversais le pont d’Aquitaine, j’ouvrais grand les fenêtres et je m’imaginais dans les grands espaces américains.

Depuis plusieurs années maintenant, l’un de ces ponts attire particulièrement mon attention : le pont Simone-Veil, qui est en cours de construction. Il doit relier Floirac à Bordeaux par plus de 500 mètres de béton et d’acier.

Depuis le démarrage des travaux, de part et d’autre de la Garonne, la partie gauche et la partie droite du pont progressent lentement vers le milieu du fleuve. Il s’agit de deux demi-ponts, qui plutôt que de se joindre, laissent au centre un trou béant. Quand ma voiture file sur les quais, j’adresse à chaque fois un petit encouragement silencieux aux conducteurs des engins de travaux :

“Allez les gars, encore un petit effort, les deux moitiés vont bientôt se toucher !”

Ces jours-ci, je me demande comment va “mon pont” :

  • Les deux moitiés ont-elles progressé ?
  • Est-ce qu’elles se touchent désormais ?

J’aimerais lui donner un coup de pouce, pour qu’il soit terminé, pour que je puisse enfin l’arpenter.

Tout comme j’aimerais accélérer le processus de ma propre transformation intérieure : j’aimerais que mes faiblesses émotionnelles soient vite effacées, que mes blessures du passé soient vite réparées. J’aimerais en avoir vite terminé avec ces couches d’oignons qui ne font que se succéder, à mesure que je tente de progresser vers plus de liberté intérieure, et que je bute constamment sur un nouveau blocage non identifié.

Mais alors, je pense aux immenses piliers de béton qui soutiennent le futur pont Simone-Veil. À toute cette partie invisible, qui constitue pourtant l’essentiel de l’édifice. Et je m’extasie de l’ingéniosité des bâtisseurs : chaque pilier sous-marin qui est dressé là constitue, en soi, un véritable exploit.

Tandis que je me demande sincèrement comment ces gars-là font pour implanter une armature solide au milieu de toute cette vase, je me souviens de mes propres piliers sous-marins à moi : ces piliers invisibles qui pour une raison tout à fait miraculeuse, tiennent debout au milieu de ma vase intérieure.

Ces piliers, j’ai pu les ériger au cours de la dernière décennie, à l’aide de mon mari, de mes thérapeutes, de mes amis, de ces proches qui ont accepté de plonger avec moi dans les eaux boueuses de ma Garonne interne. Ces piliers, ce sont mon amour pour moi, ma capacité à recevoir l’amour des autres, le pardon que j’ai pu accorder pour les blessures passées, la foi que j’ai en l’avenir, la paix que je trouve dans l’instant présent, la confiance que j’ai bâtie en qui je suis, mon aptitude à m’affirmer et à dire stop quand c’est nécessaire.

Alors non, je ne gère pas tout.

Oui, j’explose souvent — et mon dernier pétage de plombs date de ce matin même. Non, mes deux moitiés ne se rejoignent pas encore vraiment, et je me sens parfois si fragile, et souvent quand j’écris, le syndrome de l’imposteur me gagne, parce que je sais bien que je suis bien plus angoissée que ma bonne humeur ne le laisse penser. Oui, j’ai des hauts très hauts… mais j’ai aussi des bas très bas.

Oui, je suis en travaux. Je suis inachevée.

Je change doucement. Ça prend du temps. Ça progresse, un petit pas après l’autre.

Non je ne suis pas arrivée, et je n’arriverai jamais, puisqu’il n’y a pas de ligne d’arrivée. Je serai toujours en travaux. Il y aura toujours quelque chose à améliorer : du goudron à rafistoler, une barrière à fixer, de la rouille à gérer… Alors j’ai décidé de l’aimer, mon pont en travaux, pour ce qu’il est.

Chère Fabuleuse, si tu traverses une phase de progrès sous-marins, si l’impatience de fait perdre courage, j’aimerais te dire ceci :

chacun de tes piliers invisibles a une valeur inestimable.

Tu peux t’appuyer sur eux dès aujourd’hui. Ce n’est pas parce qu’il sont invisibles à l’oeil nu qu’ils sont sans valeur, bien au contraire. Le temps que tu prends pour panser tes blessures n’est jamais du temps perdu. Ce sont les armatures d’acier qui te font tenir, face à la puissance des flots.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 3 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Portrait de Fabuleuse : Sophie Galitzine
Conversation avec Sophie, art-thérapeute, comédienne et auteur. Pourrais-tu te présenter aux Fabuleuses ? Car tu as de multiples casquettes ![...]
« J’aimerais tellement être comme elle »
« J’ai très envie d’aider les femmes à aller mieux, je trouve cette cause très inspirante. Mais ne t’inquiète pas Valérie,[...]
Un jour sur deux, je vois tout en noir
C’est simple, un jour sur deux, je vois tout en noir. J’ai l’impression d’être dans une machine à laver en[...]
Conception et réalisation : Progressif Media