les-autres-et-moi

Les autres et moi

S’inspirer des autres ou se laisser aspirer par les autres ?

Avez-vous déjà traîné dans le rayon « développement personnel » de votre librairie préférée, vous retrouvant tentée par trois ou quatre livres ? Vous êtes-vous surprise à lire avec avidité l’interview de telle actrice connue qui explique ses « secrets » d’organisation du quotidien ? Sautez-vous sur le premier magazine qui vous présente dix familles qui ont osé changer de vie pour vivre leur rêve ? Possédez-vous, sur votre table de chevet, un des bouquins de développement personnel que vous avez acheté dans la fameuse librairie, et dont vous lisez des petits passages de temps en temps, que vous trouvez vraiment inspirants ?

Et ces fameux secrets, ces recettes miracle, ces trucs infaillibles, vous les essayez ? Et qu’est-ce que ça donne ? Amélie, une des femmes que j’accompagne, a essayé. Longtemps, courageusement. Et puis le jour où elle me contacte, elle n’en peut plus :

« Je suis très sensible à ce qu’il y a de bien ou de réussi dans la vie de mes amies ou de femmes dont je lis les livres. J’essaye de m’en inspirer, de faire comme les autres, et ça ne marche pas ! ».

Non seulement elle est épuisée, mais en plus elle doit faire face à un sentiment désespérant : la conviction que l’échec vient d’elle ! Si ça « marche » pour les autres et pas pour elle, c’est sans doute qu’elle ne sait pas y faire.

Non Amélie, ce n’est pas toi.

Ce n’est pas à cause de toi, d’une défaillance personnelle, que « ça ne marche pas ». Je veux aussi dire par là que ces secrets, ces trucs qui ont marché pour d’autres, ne sont pas toi, ne s’appliquent pas à ton mode de vie, ne reflètent pas tes choix.

Imaginez qu’en 2017, l’homme choisi comme Président de la République française soit … votre mari ! Vous devenez alors première dame. Vous avez envie de profiter de ce rôle pour défendre ou faire connaître une cause qui vous tient particulièrement à cœur. Bernadette Chirac avait choisi les enfants hospitalisés avec sa vaste opération « pièces jaunes », Jackie Kennedy en son temps la restauration de la Maison Blanche, Michelle Obama a choisi l’éducation, et notamment l’éducation à la santé avec son opération « donne-moi cinq façons d’être en bonne santé » (gimme five). Quelle cause allez-vous choisir, et surtout comment allez-vous œuvrer ?

Michelle Obama aurait pu, comme d’autres avant elle, médiatiser ses visites dans des centres médicaux, dans des clubs sportifs, réunir des fonds destinés à financer la prévention de l’obésité, le faire savoir lors d’interviews dans les quotidiens féminins etc..

Elle n’a pas tenté d’imiter la façon de faire d’autres premières dames, elle a fait ce qu’elle sait faire et ce qu’elle aime faire : danser. Et c’est en dansant qu’elle a fait passer son message.

Vous l’avez vue ? Non ?

Allez hop je vous la mets ici :

Etes-vous surprise de la voir ainsi ? Moi, je l’ai été. Et j’ai aussi été séduite, convaincue, épatée. Michelle Obama a-t-elle lu des livres sur le rôle des premières dames ? S’est-elle renseignée sur ce qu’avaient réalisé les autres épouses de président avant elle ? Sûrement. Comme nous aurions toutes fait. Mais elle a innové. Au lieu de se dire « qu’est-ce qui marche pour les autres et dont je pourrais m’inspirer », elle est partie de QUI ELLE EST.

Elle s’est dit « Qu’est-ce que je sais bien faire ? Qu’est-ce que j’aime faire par-dessus tout ? ».

Alors voilà pourquoi les recettes de vie que vous trouvez dans les magazines, aussi alléchantes soient-elles, ne marchent pas souvent. Ce qui marche, c’est ce qui vient de votre malle à trésors personnelle, qui correspond à vos besoins fondamentaux, qui vient répondre à vos valeurs, et qui s’intègre parfaitement aux conditions dans lesquelles vous vivez.

Alors, qui être ?

Une Michelle Obama qui essaie de son mieux d’imiter une Jackie Kennedy ? Ou une Michelle Obama brillante, bouleversant les codes protocolaires, oui sans doute, choquant certains peut-être par son style imposant, mais qui s’éclate et qui remplit si efficacement sa mission ?

Valerie de Minvielle (200x200)-FAF

Valérie de Minvielle est psychologue clinicienne. Après 20 ans d’expérience en psychologie clinique et art-thérapie, elle a fondé en 2015 « ma juste place », une méthode d’accompagnement personnalisée pour les femmes qui veulent trouver leur équilibre et se sentir à leur juste place dans leur vie de couple, en tant que mère, et dans leur vie professionnelle et sociale. Valérie anime également des formations à la connaissance de soi dans plusieurs instituts de formation et établissements scolaires, en France et en Belgique.

La joindre sur : http://www.majusteplace.com/  

et sur : https://www.facebook.com/majusteplace/

promo-ebook

Je partage sur Facebook