L'équilibre vie pro/vie perso : un exercice de haute voltige ! - Fabuleuses Au Foyer
Travail & foyer

L’équilibre vie pro/vie perso : un exercice de haute voltige !

Ariane Langlois 19 mai 2020
Partager
l'article sur


Conjuguer vie privée et vie professionnelle, être femme, mère de famille et salariée consciencieuse, est un vrai défi qui s’impose à nous chaque jour. Nous avons sans cesse l’impression de courir après le temps et de ne jamais être assez présentes sur tous les plans. Diane Ballonad Rolland, coach, formatrice et dirigeante du site et cabinet Temps & Equilibre*, auteur de SOS charge mentale, nous invite à lâcher du lest pour gagner en sérénité.

La maternité est une période de vie intense, qui coïncide avec une période où, sur le plan professionnel, on nous demande aussi beaucoup. La plupart d’entre nous ont la sensation de ne jamais faire assez au travail ou à la maison. Est-ce plus difficile qu’avant ? 

Oui, car la société d’aujourd’hui fait peser sur nous beaucoup d’obligations. Entre 20 et 40 ans, les femmes doivent s’investir auprès de leurs enfants, auprès de leur travail, faire preuve d’efficacité pour assurer sur tous les fronts… Il faut être partout à la fois ! La fameuse question de la charge mentale est un vrai problème. Les femmes ont aussi plus de mal que les hommes à se détacher et à déconnecter de ces obligations, pour ne penser qu’au travail. 

Quels sont les écueils auxquels nous sommes confrontées ? 

En premier lieu la fatigue, que l’on n’anticipe pas assez et sous-estime. Il ne faut pas la considérer comme normale et s’y habituer. Elle veut toujours dire quelque chose. Ne pas l’écouter peut aboutir à un épuisement personnel et professionnel. Chez les femmes, le burn-out n’est jamais que maternel ou que professionnel. Quand il survient, il est le résultat d’une mauvaise connexion personnelle et professionnelle.

Apprendre à gérer son énergie sur la durée et ne pas s’oublier est l’une des clefs de l’équilibre vie privée – vie professionnelle. Il faut réussir à exister en tant qu’individu à part entière en dehors de ces deux sphères. Faire de la place à ses besoins est fondamental pour bien vivre au quotidien ! L’autre écueil serait de vouloir se battre seule, sans oser demander de l’aide et être dans une lutte silencieuse. Oser demander est pourtant très utile ! Quand on se sent fatiguée, il faut faire le point et voir sur quel réseau on peut s’appuyer pour ne pas avoir à tout gérer seule, tout le temps. Vous avez de la famille ou des amis autour de vous ? Profitez-en !

Est-ce un leurre de vouloir faire autant dans un domaine que dans un autre ? 

Les femmes s’en demandent beaucoup, se mettent la pression pour assurer sur tous les plans, à la maison comme au travail. De manière générale, leur seuil d’exigences est très élevé. Elles veulent être les meilleures mères, épouses et salariées possibles. Elles ne s’autorisent pas à recevoir des amis à la bonne franquette ou à leur demander d’apporter un dessert, une entrée ; à refuser certains dossiers au bureau…  Inconsciemment, elles ont envie de montrer qu’elles assument sur tous les plans. Or, tout cela génère une surcharge cognitive. Notre cerveau ne peut pas traiter autant d’informations d’un coup !

La vie professionnelle peut-elle mettre en danger le couple et la famille ? 

Oui, et les études l’ont prouvé. Si on laisse une place trop importante au travail, il y a un impact certain sur l’équilibre du couple. D’ailleurs, on parle toujours du foyer, mais le couple est le pilier de la famille. Or, c’est lui que l’on fait toujours sauter en premier, par manque de temps. Il passe en dernier dans nos priorités. Pourtant, il est si important !

Le couple, c’est ce qui permet de se sentir aimée, de passer des moments précieux comme quand on n’avait pas d’enfants. Développer des centres d’intérêts déconnectés du travail, cultiver des temps à deux en amoureux (en les notant sur son agenda !), ou avec ses enfants, individuellement (et même quand ils sont grands !), est nécessaire pour faire la part des choses.

Comment être une bonne mère sans mettre pour autant de côté ses ambitions professionnelles ? 

Il n’y a pas de recette toute faite. Mais une des façons de mieux vivre cet éternel dilemme est d’abaisser son seuil d’exigences et de se dire que l’on fait ce que l’on peut. Il est impossible de tout accomplir à la fois. Il y a des périodes dans la vie où l’on est plus tournée vers sa vie professionnelle (quand on accède à une promotion par exemple) et d’autres où c’est la vie privée qui va prendre le dessus (par exemple, pendant la première année de notre enfant) et mobiliser notre énergie, c’est normal !

Les choses s’imposent à nous aussi et il faut accepter d’être parfois moins disponible pour l’un ou pour l’autre. Quand on aime travailler, il faut aussi apprendre à valoriser son travail auprès de ses enfants, leur parler de l’importance que cela a pour nous. Même jeunes, ils peuvent comprendre. On ne peut pas se définir seulement à travers son rôle de mère. Assumer ses choix permet de ne pas culpabiliser.

Par où commencer pour maintenir cet équilibre ?

Déjà, il faut s’interroger sur ce qu’est un bon équilibre pour soi : de quoi a-t-on besoin pour se sentir bien ? Ensuite, on peut travailler sur sa propre définition de l’équilibre, qui est différent de celui de sa voisine ou de sa meilleure amie. Certaines femmes auront besoin de passer plus de temps à la maison que d’autres. D’autres jugent important de s’investir au travail. À chacune sa vision des choses ! D’autre part, il faut être consciente que cet équilibre fluctue selon les périodes de vie ou les projets. Au cours d’une année, tout peut changer !

Cet équilibre est un perpétuel ajustement. C’est pourquoi il faut se réinterroger régulièrement :

  • Est-ce qu’on se sent bien ?
  • Nos besoins sont-ils respectés ?
  • Y a-t-il des événements que l’on n’a pas bien vécus dernièrement ?

L’idéal est de donner un rendez-vous avec soi-même, une fois par mois. 2h dans un salon de thé par exemple, pour faire le point sur sa vie. C’est un temps qu’on s’accorde, en dehors de son environnement quotidien, qui permet de prendre du recul sur sa vie et de se repositionner si besoin. Une des choses fondamentales, pour maintenir cet équilibre, je le disais un peu plus haut, est d’avoir des centres d’intérêts autres que la famille et le travail. De s’autoriser parfois à partir seule ou avec des amies, un ou deux jours. Tout cela apporte du plaisir au quotidien, permet de se retrouver et de recharger les batteries. Toutes les activités qui passent notamment par le corps, comme le sport, nous préservent de l’épuisement. Elles offrent une véritable déconnexion et reposent le mental.

Quelles sont les astuces pour nous aider ? 

Oser demander de l’aide au conjoint ou à la famille va forcément nous aider à nous sentir bien de toutes parts. Ensuite, c’est l’organisation qui nous permet d’avancer sur les deux plans, personnel et professionnel, sans renoncer ni à l’un, ni à l’autre.

Il existe de nombreuses applications et outils numériques qui, très concrètement, peuvent nous aider à mieux gérer notre temps (agenda partagés, appli, etc.). On peut aussi tout simplement se poser aux côtés de son conjoint (et ses enfants, s’ils sont grands) le week-end, ouvrir l’agenda ensemble et voir comment se partager les tâches.

Déléguer est plus qu’essentiel ! Non seulement, cela rétablit l’équilibre, mais on est dans une meilleure gestion des priorités. Cela libère aussi du temps pour la famille, pour les loisirs, le sport etc.  Le meilleur conseil que je puisse donner est de commencer sa journée en identifiant ses 3 à 5 grandes priorités du jour (ou de la semaine), professionnelles et personnelles, et d’estimer en temps ce qu’elles requièrent. Ainsi, on démarre la journée avec des objectifs clairs. 

Cet équilibre est-il fragile ? 

Oui, il est fragile et constamment remis en question. Au sein du couple, il est difficile d’arriver à un partage égal de type « 50/50 », soyons réalistes ! Mais en discutant ensemble, on peut atténuer la charge mentale. Le conjoint, comme les enfants peuvent être forces de proposition. Et si l’on apprend à bien se connaître, si l’on identifie ses besoins et ce qui fait sens pour soi, on va facilement s’ajuster au quotidien. Il ne faut pas s’oublier dans l’équation. Le secret d’un bon équilibre est vraiment là : se placer, soi, au cœur de ses priorités, pour ensuite mieux prendre soin de ceux que l’on aime et faire face sur le plan professionnel. 

* https://tempsetequilibre.life/



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Ariane Langlois

Journaliste spécialisée en santé et psychologie, Ariane Langlois travaille pour la presse magazine féminine depuis plus de dix ans et tente de répondre chaque jour aux problématiques rencontrées par les femmes et mères d’aujourd’hui. Elle est mariée et maman de deux filles. Elle tient aussi un blog consacré aux ouvrages pour la jeunesse.
http://www.onlitunlivre.com/

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Le féminisme est une affirmation de soi
À ma droite, mon fils dévore un Picsou Mag. Derrière moi, son frère jumeaux trie des cartes Pokémon. La maison[...]
Au foyer, jusqu’à nouvel ordre
“Ça ne marchera jamais.” C’est ce qu’on m’a dit il y a 6 ans, peu après le lancement de ce[...]
Ose demander pour voir tes projets bouger
Ces derniers temps, plusieurs d’entre vous m’ont posé des questions à propos de mon activité de blogueuse/auteure/conférencière : qu’est-ce qui[...]
Conception et réalisation : Progressif Media