Le travail à mi-temps : un rempart contre l'épuisement maternel ? - Fabuleuses Au Foyer
Travail & foyer

Le travail à mi-temps : un rempart contre l’épuisement maternel ?

Hélène Bonhomme 26 juin 2018
Partager
l'article sur


Le travail à mi-temps, un rempart contre l’épuisement maternel ? Non, juge Moïra Mikolajczac, coauteure de « Le Burn-out parental : l’éviter et s’en sortir », dans cet entretien avec Hélène Bonhomme.

Contrairement aux idées reçues, le travail à mi-temps est loin d’être un rempart contre l’épuisement maternel. C’est ce qu’a pu constater Moïra Mikolajczac, coauteure de Le burn-out parental : l’éviter et s’en sortir (Odile Jacob, 2017). D’après les travaux de cette chercheuse belge, le travail à mi-temps constitue au contraire un important facteur de risque pour les parents épuisés. Pourtant, on pourrait penser que, pour concilier au mieux vie personnelle et vie professionnelle, l’idéal est de couper la poire en deux.

D’après vos recherches, le travail à mi-temps augmente le risque de craquer ?

Moïra Mikolajczac : Nos recherches montrent en effet que, contrairement aux personnes qui travaillent à temps plein, celles travaillant à mi-temps sont moins nombreuses à ne pas être en burn-out (44 % pas du tout en burn-out, contre 54 % chez les personnes travaillant à temps plein).

Il apparaît surtout que les personnes travaillant à mi-temps sont plus nombreuses à se tenir sur les franges à risque.

Ces résultats montrent, une fois de plus, que beaucoup de présupposés sur les causes de burn-out parental sont en fait faux. Parmi ces stéréotypes, on trouve l’idée que les femmes qui travaillent à plein temps ou celles qui sont au foyer à plein temps seraient plus exposées. En réalité, le travail à mi-temps est un facteur de risque important et trop peu compris.

En quoi le travail à mi-temps est-il épuisant pour les parents ?

Le mi-temps est un piège.

Il est extrêmement commun que l’employeur distribue au salarié rémunéré à mi-temps des missions exigeant bien plus que la moitié du temps de travail réglementaire. Il n’est pas rare que des employés à mi-temps ne fassent plus de pause de midi ou participent à un nombre de réunions trop élevé, fournissant ainsi un travail proportionnellement plus élevé que leur salaire.

Or du côté de la famille, le conjoint (et les enfants !) ont également des attentes trop élevées :

  • Tu ne travailles qu’à mi-temps, donc tu as le temps de cuisiner tous les jours.
  • Tu ne travailles qu’à mi-temps, donc tu as le temps d’aller chercher les enfants.
  • Tu ne travailles qu’à mi-temps, donc tu as le temps de t’occuper des lessives.
  • Tu ne travailles qu’à mi-temps, donc on ne va pas engager une femme de ménage…
  • Tu devrais être disponible à 100 % pour ta famille.

Fondamentalement, s’il s’agissait uniquement des lessives ou de la cuisine, la personne travaillant à mi-temps aurait le temps de gérer ces tâches. Mais on lui demande de tout faire… Elle est donc prise au piège d’attentes trop élevées, du côté professionnel comme du côté familial.

Croire que l’on peut tout gérer, n’est-ce pas avant tout se mentir à soi-même ?

Tout à fait. Le véritable piège se referme lorsque ces attentes extérieures sont internalisées : on devient persuadé qu’on doit être en mesure de tout faire, puisque l’on ne travaille qu’à mi-temps. Plus on est dans cette culpabilité, plus on s’agite et plus on s’épuise.

Ce risque concerne-t-il les femmes avant tout ?

Oui, au sens où elles sont plus nombreuses à travailler à temps partiel. Mais il faut bien comprendre que le burn-out est le produit d’une balance personnelle entre des facteurs de risque (ex. : idéaux parentaux très élevés, faibles compétences émotionnelles, naissances multiples…) et des facteurs de protection (ex. : soutien du conjoint, capacité à déléguer…). Le burn-out arrive lorsqu’un individu compte plus de facteurs de risque que de facteurs de protection ; or le travail à mi-temps est un facteur parmi d’autres.

À partir du moment où les hommes prennent part à la charge parentale, ils sont autant sujets au burn-out que les femmes. Cela dit, il est évident que les femmes sont plus nombreuses à travailler à mi-temps : à ce titre, elles sont plus exposées à ce risque en particulier.

Que faire pour sortir de cette spirale infernale ?

Encore une fois, le burn-out est le résultat d’un déséquilibre entre de multiples facteurs de risque et de multiples facteurs de protection. Autrement dit, décider de travailler à plein temps ou décider de ne pas travailler du tout ne réglera pas automatiquement votre problème !

Pour s’en sortir, le parent doit avant toute chose réguler la pression qu’il se met à lui-même : « J’ai le droit de ne pas tout faire. »

Il est assez évident que si vous n’êtes pas convaincu de vos droits en entamant une conversation avec votre conjoint ou votre employeur, vous ne serez pas très convaincant.

Plus on internalise la pression, plus on est vulnérable à la culpabilisation : un employeur qui connaît votre penchant perfectionniste ne se gênera pas pour vous mettre la pression !

Après (et seulement après), ce travail de régularisation intérieure, qui peut être faite à l’aide d’un professionnel, il faut pouvoir communiquer sa réalité à son conjoint d’une part, et à son employeur d’autre part.

Avant de vous adresser à ce dernier, soyez préparés ! Le mieux est d’arriver avec des faits : « Preuve à l’appui, je ne fais pas 50 % de moins, mais 25 % voire 10 % de moins que mes collègues. » Le dialogue avec votre conjoint ne pourra évidemment pas être aussi factuel, mais il est essentiel que vous puissiez lui exprimer clairement les raisons de votre épuisement et l’aide que vous attendez de sa part.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 3 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Je suis partie
Il y a quelques années, j'ai fait ma valise et je suis partie. Septembre 2012. Nous en avions parlé. Longtemps.[...]
Non, “foyer” n’est pas un gros mot
Lorsqu’on me demande ce que je fais dans la vie, j’explique qu’en plus de faire en sorte que mon conjoint[...]
Caroline Fourment : « Avec la Mère coupable, je veux aider les mamans à prendre du recul »
Sa communauté Facebook de 250.000 membres raffole du ton décalé et volontiers humoristique avec lequel elle évoque les aventures de[...]
CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.
En validant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient conservées et utilisées pour me tenir informé(e).

En savoir plus
Conception et réalisation : Progressif Media

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.