Le silence est (vraiment) d'or - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Le silence est (vraiment) d’or

Yolande & Philippe Schwab 28 janvier 2019
Partager
l'article sur


Les blancs vous mettent mal à l’aise ? Vous vous sentez obligé de “combler” ? Nos experts vous expliquent la “vraie” valeur du silence.

Les expressions sur la valeur du silence sont légion. Il y a le célèbre : “La parole est d’argent… et le silence est d’or ». Il y aussi le fameux :

“On a une bouche et 2 oreilles pour écouter 2 fois plus qu’on ne parle. »

En matière de silence, il y a beaucoup de croyants mais peu de pratiquants.

L’importance de savoir se taire semble faire consensus… mais, dans les faits – et en particulier dans une relation aidante – le silence dans un échange est gênant pour beaucoup d’entre nous.

Dans un autre domaine, la vente par exemple, cette capacité à faire silence fait l’objet d’un entraînement : on apprend que maîtriser le silence est un atout commercial crucial.

Ingrédient majeur d’une écoute dite active, le silence va plus loin que de penser à se taire pour écouter l’autre. Laisser un blanc dans l’échange en cours, c’est-à-dire ne pas chercher à le combler soi-même, offre une véritable respiration, une occasion pour l’autre de “digérer” le moment présent, les paroles, la résonance intérieure.

Nous l’avons certainement déjà expérimenté, soit en situation professionnelle soit en famille, avec ses enfants et son fabuleux : laisser le silence s’installer – et durer !! – peut faciliter des prises de conscience, des déclics et encourage l’autre à se prendre en main.

Le fait de vouloir remplir le silence et de reprendre l’initiative est souvent un symptôme d’une position de sauveur, genre parent nourricier* qui veut absolument “en rajouter une couche” pour expliquer, se justifier, convaincre, rassurer etc.

Alors, s’il y a bien des silences gênants et qui gagnent à être brisés quand ils sont symptômes de non dits dans une relation, se taire et oser laisser un blanc dans un échange qui se veut aidant est une clé de réussite.

Avec l’expérience, certains trouvent ça même particulièrement puissant.

Et puis, laisser le silence s’installer offre l’opportunité à l’autre de le rompre : la façon dont il va le faire et ce sur quoi il va embrayer peut être une précieuse source d’information sur sa façon de penser, son état émotionnel, ses priorités et même, sur l’orientation à donner à l’entretien.

C’est bien, au fond, ce silence : on ne fait rien… et il se passe plein de choses !

* En analyse transactionnelle, le “parent nourricier” a pour fonction de prendre soin de l’autre, de le prendre en charge et de lui communiquer de la nourriture affective.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Yolande & Philippe Schwab

Couple dans la vie, Yolande & Philippe Schwab partagent aux fabuleuses leur expérience et expertise dans les métiers de l’accompagnement. Yolande est psychopraticienne et coach de vie. Elle accompagne les trajectoires de vie des particuliers. Philippe est formateur et coach professionnel. Il est spécialisé en communication interpersonnelle et intervient essentiellement dans les entreprises et les associations.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Petits gestes, grand amour (2)
« Alors, qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui ? » Cette petite question anodine qui sonne comme un véritable casse-tête dans nos[...]
Petits gestes, grand amour
Aujourd'hui, nous souhaitons mettre à l'honneur tout ce travail invisible que nous accomplissons en tant que parents. Tous ces petits[...]
Maman, c’est quoi ton travail ?
"Maman, c'est quoi ton travail ?" Il me sort ça pendant le petit-dej, caché derrière la boîte de céréales. Moi[...]
Conception et réalisation : Progressif Media