Ca va, débordée mais ça va. - Fabuleuses Au Foyer
Maman épuisée

Ca va, débordée mais ça va.

Hélène Bonhomme 13 septembre 2016
Partager
l'article sur


Être débordée est devenu une norme… à laquelle rien ne nous oblige à nous soumettre !

J’avais fait trois lessives. Pourtant, le panier à linge débordait. J’avais passé l’aspirateur. Pourtant, de nouvelles miettes gisaient sur le tapis du salon.J’avais pu répondre à quelques e-mails, mais ma boîte de réception était pleine à craquer. En rentrant du bureau, Monsieur m’a posé la grande question :

« Tu as fait quoi aujourd’hui ? »

Stop à la dictature du débordement

Ce que je savais, c’est que j’avais été dans ma maison avec mes enfants. Mais qu’avais-je accompli ? Et surtout, pourquoi me sentais-je obligée de prouver à tout prix que j’avais été capable d’achever des tâches mesurables ?

« Et toi, ça va ? » « Ça va, débordée, mais ça va. »

Avez-vous remarqué comme cette formule est devenue la réponse par défaut de la majorité d’entre nous ? Être débordée, c’est tendance. Je dirais même plus : avoir le temps, c’est ringard ! Les recherches les plus sérieuses nous ont prévenus des effets du stress sur nos vies suroccupées. Pourtant, la norme est à un quotidien minuté, compressé, surchargé. Accomplir plus pour être plus. Ou pour paraître plus.

Ces ringardes qui ont le temps

« Et toi, ça va ? »

Vous n’entendrez certainement jamais une mère de famille vous répondre :

« Ça va, j’ai le temps, donc ça va. »

D’abord parce qu’une mère de famille n’a jamais le temps. Ensuite parce que, si d’aventure elle avait du temps, elle ne vous l’avouerait pas. Ce serait alimenter votre suspicion de fainéantise… surtout si elle est au foyer. Car face à la méfiance d’une société qui ne sait reconnaître la rentabilité matérielle, nombreuses sont les mères qui se justifient en tentant d’énumérer le nombre incalculable de tâches qu’elles accomplissent dans le secret du foyer.

Mais si une mère de famille vous avouait qu’elle a le temps, que lui reprocheriez-vous ? D’être entretenue ? D’être paresseuse ? D’être marginale ? Après tout, ne seriez-vous pas plutôt envieux de sa capacité à vivre pleinement sa vie actuelle ? Oui, les réalités économiques nous soumettent à des rythmes parfois intenables. Mais quelle est la part de pression que nous nous imposons à nous-mêmes, par peur de déplaire ou d’être hors cadre ?

Qui a dit que la vraie vie doit être vécue au bord du précipice appelé burn-out ?



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la Fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour recevoir chaque matin ton petit remontant spécial maman ! Une piqûre de rappel pour ne pas oublier de prendre soin de toi, respirer un grand coup et te souvenir de ton cœur qui bat. C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 4 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
scroller pensées épuisement
Scroller ses pensées provoque l’épuisement
Les femmes qui viennent à moi arrivent souvent avec la plainte d’avoir trop à faire. Elles expriment à la seconde[...]
Villageoise, et pourquoi pas moi ?
Comme la plupart des mamans, j’ai une vie à mille à l’heure. Chef d’entreprise familiale, avec à charge quatre enfants[...]
épuisement parental
4 étapes dans l’épuisement parental
Les 4 étapes… Si tu es ici, c’est que les termes fatigue extrême, épuisement maternel, burn out parental te parlent.[...]
Conception et réalisation : Progressif Media