HB-article-train

Voyage en train

Cher futur voyageur,

Dans le train que tu prendras cet été, tu vas sans doute devoir passer 2h, 3h, ou plus, en compagnie de voisins que tu n’auras pas choisis… et en particulier à côté d’enfants.

  • Peut-être qu’il y aura ce nouveau-né qui hurlera sans arrêt et qui te cassera les oreilles jusqu’à ce que tu ailles te réfugier au wagon-bar.
  • Peut-être qu’il y aura cette petite fille de trois ans qui viendra se coller à ton accoudoir, les mains pleines de feutres et la bouche pleine de biscuit, pour voir ton ordinateur ou te fixer des yeux intensément.
  • Peut-être qu’il y aura cette jeune fratrie bruyante qui parlera de pipi et caca très fort et fera des commentaires à voix haute sur tous les voyageurs en grimpant sur les fauteuils. Oui, ils seront sans doute là et tu vas passer quelques heures « pourries », contraint de renoncer à un moment de sieste, à une heure de travail efficace ou un peu de détente devant ta série préférée.

 

Alors s’ils sont là, ces enfants bruyants, cascadeurs, coléreux, affamés… s’il te plaît, ne les foudroie pas du regard, et encore moins leur maman. Parce que tu ne sais pas.

Ou tu as oublié.

  • Tu ne sais pas que parfois un bébé hurle et qu’on ne sait pas pourquoi ni comment l’arrêter.
  • Tu ne sais pas que cet enfant a une otite ou une gastro ou de la fièvre, qu’il est épuisé et que sa maman n’a pas dormi depuis plus de 24h.
  • Tu ne sais pas que cet enfant est différent et que pour sa maman, prendre le train c’est le parcours du combattant.
  • Tu ne sais pas que si pour toi il ne s’agit que de quelques heures de voyage, pour sa maman c’est 24h/24.
  • Tu ne sais pas que sa maman est enceinte, enrhumée, stressée par son travail, ou préoccupée par sa vie de couple, ou tout ça à la fois et qu’elle n’a plus la force de gronder.
  • Tu ne sais pas que cette maman trouve drôle qu’ils jouent aux indiens sous la tablette du train, au moins ils ne se disputent pas !

Alors s’il te plaît, sois indulgent et si tu le peux, souviens-toi de tes enfants, de tes neveux, et offre à cette maman les deux mots magiques qui la feront sourire : « Moi aussi ».

Et si dans ce train tu remarques ce bébé endormi le sourire aux anges, ce petit garçon qui colorie sagement ou cette fillette qui compte les vaches du paysage avec sa maman, ne te contente pas de penser que c’est simplement parce qu’ils sont « des enfants mignons ».

S’ils arrivent à rester sages aussi longtemps sur leur fauteuil, c’est peut-être aussi parce que leur maman leur parle depuis 8 jours de ce trajet en train et qu’elle a prévu longtemps avant le départ la logistique nécessaire au trajet : le goûter, les jouets, les lectures, les coloriages. Alors, cher voyageur, ne dis pas « ils sont mignons vos enfants », mais plutôt « bravo madame ! vos enfants sont mignons. »

Ce mot « bravo » je l’ai entendu une fois à la fin d’un voyage en train, et il m’a profondément touchée. Bien trop souvent je me dis que si mes enfants sont sages, c’est normal, mais que s’ils se tiennent mal, c’est bien entendu ma faute.

Pour la première fois, en entendant cette gentille phrase, ce : « bravo madame ! », j’ai pris conscience que si mes enfants se tiennent tranquilles, c’est peut-être aussi un peu grâce à moi. Et quand ils sont ingérables, ce n’est pas uniquement de ma faute, mais aussi celle d’un contexte (virus, fatigue, stress, préoccupations…).
Alors, cher voyageur, n’oublies pas ces deux petites phrases et fais en bon usage pendant tes trajets : « Moi aussi », et « Bravo Madame ».

Merci.

PS : Au fait, ça marche aussi dans les avions et les bateaux ☺

Envie de passer un été non pas parfait, mais fabuleusement réussi ? Pour découvrir notre nouveau programme clique ici ou sur l’image :

image-fab-ete

 

profil-marguerite-chroniqueuseDiplômée d’une école d’ingénieur et dessinatrice depuis toujours, Marguerite Bories vit sa maternité comme une grande remise en question de sa vie professionnelle, familiale et personnelle. Maman en 2013 puis en 2015, elle décide de travailler en indépendant pour garder sa liberté et travailler à mi-temps et à domicile, dans le secteur culturel. Entre deux missions, elle profite de ses « jours sans enfants » pour lire, réfléchir, et dessiner bien sûr ! Marguerite est mariée depuis 2012 et vit avec sa famille à Avignon.

Je partage sur Facebook