Soif de liberté - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Soif de liberté

Une Fabuleuse Maman 10 juillet 2020
Partager
l'article sur


Ce matin je lisais un bel article sur le confinement. Quelqu’un qui de façon très poétique parlait de son amie avec qui elle se réjouissait tant de boire un café en parlant de chaussettes trouées, de manger des pralines de Lyon et faire de beaux banquets avec sa famille à 500 km…

Je me suis alors rendu compte que moi, je connais cela depuis longtemps. Cette soif de retrouver les connaissances de longue date, de marcher sur les bosses appréciées dans le passé, de retrouver la chaleur unique de son peuple, de ses frères de sang ou de coeur.

Demandez aux réfugiés : ils sont des spécialistes du confinement. Ils la connaissent si bien, cette nostalgie des lieux de l’enfance, de la maman fragile qu’on voudrait serrer dans ses bras, du bon plat cuisiné par la voisine qui parvient jusqu’à nos narines, et avec un peu de chance une invitation à se retrouver autour de sa table avec quelques autres voisins… Ils la connaissent si bien, cette soif inassouvie, inextinguible, de liberté intérieure, celle du retour aux habitudes reposantes et ressourçantes.

Si pour toi le confinement a été source de frustrations et d’angoisses parfois, pense que c’est ce que vivent des millions de personnes, sur des années.

Cette soif de retrouvailles ou de retour aux sources bienfaisantes qui ne sera pas assouvie ni cette année ni l’année prochaine et probablement jamais… À moins que cette foutue guerre s’arrête, ou que ces foutus gouvernements ou ces foutus peuples ne choisissent le chemin de la paix et du bien commun.

Moi, je ne suis qu’une expatriée,

une immigrée libre de retourner à tout moment, en théorie au moins, dans mon pays natal. Et pourtant cette notion de confinement, je la vis aussi. Il y a le quotidien à construire, il y a l’adaptation à surmonter même après des années, il y a les enfants qui grandissent et s’épanouissent dans ce milieu peu connu.

Eux construisent leurs souvenirs d’enfance, et moi je me bats pour comprendre comment se passent les prochaines étapes de leur scolarité. Des notions qui coulent de source : après la maternelle il y a le primaire, après le collège, après le lycée ou l’apprentissage, après les études… Ici, je dois m’informer, intégrer des concepts, intégrer des façons de parler avec les profs, d’expliquer notre cheminement pour une prise de décision, etc.

Je suis quelque part confinée dans un système inconnu.

Comme toi qui es restée à la maison et ne pouvais rien y changer. Tu as dû trouver de nouvelles façons d’occuper tes enfants, inventer un nouveau rythme de vie, de nouvelles façons de te ressourcer, de cuisiner même. Tu t’es retrouvée seule face à toi-même. Et tu as été à la barre d’un bateau connu mais dans un fleuve dont tu ne connaissais pas les subtilités des courants ni la profondeur des eaux.

Tu as été face à toi-même et sans personne pour te décharger un moment. Pas de famille ou d’ami proche qui accueillerait tes enfants à la façon dont on le ferait chez toi.

Les méfiances ici sont d’un autre ordre, les regards posés sur ta famille sont autres, les attentes relationnelles sont autres… si peu différentes parfois et tu ne peux pas expliquer vraiment en quoi. Mais ce qui est sûr : tu es seule…même si ta famille se fortifie de façon beaucoup plus étroite autour de toi. Tes responsabilités semblent plus grandes car tu es moins portée par le flot d’un système connu.

Alors oui, tu savoureras comme jamais le retour aux odeurs, aux paysages, aux visages aimés. Tu savoureras chaque détour d’un chemin que tu parcourais jusqu’à il y a peu sans y faire attention. 

Tu le faisais peut-être de manière automatique, à moitié présente, ou absorbée dans tes pensées ?

Tu réaliseras le sens du mot miracle.

Tu verras la beauté de ce qui t’entoure. Elle sera éblouissante. Elle sera intense comme pour une toute première fois. Les petites balades routinières se transformeront en une série de jubilations intérieures, inédites, surprenantes.

Oui, tu serreras dans tes bras la personne fragile dont tu ne savais pas si tu la retrouverais. 

Ça sera comme un cadeau d’une valeur inestimable. Tu auras l’occasion d’expérimenter la reconnaissance de la vie qui n’est pas un dû.

Alors oui, chaque bouchée de cette brioche dont tu avais quasiment perdu le souvenir de son existence aura une saveur exquise.

Ineffable ?

Ce texte nous a été transmis par une Fabuleuse maman, Aude.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Une Fabuleuse Maman

Nos lectrices nous envoient parfois des textes formidables que nous avons plaisir à publier ici.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Soulagée, pas délivrée
Nous approchons. À l’arrière de la voiture, les enfants le sentent et s’agitent. Numérobis se fend d’un énième « On[...]
Comment me reposer dans ma maison ?
Comment me sentir en vacances sans partir en vacances ? Nous sommes nombreuses cette année à ne pas pouvoir ou[...]
Portrait de Fabuleuse : Sophie Galitzine
Conversation avec Sophie, art-thérapeute, comédienne et auteur. Pourrais-tu te présenter aux Fabuleuses ? Car tu as de multiples casquettes ![...]
Conception et réalisation : Progressif Media