Se remettre des vacances de Noël - Fabuleuses Au Foyer
Maman épuisée

Se remettre des vacances de Noël

femme avec bonnet pere noel
Agathe Portail 7 janvier 2024
Partager
l'article sur


Dans quel état es-tu, chère Fabuleuse, après cet enchaînement ininterrompu de marrons-papillotes-émotions fortes-crise de foie-cadeau à peine ouvert, déjà cassé ?

Pour ma part, je suis sur les rotules.

Chaque année j’aborde les vacances de Noël avec cette conviction surnaturelle : « on va enfin se reposer”. Surnaturelle, car chaque année elle se régénère après s’être brisée contre le mur du réel, c’est une sorte de phoenix ! 

Mais oui, chère Fabuleuse, année après année, c’est toujours l’espoir qui prend le dessus lorsqu’approche le 20 décembre : cool, une pause bien mérité, yes, des retrouvailles familiales ressourçantes, youpi, la joie des enfants qui n’a cessé de monter crescendo tout au long du calendrier de l’Avent. 

Je ne vais pas te dire “et à chaque fois, c’est la déception, le drame, la douche froide”, parce que j’ai la grande chance que tout se passe bien. Mais systématiquement, je me retrouve le 2 janvier, en PLS sur un tapis parsemé de miettes de panettone, en gémissant :

“j’ai besoin de vacances pour me remettre de ces vacances.”

Non, je ne vais pas te donner des conseils pour voir moins grand l’année prochaine, tout simplement parce que ces super conseils de janvier ont douze mois pour s’évaporer d’ici décembre prochain. L’âme humaine est une machine à produire de d’espoir en dépit de toute expérience passée, on appelle ça la résilience, et c’est précisément la raison pour laquelle Noël 2024 sera probablement aussi épuisant que celui dont tu sors. La bonne nouvelle, c’est que, si on ne peut pas tellement lutter contre notre ambition (un poil) démesurée concernant Noël prochain, on peut s’arranger pour se remettre calmement de tout ce qui vient de nous vider de notre énergie. 

Etape 1 : prendre le problème par le bon bout

“Alors vous, quand vous êtes crevée, vous décidez d’en faire plus ?”. C’est ce que m’a dit mon médecin, amusé, quand je lui ai annoncé que pour lutter contre mon épuisement, je me mettais au sport quatre fois par semaine et à la cuisine pour manger plus sainement, tout ceci dans le but de regagner de l’énergie. Ce n’est pas complètement idiot comme démarche, bien sûr, et les Dry january, abonnements à la salle de sport et autres super résolutions ne sont pas dénués de bon sens. 

Pour autant, chaque chose en son temps : les vacances de Noël sont terminées et tu es vidée, c’est donc le moment d’en faire… moins ! 

Quelques pistes : 

  • tu n’es pas obligée de reprendre le rythme des activités dès le 3 janvier. Par politesse (et Dieu sait que la Fabuleuse est polie), tu peux prévenir dès décembre les animateurs, profs, thérapeutes divers, que tes enfants seront aux abonnés absents jusqu’au 15 janvier, pour cause de résilience post Noël. 
  • Ne rien prévoir les deux premiers weekends après les vacances de Noël, juste le temps d’atterrir et défaire les valises sereinement
  • T’autoriser à cohabiter un certain temps avec cette montagne de linge sale, ces chambres dans lesquelles un ouragan semble avoir élu domicile, ces carreaux pleins de traces de doigts. Non, tu ne vas pas faire disparaître en 48h deux semaines de perturbation de ton rythme quotidien. Digérer Noël, ça prend au moins quinze jours (un mois, chez moi), et ce n’est pas grave.

Etape 2 : rattraper le coup dans la sérénité

Ce qu’on attend des vacances de Noël, c’est aussi nourrir nos liens avec les gens qu’on aime et qu’on voit trop peu. Or, il est probable que cette année, tu te sois heurtée aux mêmes déconvenues que d’habitude : tu es allée voir tante Ursule à l’EHPAD, ce qui est hyper chouette, mais tu n’as pas vu cette amie d’enfance à qui tu avais promis de passer. Tu pensais pouvoir papoter avec ta belle-sœur que tu trouves pâlotte, mais vous avez passé votre temps à vous croiser, absorbées par l’intendance. Tu comptais bien aborder avec ton père l’épineuse question de la difficulté à passer Noël avec lui ET avec ta mère, maintenant qu’ils sont divorcés, mais tu n’as pas réussi à poser les choses calmement. Bonne nouvelle, une fois les vacances terminées, chacun ne repart pas sur sa planète, en soucoupe volante ! Tu peux donc décider de cesser de tout miser sur les fêtes de fin d’année et prendre ton agenda 2024 : un weekend de trois jours en mai avec ton amie, un rendez-vous client dans la ville où vit ton père qui te permet de l’inviter à déjeuner, un dimanche soir que tu consacreras à écrire une longue lettre à ta belle-soeur, chose qu’on fait tellement rarement qu’elle en devient triplement précieuse. 

Vivre des moments de vacances en dehors des vacances, c’est tout simplement nourrir nos liens d’amour et d’amitié sans attendre les moments ritualisés sur lesquels nous misons souvent tellement qu’ils ne peuvent qu’être décevants. 

Etape 3 : 

Enfin, chère Fabuleuses, après avoir digéré ces vacances en allégeant ta rentrée, après avoir réparti sur plusieurs mois tes ambitions en termes de lien, je te propose un dernier truc qui a l’air trop simple pour être efficace. Prends l’air. Tu viens de respirer pendant deux semaines des effluves de dinde au marron, des atmosphères confinées (rappelle-toi l’odeur de la chambre dans laquelle tes enfants ont joué pendant quatre heures au Monopoly), tu as appliqué le sain principe de bien fermer portes et fenêtres pour ne pas chauffer à perte. Depuis le début des vacances, tu fonctionnes en mode “recyclage de l’air”, comme dans ta voiture lorsque tu appuies sur ce mystérieux picto de voiture avec une flèche qui tourne à l’intérieur. C’est super pratique pour économiser l’énergie et le carburant car au lieu de chauffer l’air extérieur, la voiture remet en circulation l’air déjà chauffé après l’avoir filtré.  Le seul problème, c’est que, lentement mais sûrement, tu t’asphyxies :

ce dont tu manques pour te remettre complètement de ces vacances harassantes, c’est d’O-XY-GENE ! 

Alors enfile ton bonnet, tes bottes, et va juste marcher dehors. L’avantage, c’est que personne n’aura envie de te poursuivre sous le ciel pluvieux de janvier, et que tu auras le double avantage de profiter du silence en même temps que de l’air frais.



Partager
l'article sur


La minute de silence

Cet article a été écrit par :
Agathe Portail

Maman de 4 enfants (très) rapprochés et girondine d’adoption, Agathe Portail écrit des romans adultes édités chez Actes Sud, Calmann Levy et J'ai lu, mais aussi des romans historico-fantastiques édités par Emmanuel Jeunesse.

https://www.fnac.com/ia9173370/Agathe-Portail

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
techniques de survie
6 techniques de survie quand tu sens que tu coules
Ici, tu ne trouveras aucun conseil Marie Kondo proof ni de trucs et astuces afin de régler les problèmes qui[...]
Décorer c’est bien, arroser c’est mieux
Je vais peut-être en choquer plus d’une en disant ça… Nous n’avons jamais de sapin de Noël chez nous ! Il[...]
Conception et réalisation : Progressif Media