Micheline et la tristitude de début d’année - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Micheline et la tristitude de début d’année

Micheline
Marie David 17 janvier 2023
Partager
l'article sur


On a beaucoup parlé de dépression saisonnière en novembre, de ce mois qui est supposé être le plus déprimant de l’année, des nuits qui s’allongent indéfiniment comme pour avaler toute joie en nous…

Mais Micheline trouve qu’il y a encore pire que le mois de novembre :

il y a la dépression post Noël, sorte de “Baby Blues” du sapin. Parce que Micheline vit Noël comme un accouchement (ce qui n’est pas absurde parce que c’est quand même l’origine de cette fête). Il y a d’abord l’attente, et tous les petits préparatifs qui vont avec et l’angoisse aussi un peu parfois (“est-ce que tout va se passer comme je l’ai prévu ?” Nan, Micheline, mais c’est la vie) la fatigue dans les derniers jours, la comparaison avec celles qui ont l’air de gérer ça mieux que nous… Il faudrait faire une étude dessus mais, d’après elle, celles qui préparent des Noëls enchantés avec 3 rouleaux de PQ sont les mêmes qui ne prennent pas la péridurale et ne trouvent pas ça si terrible. 

Enfin, c’est le grand jour : l’euphorie, les cris, les pleurs parfois, les mille photos par seconde de Jean-Claude, bref la joie.  

Et puis, il y a l’après. Quand elle rentre chez elle à la fin des vacances et qu’il faut reprendre la vie quotidienne, Micheline a l’impression de rentrer de la maternité avec une chute d’hormones :

elle se sent dépassée et nostalgique. Cette année n’a pas fait exception. 

Il a d’abord fallu trouver une place pour le bébé, parce que cette année, le parrain et la marraine de Gudule se sont concertés et ont trouvé que ce serait une idée géniale de lui offrir une poupée qui pleure (baptisée Guacamole) avec une belle poussette. Début novembre Albertine, la marraine de Gudule a demandé si une poussette lui ferait plaisir. Micheline a répondu : “non-non pas la peine merci on a tout ce qu’il faut en matériel de poupée”, mais visiblement ça faisait vraiment plaisir à Albertine d’offrir à sa filleule une grosse poussette avec nacelle et cosy qui prend beaucoup de place. Micheline ne peut s’en prendre qu’à elle-même : l’année dernière elle a offert un lapin au fils d’Albertine qui est son filleul. Elle se vengera à son anniversaire en lui prenant un tambour. Ou une trompette.

Il a aussi fallu retrouver les petits Legos qui s’étaient éparpillés dans la voiture (“mais Dagobert, on t’avait interdit d’ouvrir la boîte avant d’être à la maison !”) qui sont évidemment indispensables à la construction du château. Et fixer des règles claires pour l’utilisation du micro magique dans lequel Frédégonde beuglait de tout son cœur (elle ne sera pas chanteuse, on le sait maintenant). 

Évidemment les Muche n’ont pas rapporté que des cadeaux de leurs vacances, ils ont aussi attrapé la gastro au passage.

Entre deux aller-retours à la salle de bain, Micheline défait les valises et range les affaires pendant que Jean-Claude s’occupe de vider la voiture et de remplir les machines, puis part récupérer le drive et des médicaments à la pharmacie. 

C’est alors que le drame survient et que la douce ambiance de Noël est enterrée :

Frédégonde, lassée de son micro, veut jouer avec le château de son frère et lui arrache ses Legos des mains. Dagobert entre en rage et fonce dans la chambre de son aînée pour tout saccager. Il balance le micro dans le couloir qui atterrit sur la tête de la pauvre Gudule qui n’avait rien demandé à personne. En représailles, celle-ci se jette sur son frère, lui arrache une touffe de cheveux, tente de le mordre puis de l’assommer avec sa poupée en faisant de grands moulinets. 

Micheline n’a d’abord pas prêté attention au vacarme parce qu’elle était en train d’essayer de rentrer dans son jean (celui qu’Attila le farfadet farceur a encore fait mystérieusement rétrécir), mais au moment où elle arrive à fermer le bouton, un hurlement plus strident que les autres l’oblige à intervenir.  

Elle découvre alors que Dagobert a arraché la poupée des mains de Gudule et que, dans la lutte, la tétine magique qui l’empêche de pleurer est allée se coincer derrière le radiateur. Les insultes que se lancent les enfants couvrent à peine les pleurs robotiques du poupon. Micheline prend une grande inspiration et tente de calmer tout le monde : on va commencer par récupérer la tétine. C’est un vieux radiateur en fonte, impossible à bouger, et la petite tétine rose est bien coincée entre deux tubes à côté de deux feutres, un taille crayon et un cube en bois. Micheline et Frédégonde s’activent autour du radiateur avaleur de trésor pendant que Gudule tourne en rond en berçant Guacamole qui s’égosille dans ses bras. 

 “Je n’arrive pas du tout à la calmer, Maman” dit-elle au bord des larmes.

Première expérience de burn-out maternel à 5 ans, c’est jeune.

Micheline lui rappelle alors que Guacamole n’est qu’une poupée et qu’on peut tout à fait arrêter ses pleurs en appuyant sur le bouton off. Puis elle se met à 4 pattes pour trifouiller sous le radiateur. Les coutures de son pantalon sont inévitablement soumises à une forte tension et finalement, c’est le bouton qui lâche, provoquant un fou rire général qui se transforme en hoquet pour Dagobert. Hélas pour lui, et aussi un peu pour le tapis de la chambre, il n’est pas tout à fait remis de sa gastro et son hoquet dégénère en éruption vomitive. 

Jean-Claude arrive à ce moment-là. Il découvre sa benjamine qui sanglote, son fils tout vert, sa femme qui s’active pour nettoyer le tapis avec le pantalon ouvert et il pousse un long soupir.  

Heureusement, demain c’est la rentrée. 

Micheline Muche et sa famille vous souhaitent une belle année 2023.

Qu’elle soit pleine de fous rires en famille, et si possible sans gastro.  



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la Fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour recevoir chaque matin ton petit remontant spécial maman ! Une piqûre de rappel pour ne pas oublier de prendre soin de toi, respirer un grand coup et te souvenir de ton cœur qui bat. C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Marie David

Après des études d’histoire Marie est devenue femme au foyer, elle habite en Corse avec son Fabuleux et leurs 4 enfants. Un jour, quand les planètes seront alignées, elle reprendra un poste d’enseignante. En attendant elle profite de son quotidien pour inventer des aventures à Micheline Muche.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Micheline et la bulle magique
Micheline et la bulle magique
Cette année Micheline Muche a été choisie par la Mère Noël pour tester en avant première ses inventions destinées aux[...]
Micheline
Micheline et l’optimisateur d’enfant
Cette année Micheline Muche a de la chance, la Mère Noël l’a choisie pour tester de tous nouveaux cadeaux magiques[...]
Conception et réalisation : Progressif Media