"Mère parfaite", le burn-out maternel vous guette ! - Fabuleuses Au Foyer
Maman épuisée

« Mère parfaite », le burn-out maternel vous guette !

Hélène Bonhomme 6 septembre 2016
Partager
l'article sur


Sourire Ultra Bright, tête haute, poussette double, adorables têtes blondes…

Qui pouvait se douter de mon état ? Le monde entier ignorait que j’étais à bout de forces, à bout de nerfs, à bout de souffle. Sauf peut-être la voisine qui m’entendait crier à longueur de journée. Et mon mari qui assistait, désarmé, à la grimpée de cette insaisissable confusion. Je me sentais nulle, incapable, coupable. Dans mes efforts pour réprimer la « mauvaise mère » qui était en moi, je n’avais pas saisi l’essentiel : j’étais fatiguée, tout simplement.

L’imposture des « mauvaises mères »

Qu’est-ce qui m’avait empêchée de me l’avouer à moi-même ? Pourquoi avais-je trop honte d’être épuisée pour enfin le reconnaître ? Mon entourage ne comptait que des mères d’apparence parfaite. J’en faisais partie, jouant sur les réseaux sociaux, dans les supermarchés ou les aires de jeux à la mère de jumeaux qui assure à tous les niveaux. Je me suis rendue complice d’une imposture qui date de la nuit des temps, et qui laisse penser à chaque femme qu’elle est la seule « mauvaise mère ».

Combien de fois a-t-on demandé de mes nouvelles et combien de fois ai-je répondu avec un large sourire que tout allait bien, comme pour faire mentir les statistiques sur les jeunes parents en détresse, pour ensuite m’effondrer en larmes au volant de ma voiture ? C’est à la lecture du témoignage de Stéphanie Allenou (Mère épuisée,Marabout, 2012) que le tabou s’est brisé : je me mentais avant tout à moi-même. Je faisais tout pour garder en vie mon idéal de la mère parfaite.

Le grand désenchantement

J’étais en congé parental : avais-je seulement le droit de me sentir dépassée par les événements ? Penser que je pouvais aller mal, était-ce seulement une option ? Aidée par une culture de la perfection (génération contraception : « Cet enfant, tu l’as voulu, tu dois le réussir »), je m’étais construit l’image mentale d’une vie de famille qui irait de soi. Sauf qu’elle s’est avérée ressembler à un slalom gérant entre couches, biberons, nuits sans sommeil, crises de colère, pression financière et désir de rester amoureux malgré tout. Cette sensation désagréable de ne plus m’appartenir à moi-même ou, comme l’aurait dit mon mari, d’un grand désenchantement.

J’ai arrêté de me mentir

Jusqu’au jour où, perdue au milieu d’un tas de linge sale, yeux cernés, corps fatigué, vêtements dépareillés et enfants déchaînés, j’ai arrêté de me mentir. Oui, c’était dur pour moi d’être mère. Oui, la vie de famille avait un prix. Oui, j’avais le droit d’être imparfaite, et c’est justement dans cette bienveillance envers moi-même que j’allais pouvoir puiser la force de déléguer, d’oser demander de l’aide, de trouver du temps pour moi.

À l’heure où trop de femmes s’enfoncent dans la culpabilité et l’indifférence, je crois qu’il est temps que le burn-out maternel devienne une priorité de santé publique. Et que des hommes aient enfin le courage de parler de burn-out paternel. Et, en attendant que la société reconnaisse qu’ils sont fatigués, je souhaite aux parents épuisés d’avoir assez de bienveillance envers eux-mêmes pour commencer par l’admettre.



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Hélène Bonhomme

Fondatrice du site Fabuleuses au foyer, maman de 3 enfants dont des jumeaux, Hélène Bonhomme multiplie les initiatives dédiées au bien-être des mamans : deux livres, deux spectacles, quatre formations, la communauté du Village, une chronique sur LePoint.fr et un mail qui chaque matin, encourage plusieurs dizaines de milliers de femmes. Diplômée de philosophie, elle est mariée à David et vit à Bordeaux.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Au revoir tristesse, bonjour septembre
Les vacances sont comme ces petits cailloux chamarrés que l’on voit briller au bord de la plage dans l’eau transparente,[...]
Burn-out maternel, comment j’ai retrouvé la sérénité
Tu es maman et tu te sens épuisée ? Tu déprimes à l’idée de sortir du lit, Tu perds fréquemment[...]
De quoi elle se plaint, la maman d’aujourd’hui ?
Dernièrement, j’ai encore vu circuler sur Facebook l’un de ces textes — de préférence partagé par des personnes d’un certain[...]
CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.
En validant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient conservées et utilisées pour me tenir informé(e).

En savoir plus
Conception et réalisation : Progressif Media

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.