commeres

La vérité sur les commères

Pourquoi les gens se fichent de vous, et pourquoi c’est une bonne nouvelle !

Pendant des années, je me suis gâchée la vie à propos de ce que les gens pensaient. Je passais des jours entiers et des nuits entières à ruminer ce qui se disait de moi.

Devenir mère, c’est monter sur un ring assez pernicieux où tout à coup, parce que vous avez donné la vie, toutes sortes de gens se permettent de penser (et de dire) toutes sortes de choses à votre propos :

  • elle n’est pas assez autoritaire
  • trop militaire
  • pas assez organisée
  • toujours en retard
  • bizarre, sa fille ne lui ressemble pas
  • tu savais qu’elle n’a jamais allaité ?
  • pourquoi elle n’a toujours pas repris le travail ?
  • elle devrait prendre ses mercredis
  • ses gosses ne savent pas se tenir
  • la gamine va avoir froid sans son bonnet
  • et encore ça, c’est la version gentille de ce qui se pense et de ce qui se dit.

Une petite remarque, entendue de loin au sortir du bus, sur le pas de la salle de classe ou lors d’un repas de famille. Une toute petite remarque, parfois pernicieuse, souvent débile. Mais qui nous fait partir dans des trips pas possibles où l’on est victime de tous les commérages du monde.

Alors on se fait un sang d’encre, on y pense à 4 heures du matin, on y pense sous la douche et au volant, on y repense en cuisinant. Et on se débat intérieurement contre ces gens qui n’ont rien d’autre à faire que de se mêler de ce qui ne les regarde pas.

Tu veux savoir la vérité ?

Il te faudra du courage pour l’entendre.

Pas mal d’humilité aussi.

Prête ?

  1. Tu n’es pas le centre du monde
  2. Les gens se fichent de toi
  3. Chacun ne pense qu’à sa tronche
  4. Pendant que tu te prends la tête à propos de ce que ta belle-soeur, ta voisine ou la maîtresse pensent de toi, elles sont en train de se prendre la tête à propos… de ce que toi tu penses d’elles !

C’est le serpent qui se mord la queue : tout le monde est persuadé d’être la victime de tout le monde.

De mon côté, j’ai décidé de partir du principe que les gens ont d’autres chats à fouetter que moi. Je ne suis pas dupe, et réellement il se pense et il se dit toutes sortes de critiques à mon propos.

Cela dit, voici la vérité : tout le monde se fiche de moi.

  • Bien souvent, on imagine ce que les gens pensent, et ce n’est que pure invention
  • Ou alors, on surinterprète ce que les gens pensent, et on teinte leur propos naïfs de motifs pernicieux qui ne sont absolument pas réels
  • Lorsqu’en réalité certaines personnes se mêlent de ce qui ne les regarde pas, comprenez bien que véritablement, en parlant de vous, ils en disent long sur eux-mêmes. Oui, leurs mots parlent de leurs doutes, de leurs zones d’ombres et peut-être même de leurs erreurs, de leurs peurs. Leurs paroles signent parfois un brin de jalousie ou encore l’absence d’actualité dans leur vie.
  • Sauf cas rares, ils sont persuadés d’être gentils et ils sont tout à fait inconscients du mal qu’ils vous font.

Comprendre que l’on n’est pas le centre du monde, ça fait mal dans un sens. Mais qu’est-ce que ça libère ! Alors en 2017, toi aussi tu pars du principe que les autres se fichent de toi ?

Helene BonhommeHélène Bonhomme est auteur, conférencière, fondatrice du site fabuleusesaufoyer.com et chroniqueuse sur lepoint.fr.  Après une prépa littéraire, des études de philo, plusieurs années d’enseignement et plusieurs autres de rédaction web, elle devient mère au foyer. Mariée à David le Fabuleux, maman de Roman et Adelin, passionnée d’écriture, elle est à l’origine de ce blog. Sa passion : révéler la Fabuleuse en chaque maman. Son rêve : une communauté de Fabuleuses qui veulent aimer leur vie et changer leur monde.

promo-ebook

Je partage sur Facebook
  • Oui et tant mieux ! merci pour cette remise à l’heure des pendules !

  • Agatheam

    Hihi cet article m a bien fait rire … Et il est si vrai 🙂