Des spéculoos sur la banquette arrière - Fabuleuses Au Foyer
Vie de famille

Des spéculoos sur la banquette arrière

Anna Latron 2 octobre 2018
Partager
l'article sur


Je suis à la bourre. Gravement à la bourre.

Je vous fais le topo : je quitte mari, enfants, chien et poules pour 48 heures. Oui, je sais, c’est le rêve. Sauf que je dois absolument quitter la maison dans les cinq minutes qui viennent, sinon je vais faire poireauter les quatre personnes venues de l’autre bout de la France qui m’attendent à la gare.

Il ne me reste qu’une dernière chose à faire (après avoir saoulé mon Fabuleux avec une énième recommandation alors qu’il va gérer comme un chef) : retirer siège auto et rehausseur pour faire de la place sur la banquette arrière…

et, accessoirement, éviter de devoir faire demi-tour dans vingt kilomètres parce que mon Fabuleux m’aura appelé :

« T’es partie avec les sièges ! Je fais comment pour partir en balade avec les garçons ?? »

(Ne pas oublier que même s’il va gérer comme un chef, il m’en veut un peu de quitter le navire, même si c’est tout à fait inconscient)

Bref, revenons à ma banquette arrière. Je perds trois litres de sueur à simplement défaire les ceintures transférer les sièges dans la voiture de mon Fabuleux…

…Et là, je réalise avec horreur et stupéfaction que ma voiture est une poubelle.

Moi qui pensais que le coup d’aspirateur pourrait encore attendre un peu, je me suis fourré le doigt dans l’œil. Voilà la situation :

–       Des spéculoos en miettes dans CHAQUE rainure de la banquette

–       Des bouchons de compote à boire coincés entre le dossier et l’assise

–        Plusieurs kilos de sable par terre

–       Dans ce sable, des miettes de je-ne-sais-quoi qui se sont agglomérées en pate après avoir été humidifiées par un liquide inconnu (du jus de fruits, certainement)

–       Des crottes de nez collées sur le dossier du conducteur

–       Du chocolat mou essuyé sur le même dossier (mais quelle idée de leur avoir filé des BN ??)

Je passe en mode ninja.

Ni une, ni deux, je me saisis des tapis de sol pour les taper avec rage sur le trottoir avant de courir chercher une balayette (pas le temps pour l’aspirateur). Me voilà sur le trottoir, transpirante et échevelée, à concentrer toute mon énergie pour tenter d’enlever le gros des miettes. Je frotte, je frotte, sous le regard ahuri de ma voisine.

Je ne me fais aucune illusion, impossible de rendre cette voiture nickel en moins d’une heure (minimum) de ménage intensif. C’est alors que me revient l’image de cette voiture il y a tout juste deux ans. Ma première voiture neuve. Qui sentait bon l’usine et le plastique propre. Dont la banquette et le sol immaculé m’avaient procuré un intense sentiment de plaisir ainsi qu’une forme de regret anticipé :

Je savais que cette propreté éclatante serait de courte durée.

Mon Fabuleux, lui, n’avait pas encore complètement accepté cet état de fait (impossible d’avoir une voiture potable quand on a des enfants), car il m’avait lancé :

« Tu feras gaffe avec les enfants, hein ? Ça serait bien que la voiture reste propre ! »

Il avait été jusqu’à émettre l’idée – saugrenue – d’interdire à notre progéniture de manger dans cette nouvelle voiture. J’avais alors gardé le silence (même si mon sourire en disait long), comprenant que cette tentative reflétait son propre échec. Car ce principe – « on ne mange pas en voiture » – il y tenait coûte que coûte…

Mais ça, c’était avant.

Avant ce voyage mémorable auquel nous avions survécu en gavant notre aîné, encore petit, de biscuits secs (allez, soyons honnêtes : d’un paquet entier de biscuits secs) et en mettant Henri Dès à fond. Au passage, je voudrais bien un jour qu’un chercheur se penche sur les raisons scientifiques aboutissant au fait qu’un enfant se calme instantanément à l’écoute d’une chanson d’Henri Dès, alors que ses parents, au même moment, tombent, eux, dans une profonde dépression mâtinée d’agacement.

En fixant les sièges de ma voiture redevenus à peu près potables (on voit qu’ils sont noirs), je me dis que vraiment, cette maxime est profondément juste :

Avant, j’avais des principes, maintenant, j’ai des enfants.

Et toi, quels principes as-tu enterrés ?



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


En savoir plus


Cet article a été écrit par :
Anna Latron

Journaliste de formation, Anna Latron collabore à plusieurs magazines, sites et radios avant de devenir rédactrice en chef du site Fabuleuses au foyer et collaboratrice d’Hélène Bonhomme au sein du programme de formation continue Le Village. Mariée à son Fabuleux depuis 10 ans, elle est la maman de deux garçons dont Alexis, atteint d’un trouble du spectre de l’autisme.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Maman a encore confondu le sel et le sucre
« Maman, maman, c’est plutôt salé ». Ma fille fait la grimace en léchant le bout de son doigt après avoir goûté[...]
Le sapin, côté verso
J’adore le sapin de Noël. Pas les sapins de Noël en général : LE sapin de Noël en lui-même. J'aime[...]
Le tri des fringues
Ils sont là, avec leurs petits yeux attendrissants ; ils me regardent, espérant que je m’arrêterai pleine de compassion pour[...]
CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.
En validant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient conservées et utilisées pour me tenir informé(e).

En savoir plus
Conception et réalisation : Progressif Media

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.