Des livres pour s’évader en temps de covid - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

Des livres pour s’évader en temps de covid

Anna Latron 2 février 2021
Partager
l'article sur


Ces temps-ci, ils sont presque ma seule “respiration”. Mon moyen à moi de m’évader, de ne pas penser aux confinements, aux masques et au gel hydro alcoolique. Ma planche de salut, ma parenthèse hors du temps : les livres. Voici une petite sélection de mes derniers “coups de coeur”.

Bonne lecture !

Le Tailleur de Relizane, Olivia Elkaim

Stock, 20,90€

L’auteure retrace l’histoire de sa famille juive qui a dû quitter l’Algérie en 1962, l’exil des siens, leur arrachement à cette terre africaine, et leur fuite chaotique vers une France où rien ne les attend — ni confort, ni sympathie, ni même aucune aide administrative. Ce livre aurait pu être un parmi tant d’autres récits de déracinement, si l’auteure n’explorait pas, au fil des pages, sa part algérienne, juive, lyrique, à la fois enchantée et hantée. Un chemin à la rencontre de soi-même, magnifiquement écrit.


Consolation, Anne-Dauphine Julliand

éd. Les Arènes, 18€

J’avais dévoré Deux petits pas sur le sable mouillé et Une Journée particulière, dans lesquels Anne-Dauphine Julliand racontait la maladie qui avait emporté sa fille Thaïs et qui menaçait la vie de sa petite Azylis. Dans ce nouveau récit, elle raconte les étapes de la vie d’après, après la perte de ses deux filles. J’ai donc replongé avec délice dans l’écriture sobre, pudique et habitée de cette maman au coeur blessé qui ne donne pas de recette pour les parents désenfantés mais qui confie simplement, et en toute humilité, que la douleur et la paix peuvent cohabiter en un même cœur : « La douleur de celui qui pleure. Et la paix de celui qui est consolé. »


Le Dernier Hiver du Cid, Jérôme Garcin

Folio, 7,50€

Gérard Philipe, le magnifique, le talentueux, est mort à la veille de ses 37 ans. Jérôme Garcin, qui a épousé sa fille Anne-Marie, reconstitue les derniers mois de l’acteur. Depuis Ramatuelle, où il est heureux, insouciant et bronzé, jusqu’à son enterrement, l’auteur nous emmène sur les pas de son inéluctable fin. Chaque chapitre présente un jour de la fin de la courte vie de ce génie français — et pourtant si remplie —, avec les amis qui viennent pour une visite, ses pensées, ses projets, des œuvres à annoter. Le style est poétique et sans pathos. À chaque page, je me suis remémorée les intonations de la voix de Gérard Philippe que j’ai découvert, petite, alors que j’écoutais Pierre et le Loup et Mozart. Savoureux.


Cap Canaille, Christophe Gavat

Fayard, 8,90€

Ancien du 36 quai des orfèvres récemment nommé à Marseille, le capitaine Saint Donnat reconnaît dans un règlement de compte une ancienne connaissance surnommée “La Carlton”. Mais que peut bien faire le cadavre de cette braqueuse habituée au luxe, dans le coffre d’une voiture brûlée à Marseille ? Un livre facile à lire que j’ai dévoré comme un “documentaire” sur le quotidien de la police : les procédures, les liens entre les services, la hiérarchie. Tout est bien décrit par l’auteur (ancien commissaire), même si les clichés un peu trop nombreux finissent par gâcher l’intrigue : la racaille et les « bons » malfrats d’un côté, les bons flics et les autres, les amours impossibles… Un bon moment de lecture tout de même.


Alors vous ne serez plus jamais triste, Baptiste Beaulieu

Poche, 7,70€

Un médecin quarantenaire, malheureux, veuf et enfermé dans sa solitude, qui a perdu jusqu’à la capacité de soigner ses patients. Il décide donc de mettre fin à ses jours. Ce serait sans compter sur une mystérieuse dame, chauffeur de taxi, qui l’attend en bas de chez lui en robe de soirée. Dotée d’un pouvoir magique — celui de lire dans les pensées de ceux qui veulent mettre fin à leurs jours — elle devine l’intention de notre homme et obtient de lui un sursis de 7 jours avant qu’il ne mette son plan à exécution. Ce conte, écrit comme un compte à rebours — les pages sont numérotées à partir de la dernière — se lit facilement, avec une écriture charmante qui nous fait voyager jusqu’à la poésie. Un bonbon à savourer en cette période de crise, comme une lueur d’espoir qui se distille au fil des pages.

Et toi, chère Fabuleuse,

Quelles sont les lectures qui t’aèrent l’esprit en ce moment ?

P.S. De nombreux livres sont accessibles en version numérique, ou disponibles en click and collect chez ton libraire…ce qui est bien pratique en cette période 😉



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Anna Latron

Journaliste de formation, Anna Latron collabore à plusieurs magazines, sites et radios avant de devenir rédactrice en chef du site Fabuleuses au foyer et collaboratrice d’Hélène Bonhomme au sein du programme de formation continue Le Village. Mariée à son Fabuleux depuis 10 ans, elle est la maman de deux garçons dont Alexis, atteint d’un trouble du spectre de l’autisme.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Rester présente à soi-même
La météo intérieure de la plupart d’entre nous fait des siennes, depuis mars 2020. Courants violents, vents contraires, avec rafales[...]
Comment renouer avec sa créativité ?
Nombre de femmes que je reçois se savent créatives, mais déplorent leur manque d’assiduité : « Je suis créative mais je suis[...]
Pas coupable mais responsable
Récemment, sur Instagram, une lectrice a réagi à un de mes articles en commençant avec une phrase qui m’a piquée[...]
Conception et réalisation : Progressif Media