HB-article-deconnecter-lete

Comment décrocher pendant l’été ?

Peut-être es-tu un peu comme moi : tu attends l’été (presque) toute l’année. Tu t’en fais des films, tu anticipes — beaucoup — et tu fantasmes — un peu : tu veux absolument souffler, tu veux te détendre (d’ailleurs, ton mari s’y met aussi en te répétant gentiment “détends-toi !”, ce qui a le don de te faire sortir de tes gonds, non ? En tout cas, moi, si !).

Et pourtant, lorsque les congés arrivent, pas facile de décrocher vraiment… Surtout quand on a des enfants ! “Ai-je prévu assez de couches ?” “Ai-je bien réservé les cours de natation ?” “Ohlala, elle est tellement bronzée !” “Comment vais-je arriver à me mettre en maillot de bain ?” “Et les courses de rentrée, je les fais quand ?

STOP !

Voici donc quelques idées toutes simples pour kiffer ton été au maximum :

1. Fais le point sur tes attentes : le plus explosif, ce sont les attentes non exprimées. Si tu es une fidèle des Fabuleuses, c’est un refrain que tu as déjà entendu, mais il est pourtant primordial ! Le meilleur moyen pour décrocher cet été, c’est de noter par écrit ce que tu aimerais vivre pendant cette période et, dans la mesure du possible, d’échanger avec ton Fabuleux sur le sujet (eh oui, je ne t’apprends rien : il n’aura pas forcément les mêmes attentes et c’est la porte ouverte aux prises de bec estivales).

C’est indispensable de les exprimer d’abord pour les identifier, les mettre à distance aussi, mais aussi pour te permettre de passer l’été sans être ballottée par les envies des autres et tes propres frustrations.

2. Dé-co-nnecte ! Pas la peine de seriner à nos ados que les écrans les empêchent de vivre la vraie vie si on reste accrochées à nos smartphones. Alors, OK, je te le concède : tu auras le droit d’ouvrir mon mail du mercredi matin 😉 Mais franchement, le meilleur service que tu puisses te rendre à toi-même, c’est d’arrêter d’être multitâche (en consultant sans cesse ton profil Facebook, exemple pris au hasard, bien sûr) et d’apprendre à goûter la beauté de l’instant présent à 100% en faisant une seule chose à la fois.

Pas besoin d’aller voir si tes copines sont plus bronzées que toi en zyeutant leur fil Instagram : sors de ton canapé et pars te balader pour humer l’air chaud de ce soir d’été, ou commence à confectionner un gâteau avec un de tes enfants. Ou encore, goûte à ce plaisir inouï de renifler ton tout petit dans le cou, là où c’est tout potelé et où ça sent un peu le lait caillé.

3. Accepte toute aide qui se présente à toi (même si tu n’as pas trop envie que ta belle-mère gère les enfants le temps que tu te prennes un café en terrasse) : c’est elle qui te permettra de te ressourcer, de laisser les petits moments simples remplir ton réservoir de fabulosité !

Une fois ce réservoir rempli, tu pourras te retourner sur ton été et te dire : “Comme ce fut bon, comme j’ai apprécié ce temps différent”.

Comme tu n’es pas une wonderwoman — enfin toi peut-être, mais moi, non ! — tu as le DROIT d’accepter de l’aide. Et je dirais même que pour le bien de tes proches, c’est presque un devoir.

4. Surtout, laisse-toi surprendre par l’imprévu. De toute façon, même si tu as écrit quelles sont tes attentes, ça ne se passera pas comme prévu. Mais ça n’est pas grave, parce que la vie est pleine de surprises si on veut bien les voir.

Envie d’apprendre à te reposer vraiment ? Je t’invite à profiter d’un voyage en voiture ou d’une séance de repassage pour écouter l’émission “En quête de sens” à laquelle j’ai participé la semaine dernière et où j’ai évoqué ces pistes. Avec les autres invités, Mylène Perroteau : formatrice en dessin et peinture en ateliers — et Léonard Anthony, chef d’entreprise et écrivain — nous te donnons des pistes pour ne pas passer à côté de ton été et ne pas traverser le mois d’août en pensant “Vivement la rentrée !”.

 

promo newsletter site

 

profil anna latronDepuis plus de 10 ans et après une école de journalisme, Anna Latron met sa plume au service de l’information en collaborant à plusieurs magazines, sites et radios. C’est en réalisant un dossier sur l’imperfection heureuse qu’elle rencontre Hélène Bonhomme dont elle est aujourd’hui collaboratrice, notamment pour le programme de formation continue du « Village ». Mariée à son Fabuleux depuis 9 ans et après avoir traversé un cancer, Anna débarque dans l’univers de la maternité il y a 6 ans en devenant maman d’Alexis, atteint d’un trouble du spectre de l’autisme. Une confrontation à la différence qui met cette jeune maman face à un défi : accepter les limites de son enfant, mais surtout les siennes, en choisissant la voie de la liberté ! Quant à Aymeric, le petit frère d’Alexis, c’est un fabuleux bêtisier de 2 ans qui pousse sa maman à persévérer dans l’acceptation de sa propre imperfection !

Je partage sur Facebook