maman_garcons

Ce que les mamans devraient savoir sur les garçons

Le jour où j’ai appris que j’allais devenir maman de deux garçons, j’ai eu le vertige. Les filles, je connais. Ca fait des dessins et des colliers de perles. Ca fera du shopping avec moi. Les garçons, je connais aussi (j’ai 3 frères). Ca construit des cabanes, ça saute du haut des arbres et ça manque souvent de mettre le feu à la baraque.

Voici 4 informations essentielles que j’ai trouvées dans «What Moms need to know about sons» de John Burns :

1. Pour un garçon, la vie est un challenge. Tous les petits garçons grandissent avec des rêves : être le héros qui sauve la princesse, marquer le but de la victoire, piloter l’avion, conduire la voiture de course, chevaucher l’étalon, attraper le lion. Leur but : toujours être meilleur, toujours accroître la performance.

2. Maman est la réponse. Quand un petit garçon s’écorche les genoux, vers qui est-ce qu’il court ? Quand il est triste et qu’il a besoin de consolation, à qui s’adresse-t-il ? Quand il échoue et a besoin d’encouragement, qui veut-il voir à ses côtés ? Sa maman, évidemment. Les mamans sont chaleureuses, aimantes, encourageants, douces et fortes. Pour un garçon, il y a trois sortes d’êtres humains : mâles, femelles, et Maman.

3. Le garçon ne sait pas toujours ouvrir son coeur. Il veut être comme papa : fort et plein de succès. Pour cette raison, c’est beaucoup plus dur pour un garçon de se montrer vulnérable face à son papa. Il cherche en Maman la compréhension et le support émotionnel. Alors que la société pousse les garçons à réprimer leurs émotions, à cacher leur sensibilité à et éviter de montrer leur affection, la maman, par nature relationnelle, enseigne son fils à communiquer, à parler de ce qui se passe au fond du coeur.

4. Les garçons deviendront des hommes. Les garçons sont dans le faire, or les félicitations sont le carburant du faire. La maman est le premier cheerleader de son fils. Au lieu de hurler quand elle le verra sur la plus haute branche d’un arbre, elle pourra dire : « Bravo d’avoir grimpé si haut ! (Maintenant, descends s’il te plait.) » En lui disant : « Je suis fière de toi parce que…», elle se montre capable de voir l’homme en son garçon. De voir aussi le mari, le père qu’il deviendra un jour. C’est ainsi que, par sa douceur et sa fierté, elle influencera de nombreuses générations.

Ces 4 révélations m’aident à donner du sens à ma nouvelle aventure qui inclut bosses, égratignures, mains sales, chaussures boueuses, escargots, voire même serpents et (hu) araignées.

Et vous, quelles sont vos révélations sur vos garçons ?

 À suivre sur le blog : ce que les papas devraient savoir sur les filles !

 

 

Je partage sur Facebook
  • Myriam

    j’en ai 5 !!! et une fille.Et j’ai aussi 4 frères. Ce que j’observe c’est que chacun est différent. C’est vrai que grâce au 2ième j’ai fait la formation « ,écouter pour que les enfants parlent, parler pour que les enfants écoutent » car je n’arrivais à trouver le truc pour qu’il s’ouvre vraiment et sinon cela sortait en cauchemars la nuit. Les garçons aussi c’est moins compliqué et il garde moins rancune. Une fois que c’est dit (ce qui peut être violent ) ils peuvent passer à autre chose.

  • C’est quoi comme formation ? Ca a l’air intéressant !

  • Myriam

    Il y a le livre « Parler pour que les enfants écoutent et écouter pour que les enfants parlent » de Adele faber et Elaine Mazlish. Il est bien fait car tu as aussi des petites illustrations genre BD pour les maris !! et a la fin de chaque chapitre un récapitulatif que tu peux imprimer et accrocher dans tes toilettes par exemple. Tu peux trouver des endroits de formation sur le site Le grand atelier des parents. Nous sur Angers il y a plusieurs formatrices par exemple. C’est bien la formation car tu peux partager avec d’autres. Moi cela m’a permis de trouver l’autorité qui me correspondait et cela te donne des trucs dans les cas de crises. Dommage que tu sois surement pas sur Angers je te les aurais prêté les livres !!

  • Cindy

    moi je n’ai pas de garçons, mais j’ai une révélation c’est qu’on obtient toujours plus de résultat avec un garçon qui a le ventre plein 🙂 // mon mari est à côté et me dit « franchement avec une fille c’est la même chose! » haha !

  • Haha il n’a pas tort !

  • Ah génial je vais me renseigner, ça me parle ! Haha non je vis au pays de la choucroute mais je pourrai me procurer le livre sans problème 🙂 Merci beaucoup Myriam ! Fabuleuses bises !

  • Gaelle

    Tellement vrai! Le garçon se construit dans le regard de sa mère et devient souvent ce que sa mère a projeté sur lui. Elle angoisse qu’il ne soit pas normal, il se comporte de manière tordue, elle le surprotège et fait à sa place, il se montre angoissé et incapable, elle lui fait confiance et le regarde avec bienveillance, il se montre digne de cette confiance et va de l’avant. J’ai 3 petits gars 🙂