À toi qui gardes le silence - Fabuleuses Au Foyer
Dans ma tête

À toi qui gardes le silence

Myriam Oliviéro 4 mai 2022
Partager
l'article sur


À toi qu’on n’entend pas parce que tu gardes le silence,

À toi qui penses être seule dans ton mal-être,

À toi qui ne t’autorises pas à parler de toi,

À toi qui as honte de ne pas y arriver,

À toi qui crois que tu n’as pas le droit de te plaindre,

À toi qui as peur de ce qu’on pourrait penser de toi,

À toi qui préfères observer, lire, écouter — te cacher,

À toi qui n’en penses pas moins, qui n’en pleures pas moins, qui n’en désespères pas moins.

J’aimerais te dire que c’est pour toi aussi que, chez les Fabuleuses, on se lève le matin, on écrit, on programme, on filme, on dessine, on envoie, on rêve et on continue de croire que chaque maman en vaut la peine.

On répond à des dizaines de mails par jour, on lit les centaines de commentaires sur les réseaux sociaux, on écoute, on réagit à toutes celles qui ont fait ce pas de plus en s’adressant à nous et qui, tantôt déversent leur détresse, tantôt encouragent mieux que personne, tantôt râlent, tantôt exultent, expérimentant ainsi la force de la communauté, la sororité, le lien qui se crée et qui donne de l’oxygène à des milliers de mamans —  juste ce qu’il fallait pour qu’elles reprennent pied dans leur quotidien bondé.

On ne t’oublie pas 

Mais on ne t’oublie pas, toi qui gardes le silence.

Peut-être que tu as découvert les Fabuleuses à travers l’émission 1001 vies, les mails du matin auxquels tu t’es inscrite, ta meilleure amie, ta sœur, la directrice de la crèche ou par la magie du référencement de Google. Parce que la sensation d’épuisement total mêlée à la culpabilité de ne pas y arriver, mais aussi l’envie de t’en sortir, ont pris de plus en plus de place dans tes pensées, et t’ont poussée à chercher des bouées de sauvetage, comme si tu avais touché le fond du bassin et que tu poussais avec tes dernières forces sur tes jambes pour remonter à la surface.

On ne t’oublie pas, chère Fabuleuse qui reste dans l’ombre, et même si tu ne nous écris pas, on continuera à s’adresser à toi, à t’envoyer des encouragements, des paroles valorisantes, des anecdotes, drôles ou pas, qui te feront te sentir moins seule, moins coupable et plus fabuleuse.

On ne peut pas s’en sortir seul

Emily Nagoski & Amelia Nagoski, auteures de “Burnout : The Secret to Unlocking the Stress Cycle” (à paraître bientôt en français sous le titre “Burnout des femmes : Le guide pour en finir avec le cercle infernal du stress”) : 

« Comment espérer trouver une issue au burn out par ses propres moyens ? La meilleure façon d’en sortir est de prendre soin les uns des autres. »

On a beau préférer l’option « je m’en sors tout seul et personne n’en saura rien », ça ne marche pas : on ne peut pas s’en sortir seul. La meilleure chose à faire est de saisir la main tendue, même si cela nous coûte de devoir reconnaître qu’on est faillible et, surtout, que les autres le découvrent. 

Les sœurs Nagoski parlent d’une bulle d’amour qu’on a besoin de créer autour de soi pour apprendre à vivre plus sereinement et sur la durée avec le stress qui ne manquera pas de se manifester dans diverses occasions — et les mamans savent combien le stress fait partie de leur vie !

Les antidotes au stress, et à l’épuisement qu’il provoque à la longue, existent !

Et les interactions sociales en font partie. Si elles sont positives, même à distance, elles permettent d’envoyer à notre cerveau le message que le monde qui nous entoure peut nous apporter suffisamment de sécurité. Il a été démontré que les personnes qui ont le plus de relations sociales sont plus heureuses. Cela va tellement à contre-courant des pensées ou des discours qui nous isolent des autres, juste parce qu’ils sont « les autres ».

Il y a aussi le rire, l’expression artistique, la respiration, et d’autres choses… qui peuvent se pratiquer seul ou avec des personnes qui partagent nos centres d’intérêt, notre humour, ou tout simplement qui nous inspirent confiance. 

La méthode des Fabuleuses

Chez les Fabuleuses, on encourage tout cela ! Tu le sais si tu as déjà suivi un programme made by Hélène Bonhomme et toute son équipe. Notre façon à nous de te tendre la main, en plus de te proposer des outils qui ont démontré leur efficacité, c’est de t’amener à te relier à d’autres mamans et de découvrir que tu n’es pas seule, que tu peux aller mieux et avancer, un pas à la fois, un jour après l’autre. Tu peux apprendre à créer du changement dans ton quotidien et dans ton regard sur les situations et sur toi-même.

Tu peux même devenir celle qui va faire du bien autour d’elle.

Alors, chère Fabuleuse, même si tu préfères rester discrète, même si ce n’est pas ton “truc” d’écrire des mails ou des commentaires sur les réseaux sociaux, même si cela te coûte de lever les yeux vers les autres mamans que tu croises sur le chemin de l’école, même si, là tout de suite en lisant ces lignes, tu te sens la personne la plus nulle de la Terre, imagine-toi qu’une autre maman imparfaite et bienveillante te pose la main sur l’épaule et te dise : tu es fabuleuse et tu vaux la peine qu’on prenne du temps pour t’écouter ou te lire ! Et si, aujourd’hui, tu osais faire ce pas en avant pour te relier à d’autres mamans ? Je suis certaine qu’il se passerait de belles choses… 



Partager
l'article sur


CHÈRE FABULEUSE
Le mail du matin
Les aléas de ta vie de maman te font parfois oublier la fabuleuse qui est en toi ? Inscris-toi ici pour commencer la journée avec un petit remontant spécial maman ! C’est entièrement gratuit et tu peux te désabonner à tout moment.


Cet article a été écrit par :
Myriam Oliviéro

Infirmière de formation et diplômée en médecine tropicale, Myriam s’est orientée vers l’action médico-sociale auprès des publics démunis. Après un séjour de 2 ans en Afrique de l’Ouest, elle s’est investie en France dans différentes associations.

Mariée à un Fabuleux infirmier et pianiste avec qui elle a 2 garçons, elle a rejoint cette année l’équipe des Fabuleuses en tant qu’assistante de rédaction.

> Plus d'articles du même auteur
Les articles
similaires
Je ne suis pas la meilleure maman du monde, et alors ?
À la sortie de l’école, je ne fais pas partie de ces petits attroupements qui se forment et dont s’élèvent[...]
Devenir mère a été une tempête sur mon estime de moi
J’ai mis du temps à assimiler le simple fait que je pouvais échouer. Enfant, j’étais tellement conforme à ce qu’on[...]
Le pouvoir de s’asseoir sans rien faire
Ça m’a pris par surprise comme ça un samedi après-midi. Moi qui me sens bien dans une maison bien rangée,[...]
Conception et réalisation : Progressif Media